En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 7 heures 29 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 9 heures 45 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 11 heures 18 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 13 heures 1 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 15 heures 23 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 15 heures 44 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 16 heures 7 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 16 heures 47 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 17 heures 9 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 10 heures 44 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 12 heures 30 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 15 heures 33 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 15 heures 48 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 16 heures 11 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 16 heures 33 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 17 heures 6 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 17 heures 29 min
© AFP
© AFP
Atlantico Business

Apple et Amazon à plus de 1000 milliards de dollars de valorisation : mais voilà pourquoi les marchés boursiers s'inquiètent alors que tout va bien

Publié le 08 septembre 2018
Marchés boursiers : tout va trop bien mais les professionnels pleurent parce qu’ils savent que ça ne peut pas durer.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marchés boursiers : tout va trop bien mais les professionnels pleurent parce qu’ils savent que ça ne peut pas durer.

Trop beau, trop haut pour être vrai. Quand les bourses baissent, les boursiers pleurent, quand elles montent, ils se plaignent parce qu’ils ont des raisons pour que ça ne puisse pas durer. 

C’est comme de franchir le mur du son.  Apple et Amazon, à plus de 1000 milliards de capitalisation, ont provoqué un véritable feu d’artifice sur la tech américaine mais l’euphorie s’arrête à la frontière de la sphère digitale américaine. 
Au delà de « La fête est finie», depuis le début de l‘année maintenant, les professionnels de la bourse annoncent la fin du cycle haussier et du coup, ils ont posé les armes en cette rentrée de septembre, considérant que les progressions avaient été trop spectaculaires et rapides. 
Résultat : toutes les bourses mondiales sont à l‘arrêt, sauf les bourses américaines... 
 
Le hit parade mondial est éloquent si on compare ce qui s’est passé depuis le 1er janvier. 
En Amérique, sur le Dow Jones, on est monté de 5,16 %, et sur le Nasdaq, le marché où les valeurs technologiques sont cotées, la progression a été de 16,52%.
Ailleurs, on a :
En Allemagne, le DAX à  -  7,45%
En France, le CAC 40 à -  1,29%
Au Royaume-Uni, le FTSE à  - 4,80%
En Russie, le RTS index à -  8,67%
En Chine, Shanghai à - 18,31% et Shenzhen à - 24,13%
En Japon, Nikkei 225 à -  2,01%
Le classement des performances est donc très simple. Les marchés financiers internationaux sont tous orientés à la baisse sauf les marchés américains qui continuent de jouer les locomotives en cette rentrée 2018 et particulièrement le Nasdaq, qui est très concentré sur les valeurs de la haute technologie.
Les GAFA mènent la danse et rien ne paraît pouvoir freiner leur emprise sur le monde de la finance internationale. Les GAFA, c’est à dire des entreprises qui ont moins de trente ans et qui trustent une grande partie de la monnaie mondiale, concentrent aussi les meilleures perspectives de développement. Google, Amazon, Facebook, Apple auxquelles il faudrait ajouter Microsoft et tout le cortège des "midcap" qui font également la course. 
Cette économie digitale américaine entraine le reste du système américain, et dope le moral de l‘opinion publique qui se dit que décidément, tout est possible en Amérique. Le rêve américain est redevenu réalité. 
En dehors des bourses américaines (et de la Norvège), toutes les bourses mondiales sont arrêtées ou plutôt abonnées au stop and go depuis le premier janvier. 
 
Ce qui est intéressant, c’est l'analyse que font les experts, les opérateurs et les gérants de fonds de cette situation. 
Ils reconnaissent que les marchés sont structurellement en bonne santé, qu’ils sont efficaces et ont dépassé les effets de la grande crise de 2008-2009, bref que les bilans sont très positifs, mais que normalement ça ne peut pas durer. Normalement, le cycle haussier devrait ou doit s‘inverser. 
Donc, ils alignent toutes les raisons qui devraient entrainer une baisse durable et profonde. Et pour les mêmes raisons, ils commencent à arbitrer. Ce qui veut dire qu’ils achètent moins (d’où la baisse des cours depuis le 1er janvier) et qu’ils se reportent sur le digital (d’où les hausses dans ce secteur). Leur problème est simple, presque banal : pour l’instant, les marchés tiennent debout, mais comme ils sont convaincus qu‘ils peuvent s’effondrer, ils cherchent à sauter du train qui roule trop vite, ils ne veulent pas sauter trop tôt, mais ils ne veulent pas non plus être les derniers. 
Quand on les interroge sur les raisons de leurs indécisions, à Londres, à Paris, à Shanghai ou à New York, les grandes institutions financières ont listé à peu près les mêmes facteurs de déréglementation. 
 
 
Le premier, c’est la situation américaine. Pour la communauté financière, elle est trop bonne. Boostés par les baisses d’impôts initiées par Donald Trump, les acteurs de la finance en ont massivement profité. New-York, avec sa population de traders n‘a jamais été aussi riche. Goldman Sachs n’a jamais été puissant. Les banquiers reconnaissent que la politique Trump, obsédée par les effets négatifs d’un retournement de la politique de la FED, leur a donné, avec le levier fiscal, un relais de croissance inespéré. Mais quel cadeau aux résidents de la 5ème avenue !
Mais est-ce que cette bonne santé financière et boursière peut ruisseler sur le reste de l’économie ? Pas sûr !  
Même si les chiffres de croissance sont très élevés au dernier trimestre.
La dernière note de conjoncture de Goldman Sachs est très prudente. Elle met en garde sur les risques de l’effet d’une augmentation des inégalités. 
Pour le reste, les milieux financiers ne s’inquiètent pas des facéties brutales et vulgaires du président, parce qu’ils savent que le pays profond ne lui en tiendra pas rigueur et que la situation politique va rester stable. 
 
Le deuxième facteur d’inquiétude, c’est la menace de guerre commerciale. Personne ne croit à la perspective d’une guerre protectionniste, mais personne n’exclut qu’un chef d’Etat en arrive à appuyer sur le mauvais bouton qui bloquerait tous les échanges. Or un blocage des échanges internationaux provoquerait un arrêt de la croissance. 
Plus grave, le risque de blocage ou la menace de blocage hypothèque les horizons des chefs d’entreprises. Hormis l’Amérique, le reste du monde commence donc à replier de la toile. 
La tentation brandie par le président américain de réguler certains secteurs aura le même effet de provoquer un ralentissement. 
 
Le troisième facteur est porté par les banques centrales avec l’incertitude sur les taux d’intérêt. Les économies mondiales sont sorties de la crise avec des injections massives d’argent (presque gratuit). Tous les opérateurs savent qu’il faudra remonter les taux d’intérêt. L‘économie financière se complait d‘un argent facile. Mais l’économie réelle, elle, a besoin de rémunérer les risques pris, sinon elle ne prend plus de risque et stagne. 
 
Le quatrième facteur concerne la gestion compliquée des flux migratoires. Cette incertitude porte sur l’avenir de l'Union européenne qui n’a pas les moyens politiques de gérer correctement ces flux. Les économies européennes ont besoin de migrants, mais en l‘état actuel de la situation, les opinions publiques ont du mal à les accepter.
 
Tous ces phénomènes (évidents ou pas) sont des facteurs de dysfonctionnements réels et expliquent l’appréhension des acteurs de la sphère financière.  
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires