En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

04.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

05.

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
light > Culture
Emotion des fans
Le chanteur Christophe serait en réanimation à Brest
il y a 10 min 15 sec
pépite vidéo > International
Rêve de nombreux pays
Thaïlande : des distributeurs automatiques de masques ont été installés à Bangkok
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Europe
Epicentre de l'épidémie

Une crise migratoire que cette crise sanitaire ne saurait nous faire oublier

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Politique
Principales leçons

En France, le virus tue. Et les Amateurs apprennent la communication…

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Santé
Contrefaçon

La crise du Coronavirus fait flamber la circulation de faux médicaments

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Economie
Or noir

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

il y a 5 heures 10 min
décryptage > France
Obstacles

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

il y a 6 heures 12 min
décryptage > France
Solidité

Résilience : oui, la crise est profonde, non l’apocalypse occidentale n’est pas en cours

il y a 7 heures 2 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 17 heures 5 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 18 heures 22 min
pépites > Défense
Alerte générale
Coronavirus : cinquante cas positifs ont été recensés à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle
il y a 53 min 37 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mademoiselle lève le doigt et quand la tortue se prépare à voyager : c’est l’actualité pascalement confinée des montres
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Europe
Même sans corona-bonds

Réponse économique au Coronavirus : l’Europe avance plus qu’il n’y paraît

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Défense
Silence des armes après le déluge de feu ?

Le Coronavirus, candidat au prix Nobel de la Paix ?

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Education
Peut mieux faire

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Economie
Nouvelle étape dans la guerre commerciale ?

Dé-mondialisation passagère ou profonde ? Les entreprises américaines ont commencé à se désengager de Chine

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Politique
Entretien

David Lisnard : "A Cannes, nous nous sommes très vite inspirés des exemples étrangers pour pallier les défaillances de la bureaucratie d’Etat"

il y a 6 heures 39 min
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 16 heures 29 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 17 heures 27 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 18 heures 57 min
© STF / AFP
© STF / AFP
Bonnes feuilles

La cohabitation comme cause de la déstructuration progressive des pouvoirs du chef de l'Etat

Publié le 02 septembre 2018
La cohabitation et le balancier entre la droite et la gauche ont-ils affaibli le rôle et l'efficacité du président de la République ? Extrait du livre 'Vie et survie de la Ve République. Essai de physiologie politique" de Jean-François Sirinelli, publié aux éditions Odile Jacob (2/2).
Jean-François Sirinelli est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sciences Po. Spécialiste de la Ve République et des mutations socioculturelles de la France contemporaine. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Les Révolutions françaises...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Sirinelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Sirinelli est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sciences Po. Spécialiste de la Ve République et des mutations socioculturelles de la France contemporaine. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Les Révolutions françaises...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La cohabitation et le balancier entre la droite et la gauche ont-ils affaibli le rôle et l'efficacité du président de la République ? Extrait du livre 'Vie et survie de la Ve République. Essai de physiologie politique" de Jean-François Sirinelli, publié aux éditions Odile Jacob (2/2).

La fin  des présidents thaumaturges

La prégnance du clivage droite-gauche dans la vie politique de la Ve République avait été de facto confirmée par les premières élections  présidentielles  qui s’y  tinrent. Mis  à  part la  consultation de juin 1969, rendue atypique à la fois par le brusque départ du général de Gaulle quelques semaines plus tôt et par les basses eaux des gauches après l’ébranlement des législatives de juin 1968 quelques mois auparavant, les échéances de 1965, de 1974 et de 1981 s’étaient, en effet, globalement articulées autour d’une crête droite-gauche, avec d’ailleurs des contrastes chaque fois mieux  marqués entre les deux  versants :  si  1965 avait encore vu la présence d’un très solide candidat centriste au premier tour, Jean Lecanuet, 1974 avait enregistré à ce même tour un « candidat unique de la gauche », tandis que 1981 avait hérité  de  la  bipolarité  très  marquée  du  septennat  de  Valéry Giscard d’Estaing, en dépit des efforts de ce dernier pour ne pas s’enfermer dans un tel étau. Plus largement, et non seulement en raison de cet aspect binaire croissant, ces trois élections avaient paru confirmer d’emblée l’aptitude structurante de ce type de consultation : par essence, semble-t-il, celle-ci constituait chaque fois une sorte de nœud gordien que tranchait le suffrage universel, avec un processus jamais acquis à l’avance mais dont le dénouement engageait l’avenir.

Même si 1988, pour des raisons tactiques plus qu’idéologiques, fut délibérément placée par François Mitterrand sous le signe de l’ambiguïté par l’usage du slogan du « ni-ni » et du thème de la « France unie », l’élection présidentielle qui eut lieu à cette date demeura encore, à bien des égards, structurante. Elle  sembla  résoudre  par  le  suffrage  universel  une  situation jusque-là  inédite,  que  ce  même  suffrage  avait  mise en  place deux ans plus tôt : la cohabitation, au pouvoir, de la droite et de la gauche. Toujours la même disposition bipolaire, donc, mais placée en position historiquement singulière par les élections législatives de 1986. À bien y regarder, pourtant, 1988 introduisait  une  nouveauté  dans  le  paysage  politique,  mais considérée  davantage  sur  le  moment  comme  une  anomalie, ou  une  pièce  rapportée,  que  comme  un élément réellement important : un Front national crédité de 14,38 % des suffrages exprimés. Le dérèglement, en fait, était déjà à l’œuvre, mais la brillante réélection du Président sortant – 54,02 % lors d’un second tour où 84,06 % des inscrits s’étaient déplacés – dissimula largement la tectonique des plaques qui s’amorçait alors.

A sa façon, pourtant, l’élection de 1988 demeurait structurante, puisqu’elle mettait en lumière une tendance de fond qui s’amorçait à  la  même  époque : l’installation  d’une  force politique en position haute et durable à la droite de la droite. Bien plus complexes à déchiffrer, car davantage imprévisibles en  amont  et  surtout  moins  structurantes  en  aval,  seront  en revanche les échéances présidentielles suivantes. Non que leurs résultats  aient  été  désormais  politiquement  erratiques : elles continueront, au contraire, à condenser à dates régulières les principaux enjeux, à aimanter les principales formes politiques, tout en arbitrant au sein des partis les principales ambitions personnelles. Mais elles  ne  retrouveront  pas pour  autant les  mêmes  vertus  durablement  structurantes  qui  avaient  été les leurs jusque-là. Bien plus, une telle perte sinon de sens, en tout cas de capacité de polarisation politique, a été croissante au fil des consultations électorales suivantes, et, de ce fait, étudier la Ve République passe aussi, après 1988, par le constat d’une déstructuration progressive non du fonctionnement des élections présidentielles successives, mais de leur aptitude à conférer au Président élu les conditions d’un appui large et stable d’une partie de la communauté nationale. Leur dérèglement, de ce fait, n’est pas seulement à analyser sur le registre institutionnel ni  même, plus largement, sur  celui du constat de  la montée  en  puissance  de  la  démocratie  dite  d’opinion, où  celle-ci, devenue  plus volatile qu’auparavant, n’assurerait plus au nouveau chef de l’État le minimum politique requis : une adhésion durable, scellée  par le  pacte démocratique  que représente, au bout du compte, l’acte de voter. Cette déstructuration  débouche,  bien  plus  profondément, sur un  déficit d’incarnation : la présidentielle n’engendre plus un Président à qui sont donnés le temps et les moyens. Quelles que soient les qualités des intéressés leur sont de facto retirés les attributs dont  disposaient  leurs  prédécesseurs. D’une  certaine  façon, c’en  est  donc  fini,  après  François  Mitterrand,  des  chefs  de l’État à la forte marge  d’autonomie. Celle-ci se restreint donc  également dans ce domaine du pouvoir de faire, et  mener l’analyse de chacune des élections  présidentielles après 1988 revient à  rédiger la chronique d’une mort annoncée : celle des présidents thaumaturges.

Extrait du livre 'Vie et survie de la Ve République. Essai de physiologie politique" de Jean-François Sirinelli, publié aux éditions Odile Jacob

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

04.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

05.

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires