En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Bonnes feuilles
Le macronisme : "un libéralisme par l'Etat qui voudrait passer en force"
Publié le 02 septembre 2018
Avec Luc Rouban
Depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron a rebattu les cartes et changé la donne sur l'échiquier politique. Extrait du livre "Le Paradoxe du macronisme" de Luc Rouban, publié aux Presses de Sciences Po (2/2).
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987.Il est l'auteur de La fonction publique en débat (Documentation française, 2014), Quel avenir pour la fonction publique ? (Documentation...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987.Il est l'auteur de La fonction publique en débat (Documentation française, 2014), Quel avenir pour la fonction publique ? (Documentation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron a rebattu les cartes et changé la donne sur l'échiquier politique. Extrait du livre "Le Paradoxe du macronisme" de Luc Rouban, publié aux Presses de Sciences Po (2/2).
Avec Luc Rouban

Le macronisme a été étiqueté de plusieurs manières mais toujours en désaccord avec ce qu’il était ou produisait vraiment dans la vie politique. Le macronisme associe le retour de l’autorité à l’Élysée à la volonté de réinterpréter la Ve République dans le sens d’une recherche de l’efficacité et du résultat. Ce n’est cependant pas du gaullisme, car il est trop pro-européen et libéral et dépourvu du sens de la tragédie historique qui est aujourd’hui l’apanage, bien que dans des sens très différents, de la France insoumise et du FN. Mais ce n’est pas non plus du centrisme, car son électorat du premier tour est spécifique. Les sociaux-libéraux se situent à gauche de l’échelle gauche-droite et pas au centre. Ils ne s’identifient pas à l’électorat du MoDem qui se trouve être moins libéral tant sur le plan économique que sur le plan culturel. Et ce n’est pas de la technocratie à l’ancienne du simple fait qu’Emmanuel Macron est issu de l’inspection générale des Finances car la haute fonction publique n’a pas pris les commandes à la place des élus et n’a investi ni LREM ni les rangs de l’Assemblée nationale ni même ceux des entourages du pouvoir exécutif. Le macronisme, c’est l’idéologie managériale étendue au politique. C’est le rêve de tous les hauts fonctionnaires réformistes étant passés par le secteur privé après s’être épuisés à produire des rapports dont personne ne tenait compte : mettre en avant les décisions prises en petit comité et les exécuter sans trop tenir compte des débats parlementaires ni des réactions syndicales. C’est un libéralisme par l’État qui voudrait passer en force. Au demeurant, le projet de révision constitutionnelle de 2018 a bien pour objet de réduire la fonction tribunicienne du Parlement. C’est une nouvelle interprétation économiste de la Ve République qui la présidentialise encore un peu plus alors même que les élections de 2017 ont montré l’intensité des demandes pour une démocratie horizontale et participative.

À bien des égards, le macronisme, qui se présente comme une opération de rattrapage du temps que la France aurait perdu dans la quête d’une normalité européenne et libérale, arrive donc à contretemps et en décalage. Sa base sociale est étroite car il s’adresse non pas à la France des riches mais à la France des gagnants. Il ne permet nullement l’intégration des couches populaires dans le débat démocratique dont elles se séparent toujours un peu plus. Il ne résout pas la fracture sociale béante qui nourrit les populismes et ne fait pas disparaître le clivage gauche-droite. En voulant faire populiste, il a finalement fait élitiste.
 
Puiser dans la société civile et dans la véritable vie de l’économie l’a conduit à fermer comme jamais le recrutement social du personnel politique. Mais le macronisme constitue cependant le moment historique d’une confrontation sous-jacente à la vie politique française et qui ne se réduit pas à celle de deux visions de la démocratie ou à celle de la mondialisation et du souverainisme. Cette confrontation oppose deux anthropologies du pouvoir, deux systèmes de référence dans la construction de la légitimité. Ces deux anthropologies viennent organiser autant la question constitutionnelle que celle de la décentralisation ou des services publics. L’une est celle d’un pouvoir abstrait, désincarné, lointain, celui des chiffres et de l’économie, du raisonnement fut-il philosophique, l’autre celle du vécu et de la proximité physique, des pratiques professionnelles et des histoires locales, des affects et du ressenti. C’est en cela que le macronisme est un puissant révélateur politique.
 
Extrait du livre "Le Paradoxe du macronisme" de Luc Rouban, publié aux Presses de Sciences Po
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires