En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 32 min 8 sec
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 2 heures 10 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 3 heures 29 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 5 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 6 heures 24 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 9 heures 30 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 10 heures 57 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 1 heure 37 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 2 heures 33 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 4 heures 35 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 8 heures 19 sec
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 10 heures 45 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 22 heures 39 min
Bonnes feuilles

Le courage, le sang-froid et l'engagement des équipes du déminage lors des attentats du 13 novembre 2015

Publié le 19 août 2018
Les équipes intervenues au Bataclan et au Stade de France dévoilent leur témoignage saisissant. Extraits du livre "Démineur" de Victor Ferreira, publié chez Mareuil éditions.
Victor Ferreira a quitté le Portugal en 1983 pour venir en France. Il s est engagé à la Légion Étrangère en 1984. Il a servi au 4e RE (Castelnaudary), à la 13e DBLE (Djibouti), au 3e REI (Kourou) et au 2e REI (Nîmes), où il a fait la plus grande partie...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Victor Ferreira
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Victor Ferreira a quitté le Portugal en 1983 pour venir en France. Il s est engagé à la Légion Étrangère en 1984. Il a servi au 4e RE (Castelnaudary), à la 13e DBLE (Djibouti), au 3e REI (Kourou) et au 2e REI (Nîmes), où il a fait la plus grande partie...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les équipes intervenues au Bataclan et au Stade de France dévoilent leur témoignage saisissant. Extraits du livre "Démineur" de Victor Ferreira, publié chez Mareuil éditions.

François, 41 ans, Paris 

En tant que pompier volontaire, je n’étais pas préparé à me rendre chez un particulier qui avait trouvé une bombe. Nous avons appelé les démineurs. C’est cet incident qui m’a donné envie de faire ce métier. Je l’exerce au sein du LCPP depuis 2003. J’ai aussi suivi une formation de plongeur.

Le 13 novembre 2015, jour des attentats dans Paris, je suis chez moi. Le Central m’appelle pour une explosion au Stade de France. Je vais au labo. Je téléphone à ma compagne et lui demande de rentrer tout de suite à la maison. À 22 h 10, mon équipe se rend Boulevard Voltaire : dans un café, un des terroristes a fait sauter sa ceinture d’explosifs. D’autres équipes se rendent au Stade de France. Nous entrons dans un bar. Le sol est couvert de sang et jonché d’écrous. Les secours ont découvert des fils électriques sur un corps. Je le fouille et trouve un gilet explosif, que je neutralise. Je le retourne et comprends pourquoi il n’est pas déchiqueté : seule la charge située dans le dos a fonctionné. C’était un kamikaze. Nous informons immédiatement nos collègues : il ne faut pas tirer sur les terroristes car cela risque de les faire exploser et d’augmenter le nombre des victimes.

Le Central nous envoie ensuite au Bataclan, où l’assaut vient de s’achever, pour sécuriser la salle. J’entre avec mon binôme. Je découvre alors l’ampleur de l’attaque. Les morts jonchent le sol par dizaines. La salle est dans le noir. Les téléphones des victimes ne cessent de sonner. Nous fouillons la salle, les vestiaires, les corps des victimes, des terroristes, et nous neutralisons un gilet explosif. Je reste très professionnel en palpant et en déplaçant les corps alors que les sonneries incessantes me rappellent que, dehors, l’angoisse est à son comble. Lorsque je fouille le corps d’une jeune femme, son téléphone glisse sur le sol. Je le ramasse et vois s’afficher « Maman ». Malgré l’émotion, je me remets au travail. Je me trouve véritablement sur une zone de guerre. J’y suis resté cinq heures. Je ne veux plus jamais revivre ça. Je suis retourné au Bataclan à l’occasion de sa réouverture, content et curieux à la fois. J’ai eu le sentiment que ce n’était pas le même lieu. C’est bien ainsi.

Max, 54 ans, Paris

Avec mon binôme, nous nous sommes trouvés le 20 avril 2017 sur le lieu de l’attentat des Champs-Élysées. Nous avons fait face au cadavre du terroriste, à son sac et à un véhicule suspect. Nous ignorions si des complices armés étaient cachés non loin. Nous n’avons pas enfilé la tenue de démineur pour ne pas devenir des cibles. Le binôme cyno faisait aussi partie de l’intervention. Le maître-chien a guidé son animal à distance, avec un rayon laser, pendant que celui-ci explorait le véhicule. Nous avons ensuite inspecté le corps du terroriste puis son sac. Chaque événement dramatique nous oblige à nous adapter. Nous évoluons en même temps que la menace.

Le 13 novembre 2015, j’étais de repos chez moi lorsque François, mon binôme, m’a téléphoné : « Max, gros problème : attentat au Stade de France. » Je suis allé immédiatement au LCPP récupérer le matériel d’intervention et me suis rendu au Stade de France. Pendant le trajet, je me suis préparé à ce que j’allais découvrir. Le troisième terroriste venait juste de se faire sauter. Nous avons sécurisé les lieux puis nous sommes intervenus sur les corps des djihadistes, le véhicule et tout ce qui pouvait être suspect. À la vue de leurs corps déchiquetés, je n’ai éprouvé aucune empathie. Je suis resté très professionnel. Ensuite, nous avons recherché tous les éléments pouvant aider l’enquête. Nous n’en étions qu’au tout début de la procédure judiciaire. Nous avons ratissé la zone. Dans ces cas-là, on ne sait pas exacte-ment ce que l’on cherche : un fil électrique, une batterie, un morceau de scotch… Tout ce qui n’a rien à faire là. Quand nous trouvons quelque chose de suspect, nous ne le touchons pas, nous le marquons.

Face à des événements d’une aussi forte intensité, je me préserve grâce à mon cercle familial. Je m’intéresse aussi beaucoup à la médecine chinoise. Mais je ne suis pas obsédé par mon travail. Si un jour, au cinéma, je me sur-prends à regarder sous les sièges, je penserai à changer de métier.

Richard, 40 ans, et Gun, Paris

Je suis maître-chien à la section de recherche d’explosifs de la Préfecture de police de Paris. Mon chien s’appelle Gun. Mon premier coéquipier à quatre pattes est parti à la retraite à l’âge de 8 ans. Cela m’a brisé le cœur de m’en séparer car je n’intervenais qu’avec lui.

Le chien de recherche d’explosifs doit être très joueur. Gun aime que les choses soient bien réglées, ça le rassure. Il sait qu’à partir du moment où je lui mets son harnais, il va chercher, trouver et « fixer » pour être récompensé. Quand je lui retire, il sait qu’il a terminé son travail. Nous l’avons testé pendant une promenade : Gun reste opérationnel, toujours à l’affût ; il a « marqué ». Le chien cherche. En aucun cas il ne doit toucher l’explosif. S’il n’exécute pas mes ordres, il ne reçoit aucune récompense. Il manifeste alors son mécontentement en me faisant la tête.

Nous avons des chiens qui sont entrés au Bataclan et sont intervenus sur tous les autres attentats de Paris. La nuit suivante, nous sommes allés avec Gun et les démineurs du LCPP sur le véhicule qui a transporté les terroristes. Depuis ces événements, nous avons développé une technique de guidage des chiens au laser. Je lui désigne l’objectif et l’envoie travailler seul, à distance. Une fois parti, il reproduit les gestes appris.

Lors d’une mission dans un palace parisien, il pleuvait à verse. La truffe de mon chien dégoulinait et dérangeait le personnel de l’hôtel. Il sentait le chien mouillé. De crainte qu’il ne salisse les chambres, la direction de l’hôtel n’a pas tenu à ce que la visite de détection soit faite par mon chien.

Cela m’a fait sourire…

Gun va prendre sa retraite l’année prochaine. J’espère qu’il restera avec moi, parmi les miens.

Extraits du livre "Démineur" de Victor Ferreira, publié chez Mareuil éditions. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires