En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
Daech
Ce que la France a à craindre du retour d'Abou Bakr al-Baghdadi, le "Calife" de l'Etat Islamique
Publié le 24 août 2018
Une attaque au couteau dans la vile de Trappes a fait deux morts ce jeudi 23 juin. Elle a été revendiquée par l'Etat islamique.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une attaque au couteau dans la vile de Trappes a fait deux morts ce jeudi 23 juin. Elle a été revendiquée par l'Etat islamique.

Atlantico : Selon vous à quel point le message diffusé par Baghdadi appelant à continuer le djihad peut-être annonciateur d'une reprise des attentats sur le territoire national ? 

Alexandre Del Valle : Il peut y avoir une reprise des attentats tout simplement car il y a conjonction de deux facteurs. D'abord car il y a une cinquantaine de personnes qui ont été relâchées dans la nature ces derniers temps et qui sont formées au combat. Ensuite il y a l'effet Werter du fameux ouvrage de Goethe, repris par les psychologues pour montrer que quand il y a un acte suicidaire ou total qui bénéficie d'une large couverture médiatique, cela créé un effet d'imitation ou même une identification de manière conscience ou inconsciente.  Lorsqu'il y a un message d'Abou Bakr al-Baghdadi qui appelle à continuer le djihad, à ne pas faiblir malgré le recul en Syrie ou en Irak, c'est un encouragement hiérarchique avec un chef du califat (qu'on lui reconnaisse son titre ou pas) qui donne la légitimation religieuse et la légitimation de l'acte. Sur ce point là on peut parler de l'effet Milgram. On sait que des gens peuvent commettre des choses atroces du moment qu'ils ont un aval hiérarchique qui les déresponsabilise et le légalise. On a tous les ingrédients donc pour qu'il y ait plus de violences dans les prochains temps. Un appel hiérarchique qui légitimise et l'effet d'imitation provoqué par la médiatisation de chaque attentat. 

Ce qui compte pour l'Etat islamique c'est le rendement. Qu'importe si un attentat n'a pas été fructueux, l'objectif est qu'on en parle, que les médias en parlent et que cela donne des idées à d'autres et de susciter des vocations.  Et cela marche, il suffit de regarder l'augmentation des attaques au couteau. 

Comment vraiment interpréter la revendication de l'attaque au couteau qui s'est produite ce 23 août à Trappes par l'agence Aamaq considérant la perte de crédibilité médiatique de l'agence de propagande, notamment depuis la mort de son fondateur Rayan Mishaal il y a plus d'un an ? 

Cela revient à corroborer ce que j'ai dit plus tôt. Une structure terroriste qui est en perte de vitesse sur le terrain mais qui a encore beaucoup de sympathisants à travers le monde a tout intérêt à revendiquer des attaques qu'elle n'a pas forcément fomenté car cela va permettre de faire parler d'elle. Le simple fait que nous nous posions la question "Est-ce que l'Etat islamique a vraiment orchestré cette attaque?" suffit à répondre aux objectifs de Daech. Une fausse revendication ne serait pas une première il suffit de citer le cas de casino de Manille ou même plusieurs actes aux Etats-Unis qui n'avaient rien à voir avec le djihadisme et qui ont été revendiqués par l'Etat islamique. Le fait même que l'on en parle, déjà, c'est de la publicité.

Ce que n'ont pas compris beaucoup d'analystes c'est que l'objectif de l'EI n'est pas un territoire précis qu'ils veulent récupérer ou d'exiger la libération de prisonniers. Eux ont vocation à faire du terrorisme idéologique. Le seul but du terrorisme islamiste n'est pas de tuer des gens pour tuer, susciter l'indignation afin que l'on en parle et que l'idée de la soumission à l'islam progresse.  Ils ne font parler d'eux par la violence que pour que plus de personnes aient le mot "sharia" en tête. C'est le même principe que la publicité, marteler un message jusqu'à l'ancrer dans les esprits. On peut faire là un parallèle avec les travaux de Bourdieu avec l'habitus et l'intériorisation. 

Pourtant, même si l'assaillant avait "plus le profil d'un déséquilibré que d'un terroriste" selon Gérard Collomb, on sait bien que les deux ne sont pas incompatibles?

La tendance en Europe de l'Ouest est d'écarter au plus vite la qualification d'acte de terrorisme islamiste pour ne pas stigmatiser. Pour essayer une sorte de pax islamica dans les quartiers difficiles. Mais Gérard Collomb s'est un peu trahi. Cet homme ne sort pas d'un hôpital psychiatrique, ce n'est pas un fou furieux, il a déjà eu des problèmes avec la justice en 2016 où il a été condamné pour apologie d'acte de terrorisme, son employeur l'avait licencié. 

Mais certes cet homme n'était pas un grand pratiquant, un homme "pieux" mais ce ne sera pas le premier à afficher un profil atypique, il suffit de se rappeler du profil du terroriste de Nice. Il n'empêche que cet homme avait des idées djihadistes. Ce qui compte c'est l'adhésion à un projet totalitaire et visiblement c'était le cas.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
03.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
04.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
05.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
06.
+ 4,2% des prix de la grande distribution en raison de la loi Alimentation ? Comment les autorités démontrent leur impuissance à soutenir les agriculteurs
07.
Une mystérieuse créature sème la panique dans un parc chinois
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires