En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 3 heures 5 min
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 8 heures 12 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 9 heures 20 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 14 heures 51 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 50 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 9 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 12 heures 25 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 13 heures 23 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 16 heures 47 min
© STF / AFP
© STF / AFP
Bonnes feuilles

La cohabitation comme cause de la déstructuration progressive des pouvoirs du chef de l'Etat

Publié le 02 septembre 2018
La cohabitation et le balancier entre la droite et la gauche ont-ils affaibli le rôle et l'efficacité du président de la République ? Extrait du livre 'Vie et survie de la Ve République. Essai de physiologie politique" de Jean-François Sirinelli, publié aux éditions Odile Jacob (2/2).
Jean-François Sirinelli est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sciences Po. Spécialiste de la Ve République et des mutations socioculturelles de la France contemporaine. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Les Révolutions françaises...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Sirinelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Sirinelli est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sciences Po. Spécialiste de la Ve République et des mutations socioculturelles de la France contemporaine. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Les Révolutions françaises...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La cohabitation et le balancier entre la droite et la gauche ont-ils affaibli le rôle et l'efficacité du président de la République ? Extrait du livre 'Vie et survie de la Ve République. Essai de physiologie politique" de Jean-François Sirinelli, publié aux éditions Odile Jacob (2/2).

La fin  des présidents thaumaturges

La prégnance du clivage droite-gauche dans la vie politique de la Ve République avait été de facto confirmée par les premières élections  présidentielles  qui s’y  tinrent. Mis  à  part la  consultation de juin 1969, rendue atypique à la fois par le brusque départ du général de Gaulle quelques semaines plus tôt et par les basses eaux des gauches après l’ébranlement des législatives de juin 1968 quelques mois auparavant, les échéances de 1965, de 1974 et de 1981 s’étaient, en effet, globalement articulées autour d’une crête droite-gauche, avec d’ailleurs des contrastes chaque fois mieux  marqués entre les deux  versants :  si  1965 avait encore vu la présence d’un très solide candidat centriste au premier tour, Jean Lecanuet, 1974 avait enregistré à ce même tour un « candidat unique de la gauche », tandis que 1981 avait hérité  de  la  bipolarité  très  marquée  du  septennat  de  Valéry Giscard d’Estaing, en dépit des efforts de ce dernier pour ne pas s’enfermer dans un tel étau. Plus largement, et non seulement en raison de cet aspect binaire croissant, ces trois élections avaient paru confirmer d’emblée l’aptitude structurante de ce type de consultation : par essence, semble-t-il, celle-ci constituait chaque fois une sorte de nœud gordien que tranchait le suffrage universel, avec un processus jamais acquis à l’avance mais dont le dénouement engageait l’avenir.

Même si 1988, pour des raisons tactiques plus qu’idéologiques, fut délibérément placée par François Mitterrand sous le signe de l’ambiguïté par l’usage du slogan du « ni-ni » et du thème de la « France unie », l’élection présidentielle qui eut lieu à cette date demeura encore, à bien des égards, structurante. Elle  sembla  résoudre  par  le  suffrage  universel  une  situation jusque-là  inédite,  que  ce  même  suffrage  avait  mise en  place deux ans plus tôt : la cohabitation, au pouvoir, de la droite et de la gauche. Toujours la même disposition bipolaire, donc, mais placée en position historiquement singulière par les élections législatives de 1986. À bien y regarder, pourtant, 1988 introduisait  une  nouveauté  dans  le  paysage  politique,  mais considérée  davantage  sur  le  moment  comme  une  anomalie, ou  une  pièce  rapportée,  que  comme  un élément réellement important : un Front national crédité de 14,38 % des suffrages exprimés. Le dérèglement, en fait, était déjà à l’œuvre, mais la brillante réélection du Président sortant – 54,02 % lors d’un second tour où 84,06 % des inscrits s’étaient déplacés – dissimula largement la tectonique des plaques qui s’amorçait alors.

A sa façon, pourtant, l’élection de 1988 demeurait structurante, puisqu’elle mettait en lumière une tendance de fond qui s’amorçait à  la  même  époque : l’installation  d’une  force politique en position haute et durable à la droite de la droite. Bien plus complexes à déchiffrer, car davantage imprévisibles en  amont  et  surtout  moins  structurantes  en  aval,  seront  en revanche les échéances présidentielles suivantes. Non que leurs résultats  aient  été  désormais  politiquement  erratiques : elles continueront, au contraire, à condenser à dates régulières les principaux enjeux, à aimanter les principales formes politiques, tout en arbitrant au sein des partis les principales ambitions personnelles. Mais elles  ne  retrouveront  pas pour  autant les  mêmes  vertus  durablement  structurantes  qui  avaient  été les leurs jusque-là. Bien plus, une telle perte sinon de sens, en tout cas de capacité de polarisation politique, a été croissante au fil des consultations électorales suivantes, et, de ce fait, étudier la Ve République passe aussi, après 1988, par le constat d’une déstructuration progressive non du fonctionnement des élections présidentielles successives, mais de leur aptitude à conférer au Président élu les conditions d’un appui large et stable d’une partie de la communauté nationale. Leur dérèglement, de ce fait, n’est pas seulement à analyser sur le registre institutionnel ni  même, plus largement, sur  celui du constat de  la montée  en  puissance  de  la  démocratie  dite  d’opinion, où  celle-ci, devenue  plus volatile qu’auparavant, n’assurerait plus au nouveau chef de l’État le minimum politique requis : une adhésion durable, scellée  par le  pacte démocratique  que représente, au bout du compte, l’acte de voter. Cette déstructuration  débouche,  bien  plus  profondément, sur un  déficit d’incarnation : la présidentielle n’engendre plus un Président à qui sont donnés le temps et les moyens. Quelles que soient les qualités des intéressés leur sont de facto retirés les attributs dont  disposaient  leurs  prédécesseurs. D’une  certaine  façon, c’en  est  donc  fini,  après  François  Mitterrand,  des  chefs  de l’État à la forte marge  d’autonomie. Celle-ci se restreint donc  également dans ce domaine du pouvoir de faire, et  mener l’analyse de chacune des élections  présidentielles après 1988 revient à  rédiger la chronique d’une mort annoncée : celle des présidents thaumaturges.

Extrait du livre 'Vie et survie de la Ve République. Essai de physiologie politique" de Jean-François Sirinelli, publié aux éditions Odile Jacob

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires