En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Les défis de demain
Grèce et Turquie sont dans un bateau
Publié le 24 août 2018
Retour sur les difficultés économiques et financières auxquelles sont confrontées la Turquie et la Grèce.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Retour sur les difficultés économiques et financières auxquelles sont confrontées la Turquie et la Grèce.

On dit que la Grèce peut aller un peu mieux et que la Turquie va désormais aller très mal. Ce n’est pas forcément faux, mais attention il y a une astuce. Si la Turquie se ferme, se venezualise à fond et devient totalement infréquentable (avouons qu’elle fait tout pour cela depuis des années), alors la Grèce récupèrera du business et des touristes, quel que soit le degré de dévaluation de la Turkish Lira. Pour être franc, cela ne me chagrinerait pas trop, je ne prétends pas être impartial dans cette histoire. Mais si la Turquie est simplement secouée, que Trump change d’avis, que les capitaux reviennent après la montée vertigineuse des taux d’intérêt, alors on risque bien de se retrouver avec une nouveau choc anti-Grèce, via les taux de changes : car il est vain de faire des efforts pour retrouver de la « compétitivité » quand votre principal concurrent dévalue chaque année de 30% tandis que vous êtes condamné à vivre dans une monnaie germano-allemande. 

Nous en avons déjà parlé dans ces colonnes : depuis une décennie, les stimulations artificielles dont bénéficient les turcs (du moins jusqu’ici) font perdre chaque mois plusieurs années d’efforts aux grecs. J’ai essayé dans le graphique ci-dessous d’illustrer le problème, mais ce n’est que le petit bout de la lorgnette : à chaque fois que la dépréciation de la Lira excède l’inflation turque, on peut s’attendre peu après à une chute des exportations helléniques. Ce n’est qu’une partie du problème, et cela risque de faire très mal dans les mois qui viennent dans une économie en convalescence et sous surveillance.   
 
Ce voisinage est décidément une plaie, qui oblige à des dépenses militaires conséquentes, et peut-être demain à de nouveaux flux de réfugiés (3,5 millions de syriens en Turquie, monnaie d’échange si cela tourne mal). Il faudrait en tenir compte, mais ne comptez ni si Bruxelles ni a fortiori sur Francfort pour cela : ils ne font jamais le lien entre les dévaluations turques et les pressions déflationnistes hellènes, seule importe pour eux l’exposition des banques. Mais comment sortir d’une déflation quand votre voisin renforce en permanence, par son laxisme monétaire, la pression (ci-dessous les trajectoires de la masse monétaire au sens large, M3, dans les deux pays) ? C’est une question qui vaut presque autant que celle posée dans ces colonnes vers 2010-2011 (comment rembourser des prêts à 5% quand votre PIB nominal baisse de 4% chaque année ?), ce qui me fait dire que nous nous n’en avons pas terminé avec ce dossier, et que c’est totalement de NOTRE faute. 
 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires