En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Brendan Smialowski / AFP
Guerre économique

Donald Trump se bat pour revenir au niveau pré-2008 alors qu'il devrait s'occuper de la prochaine crise

Publié le 20 août 2018
Depuis quelques mois, l'Amérique de Donald Trump a déstabilisé nombre d'économies dans le monde, dans le but de rétablir sa puissance. Mais la stratégie adoptée est éminemment contestable.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques mois, l'Amérique de Donald Trump a déstabilisé nombre d'économies dans le monde, dans le but de rétablir sa puissance. Mais la stratégie adoptée est éminemment contestable.

A quoi jouent donc les États-Unis ? Ils sont en plein emploi et veulent aller plus loin, tout en déstabilisant nombre de pays. C’est le cas en zone euro, quand ils soutiennent le Brexit ou le Président hongrois par exemple, et attaquent l’Allemagne exportatrice de voitures mais qui ne dépense pas assez pour sa sécurité. Et l’euro perd 6% depuis janvier. C’est plus encore le cas avec le Venezuela (en saisissant certains de ses actifs) – en crise majeure, ou récemment la Turquie ou l’Iran – avec l’idée de les pousser dans une crise sociale. Et les monnaies turque et iranienne (marché gris) perdent alors plus de la moitié de leur valeur depuis janvier. S’agit-il de déstabiliser le monde ?  

Mais pour quel intérêt ? Les États-Unis vont étonnamment bien, avec un taux de chômage de 3,9%, une inflation qui monte peu (2,9%), autant que les salaires. Surtout, aller plus loin est dangereux, d’abord pour eux. Les bons résultats américains actuels sont-ils en effet le miracle d’une croissance de plein emploi sans hausse du salaire réel grâce à la révolution technologique en cours, à l’expertise de la Fed et au magistère de Donald Trump, ou bien la trace profonde d’une crise qui s’est pourtant arrêtée il y a dix ans ? Bien sûr, ramener vers le marché du travail des personnes qui l’avaient quitté depuis plusieurs mois, et d’autres souffrant de problèmes de santé (en fait d’accoutumance à des opioïdes) : il faut reconnaître que cette politique donne des résultats positifs ! Sans être naïfs, elle fonctionne aussi avec la réduction des aides aux chômeurs de longue durée et des subventions médicales. Donc les États-Unis vont étonnamment bien dans un monde qu’ils secouent dangereusement. Ils n’auraient donc rien à craindre à continuer chez eux, et à secouer les autres ?

Non. Car malgré tous ces bons résultats, toutes ces pressions (sociales et internationales), malgré le creusement du déficit budgétaire et une politique monétaire qui réduit les taux à court et à longs, la croissance américaine n’est plus sur sa trajectoire de croissance d’avant crise, de 1998 à 2007. Des calculs de la Banque fédérale de San Francisco (Economic Letter du 13 août 2018) montrent au contraire que les États-Unis ont actuellement un PIB inférieur de 10% à celui qu’ils auraient eu hors crise. Ce « manque à produire » serait aussi de 12% pour la zone euro et le Royaume-Uni. La crise a donc laissé des traces, partout, et voisines dans l’OCDE.

Les théories abondent pour expliquer ces séquelles, mettant l’accent sur les crises financières, dont les conséquences sont les plus profondes de toutes, et surtout les plus durables. Avec la crise financière, des ménages et des entreprises ne peuvent plus rembourser, ce qui mène à la faillite et au chômage, et fait aussi tomber les banques les plus fragiles. La bourse fléchit, ce qui inquiète les investisseurs. Les banques font plus attention pour faire crédit. Surtout, les entreprises deviennent bien plus prudentes pour embaucher, investir et se lancer dans des programmes de recherche-développement, tandis que les startups les plus innovantes sont bridées, voire ne se lancent pas dans l’aventure.

Au fond, c’est le scénario d’une décennie perdue qui émerge de ces calculs sur le poids de la crise financière « passée ». On comprendrait alors le souci d’en éviter une autre, sachant que les banques centrales n’ont pas épongé les effets de la précédente ! En cas de ralentissement américain, les munitions de la Fed pour baisser ses taux seront en effet réduites (ils sont à 2%) et plus encore sa capacité à acheter à nouveau des bons du trésor, alors qu’elle vend ceux qu’elle a en portefeuille. 

Eviter une nouvelle crise financière compte tenu de ses impacts durables, notamment en renforçant les normes prudentielles bancaires, bien plus importants qu’il y a dix ans, est donc de l’intérêt de tous. Mais tel n’est pas le calcul de Donald Trump. Il entend pousser la croissance américaine de manière à hausser son PIB potentiel. Il serait de l’ordre de 2,5%, autrement dit l’économie américaine le dépasse, ce qui ne peut durer longtemps sans tensions inflationnistes majeures. Et pourtant, Donald Trump continue, en permettant des crédits plus faciles aux ménages et aux PME, mais aussi en matière de recherche avec une protection plus forte des brevets américains et la baisse de la fiscalité des entreprises (même si ses projets en matière d’infrastructure sont bloqués au Congrès). 

Donald Trump joue donc très gros jeu : forcer la croissance américaine par la finance et affaiblir celles de tous, alliés ou non, partout ailleurs. Un jeu d’autant plus risqué que la crise ancienne n’est pas résolue et qu’il avance vers la suivante, avec moins de munitions. Les anciens parlaient de « victoire à la Pyrrhus », pour parler de ces « victoires » qui affaiblissent plus le vainqueur que le vaincu. Et là il s’agira sans doute plus de politique que de finance, et plus du monde occidental, dans ce qui peut être une « victoire perdante ».

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires