En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Epinglez-moi

Tout sur le fabuleux destin de Pinterest, le nouveau réseau social star

Publié le 04 mai 2012
Si la fréquentation de ce nouveau réseau social branché, désormais considéré comme l'égal de Facebook et Twitter, a explosé en 2011, le site communautaires existe en vérité depuis 2008. Retour sur les coulisses d'un succès.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la fréquentation de ce nouveau réseau social branché, désormais considéré comme l'égal de Facebook et Twitter, a explosé en 2011, le site communautaires existe en vérité depuis 2008. Retour sur les coulisses d'un succès.

Son nom ne vous est sans doute pas étranger. A l'heure où Facebook, après avoir racheté l'application mobile de retouche  photos Instagram prépare soigneusement son entrée à Bourse pour la mi-mai, cette nouvelle start-up internet, qui a séduit 13,7 millions de visiteurs uniques en janvier 2012, risque de rapidement devenir une référence.

Pinterest, nouveau réseau social à la mode, repose sur un principe simple : il s'agit d'utiliser le site communautaire comme un tableau de liège ("pinboard" ou tableau d'affichage) sur lequel on "épinglerait" (to pin) ses coups de cœur, sous forme de photos glanées aux quatre coins du web, afin de les faire partager aux autres utilisateurs.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser son rapide et récent succès, Pinterest n'est pas totalement un nouveau venu. Bien au contraire, comme le rappellent ses fondateurs, son ascension a été progressive. L'entreprise a été créée en août 2008 par Paul Sciarra, qui venait du monde de la finance, et Ben Silbermann, transfuge de Google. Au départ, les deux amis, qui fondent la société "Cold brew Labs", développent une application de shopping en ligne pour iPhone, appelée "Tote" (fourre-tout). Il s'agit, à partir des données de catalogues en ligne, de créer un méta-catalogue classant tous les articles recensés par catégories.

L'application est un échec mais permet tout de même aux deux amis d'observer un comportement qui sera la base du développement de Pinterest : les utilisateurs de l'application la détournent de sa fonction commerciale première en préférant, plutôt qu'acheter, s'envoyer des photos de certains produits repérés dans le catalogue. Pinterest était né.

Selon Frédéric Fréry, le concept, dans la lignée des géants que sont Facebook et Twitter, n'a rien de réellement innovant (on y retrouve les principes de partage de contenu, de commentaires et de discussions propres à tout réseau social), et c'est là une loi propre au management de l'innovation. Alors que certains pionniers ouvrent la voie (Friendster et MySpace pour les réseaux sociaux dans les années 2000), afin de rôder l'offre et d'éduquer les marchés, d'autres suivent, surfant sur la vague en adjoignant au concept de base de nouvelles fonctionnalités, c'est notamment le cas de Facebook et Twitter.

Mais que vaut alors à Pinterest un tel engouement ? Pour David Pogue, journaliste high tech au New York Times, la première clé du succès réside dans la simplicité et le plaisir d'utilisation de ce véritable scrapbook numérique. Une fois installé le bouton "Pin It " dans vos signets, il suffit de cliquer sur celui-ci dès qu'un contenu web vous paraît attrayant pour ajouter celui-ci à votre clipboard.

Mais selon le journaliste, l'intérêt suscité par ce nouveau réseau social tiendrait surtout à un changement de paradigme : là où les géants Facebook et Twitter jouent essentiellement sur le mimétisme et l'appartenance à un réseau, Pinterest insiste au contraire sur ce qui fait la distinction de ses utilisateurs : "on s'inscrit à Pinterest pour en faire un usage personnel. Le fait que les gens s'abonnent à nous ou pas, n'est pas important dans la mesure où on ne diffuse pas de l'information mais que l'on rassemble des images qui nous inspirent", commente David Pogue.

Une analyse partagée par Bianca Bosker du Huffington Post : la lassitude des utilisateurs de réseaux sociaux ne proviendrait pas des réseaux sociaux eux-mêmes mais du nombrilisme forcené qu'ils favorisent. Loin du miroir social que sont devenus Facebook et Twitter, le principe de Pinterest, c'est au contraire de se ménager un espace personnel nourri par les inspirations du moment. Un concept que l'on pourrait résumer en ces termes : non pas "regardez-moi", mais "regardez ça".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
walküre
- 04/05/2012 - 07:38
Mais au final...
...ça sert à quoi ?