En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© MYCHELE DANIAU / AFP
Quand vient la fin de l'été...
Résolution de la rentrée : jetez vos tongs !
Publié le 23 août 2018
Alors que les congés estivaux se terminent, il est impératif de s'affirmer et d'attaquer la rentrée avec des objectifs cruciaux afin de dissiper la sensation d’écœurement, éprouvée lors du retour des vacances.
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les congés estivaux se terminent, il est impératif de s'affirmer et d'attaquer la rentrée avec des objectifs cruciaux afin de dissiper la sensation d’écœurement, éprouvée lors du retour des vacances.

Les vacances sont aussi la recherche d’une esthétique qui nous repose l’âme et le regard. Le silence une denrée rare nous fait nous émerveiller du chant d’un oiseau ou du silence lui même qui raisonne comme le bonheur. Le bruit assourdissant d’une cascade, la mer qui tente encore de rouler ses galets, les sommets, les ruines, les oliviers, la campagne... La nature ne déçoit jamais.

Mais il y a l’homme : nous ! Et d’année en année le retour de vacances laisse un arrière goût d‘écoeurement, une inquiétude diffuse que nous essayons de dissimuler à coup de photos de vacances enchanteresses partagées névrotiquement sur What’s app ou Instagram en sélectionnant les plus belles avec le sentiment que cette beauté rejaillit sur nous grace à un narcissisme croissant.
 
La réalité est toute autre, les rivages de partout sont jonchés de plastiques et de déchets en tout genre ; en fait de silence on impose un bruit musical permanent, lorsque vous suppliez de baisser la musique ou le son sur le plage ou dans n’importe quel endroit accessible à un touriste, on vous répond sèchement « ça plait »! ou mieux (dans les endroits plus sophistiqués) : « cela fait partie du code graphique » sic.
 
Il semble que nous ayons choisi de tout abîmer de tout sacrifier à une consommation meurtrière réfléchie , symbole d’une pseudo modernité qui impose qu’on s’éclate en faisant du passé table rase. On massacre à tour bras tout ce qui peut l’être, les plus beau endroits sont pollués par des parasols publicitaires chamarrés hixeux, le mobilier urbain sous un prétexte futuriste branché revendique un aspect artistique comtemporain, massacrant avec bonheur l’environnement et cela va des pissotières parisiennes  rouge vif ,aux planches de chantiers en guise de bancs de la place du Panthéon... Tout cela est assorti aux  hangars des campagnes qui ont dénaturé les entrées de nos villes sur des kilomètres, au nom de grandes surfaces qui ont tué les centres villes et les petits commerces qu’elles étaient supposé  préserver. 
 
Tout devient moche, désespérément laid avec l’intention de l’être. Souvenons-nous des corps de fermes de jadis, aussi beaux que les châteaux voisins et qui maintenant sont des abris en tôle. Jusqu’à  la première guerre mondiale, l’exigence esthétique faisait partie de la réussite économique qu’il s’agisse de bâtiments industriels publiques ou agricoles; les siècles précédents  rivalisaient de beauté architecturale partout et en toutes circonstances  qu’il s’agisse de toits, de charpentes, de frontons, de bâtiments publiques, de fermes, d’églises...
 
 
Pire, aujourd’hui c’est  l’homme lui-même qui a décidé de s’enlaidir, de réduire ses efforts vestimentaires à leur plus simple expression et de s‘infliger des décorations corporelles indélébiles sous forme de tatouages ou de piercings. Le territoire du corps est atteint par cette destruction créatrice ! Le tatouage, n’en déplaise aux lecteurs qui ont craqué, est au corps ce que le tag est aux bâtiments ...Faute de s’habiller on se décore. Mais ce n’est pas tout, on s’enlaidit des pieds à la tête,  cheveux orange ou bleus, ongles de sorcières,  oripeaux gothiques des jeune branchées , le jogging est le summum du chic, les chaussures disparaissent avec des parents complices qui élèvent des enfants qui n’ont jamais mis de chaussures. Les baskets adorées  grosses, lourdes, laides se portent avec fierté en soirée .L‘été la tong complète cet arsenal ,assurant au possesseur une démarche de manchot au pôle Nord ( sans vouloir insulter les manchots). On traine les pieds, on se voûte, on se vautre, le dos est mou comme la tenue cool et branchée. Mac DO a voulu capitaliser sur cette mode déstructurée avec un slogan ravageur «  venez comme vous êtes » sous entendu : surtout pas d’effort quel qu’il soit; l’accroche publicitaire de la marque a fait plus fort en décidant d’adjoindre des fautes d’ortographe à ses slogans,  pour faire djeune-nul. Il faut  tirer vers le bas pour s’assurer la consommation de ceux qui ont renoncé. Et après tout quand les « installations » artistiques consacrent la toile à laver et le balai en guise d’oeuvre d’art, il ne faut  plus s’étonner... 
 
Le jean s'est savamment troué ou élimé, l’abimer pour les vendre plus cher. Et pourtant, il n’y a pas d’ambition sans beauté, la beauté est une valeur puisque c’est une exigence, une éthique des formes et de la pensée  mais le phénomène de déconstruction s’étend à tous les domaines, tout est équivalent, la beauté ne serait qu’un concept dépassé, le laisser-aller un mode de vie symbole de tolérance, ne seraient ce pas plutôt  les signes avant-coureurs de la décadence ? C’est la planète toute entiere en conséquence que nous sacrifions à des caprices du mal être .
 
Alors, en ce retour de vacances si nous pouvions jeter nos tongs aux orties ? ne serait-ce qu’au nom de l’écologie qui fascine les mêmes pollueurs décérébrés...après tout c’est du plastique: recyclez les. Pour les tatouages, imaginez- les madame, « quand vous serez bien vieille le soir à la chandelle » incrustés dans vos rides  « vous serez au foyer une vieille accroupie » ( Ronsart) ...au tatouage flétri.
 

Soyez intolérants! C’est à chacun d’entre nous de réagir et de se battre, oubliez le sacro saint « c’est pas mon problème » qui consacre le veau qui sommeille en nous.  Réagissez! Vantez à votre entourage les tatouages provisoires et le cas échéant  avouez que vous regrettez le vôtre. Exigez de la tenue et montrez l’exemple. Revoltez-vous devant les massacres de votre environnement direct ! Revendiquez l’élégance partout, vestimentaire, linguistique, architecturale, comportementale, intellectuelle...ne laissez rien passer. La responsabilité individuelle existe même si on veut l’enterrer.

Et puis méditez sur la définition de Victor Hugo  «  la beauté c’est l’infini contenu dans un contour ».
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires