En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 9 heures 3 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 10 heures 5 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 15 heures 41 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 16 heures 47 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 17 heures 3 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 9 heures 23 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 13 heures 6 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 17 heures 18 min
© AFP
© AFP
Disraeli Scanner

La pratique des institutions telle que de Gaulle l’imaginait est très éloignée de celle de ses successeurs

Publié le 06 août 2018
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Lugano, 
Le 6 août 2018, 
 

Mon cher ami, 

Me voici en cénacle, pour quelques jours, avec des amis conservateurs de différents pays européens. Vous vous doutez que le thème de cette année est le Brexit. J’aurai l’occasion de vous en reparler dans quelques jours. 
 
Aujourd’hui, je profite d(une interruption de séance pour vous écrire. J’ai beaucoup médité sur l’histoire de votre pays depuis que vous est tombé dessus ce qu’on appelle « allfaire Benalla ». Par une malheureuse coïncidence, nous sommes à quelques semaines du soixantième anniversaire de la Constitution de la Vè République. Ce devrait être l’occasion de se souvenir de ce que Charles de Gaulle a pratiqué et qu’il avait imaginé pour ses successeurs. 

 

Si de Gaulle a voulu un président et un premier ministre, il avait ses raisons

 
Le fondateur de la Vè République a voulu un premier ministre.  Et tous ceux qui pensent que ce qu’ils appellent la « bicéphalie de l’exécutif » est une anomalie n’ont pas compris l’esprit dans lequel le Général a réfléchi à l’équilibre des pouvoirs. 
 
De Gaulle ne voulait pas d’un « hyperprésident ». Il voulait un président dédié à la vision de long terme, à l’intérêt général, garantissant l’indépendance de la justice, chef des armées, symbole et acteur de l’indépendance française. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de Gaulle avait voulu garder le septennat. Le temps du Président n’est pas celui du gouvernement. Oui, de Gaulle a bien imaginé le président « irresponsable », au sens juridique; mais c’est précisément parce qu’il voyait le président en « monarque républicain ». De Gaulle a même joué avec l’idée que le comte de Paris, l’héritier de la branche d’Orléans, se présente aux élections présidentielles de 1965 puis, éventuellement, propose le rétablissement de la monarchie par référendum. Qu’il ait renoncé, par réalisme, à jouer les Général Monck (qui rétablit la monarchie après la mort de Cromwell) , ne doit pas nous empêcher de comprendre que de Gaulle tenait plus que tout à l’intégrité de la fonction présidentielle et sa distance par rapport aux débats politiques quotidiens. 
 
De Gaulle confie au président le soin de proposer un premier ministre. C’est lui qui est responsable devant l’Assemblée. Il doit trouver une majorité. En l’occurrence, il faut bien comprendre que, pour le Général de Gaulle, les partis n’avaient pas d’autre utilité que d’organiser le débat politique pour les élections législatives. Qu’il y ait un parti « présidentiel » est une chose. En revanche que le Premier ministre s’adressât uniquement à ce parti n’était pas dans l’esprit du Général. Il souhaitait que ses gouvernements eussent une large assise au Parlement. Avant les élections de 1967, il avait envisagé ce que, plus tard, on appellera « cohabitation ». Mais, au cas où le parti présidentiel perdrait, il n’était pas question de prendre autoimatiquement le chef d’une nouvelle majorité partisane ou quelqu’un présenté par elle. De Gaulle avait l’intention de désigner un candidat à l’Hôtel Matignon indépendant des partis; charge à lui d’obtenir une majorité devant le nouveau parlement. S’il n’arrivait pas à obtenir du parlement cette majorité, de Gaulle pensait avoir le choix entre proposer un nouveau candidat ou bien remettre son propre mandat en jeu. Il pensait en effet que soit la France rétablissait la monarchie qui avait fait sa grandeur et l’intérêt général était durablement garanti, soit il fallait que le président républicain élu au suffrage universel montre l’exemple et s’assure régulièrement avoir la confiance du peuple. 
 

De Gaulle a bien imaginé une séparation des pouvoirs

 
De tout ce qui précède, il résulte que jamais le Général n’aurait imaginé envoyer le président parler devant l’Assemblée ou devant le Congrès. Cela aurait dévalorisé ses premiers ministres et cela aurait été contraire à la notion d’irresponsabilité du président. il est bien évident que, depuis Nicolas Sarkozy, les présidents français sont fascinés par la Maison Blanche et par le « diuscours sur l’Etat de l’Union » du président américain. Mais pourquoi croyez-vous que vos présidents s’épuisent aussi rapidemen? Si le président se prend pour le premier ministre et rabaisse ce dernier au rôle de  secrétaire général du gouvernement, alors il court le risque d’essuyer le même type d’impopularité que le premier ministre, pris dans les vicissitudes de la  politique quotidienne. 
 
La question de la séparation des pouvoirs, dans la Vè République ne se pose pas de la même manière que dans mon pays ou dans les autres pays de culture politique anglophone. De Gaulle connaissait suffisamment l’histoire de France pour savoir que la concentration du pouvoir n’est pas toujours synonyme d’efficacité. Il attendait du gouvernement qu’il gouverne et de ses ministres qu’ils assument leurs responsabilités. Jamais on aurait imaginé des conseillers du Général donnant des ordres à des ministres, comme sous Nicolas Sarkozy. Jamais non plus de Gaulle n’aurait joué avec l’idée de disposer d’un service de sécurité indépendant de celui que pouvait lui fournir le Ministère de l’Intérieur. Le meilleur exemple du respect qu’avait de Gaulle des compétences de chacun, on le trouve dans cette histoire véridique: après qu’un de ses conseillers lui eut remis, en 1963, une anticipation de la crise universitaire à venir, du fait de l’entrée en nombre de nouveaux bacheliers dans l’enseignement supérieur, de Gaulle fit passer la note à Pompidou. Celui-ci s’esclaffa et demanda au Général de faire confiance au spécialiste du sujet qu’il était; il ne fallait pas être alarmiste, tout se passerait bien. De Gaulle laissa Pompidou assumer ses responsabilités. Lorsque, cinq ans plus tard, la crise universitaire fut là, de Gaulle dut bien, finalement, reprendre la situation en mains; parce qu’il était le président et que son premier ministre avait fait une grossière erreur d’appréciation. 
 
De même que le Général souhaitait des monistres qui ne fuient pas leur responsabilité, il attendait de l’Assemblée nationale qu’elle assumât les siennes. Et le projet de réforme de la Constitution de 1969 le souligne abondamment: plutôt que de continuer avec un sénat qui fût somplement une Chambre bis, de Gaulle voulait ce dernier représentatif des régions et des forces socio-économiques - afin que le pays se sente mieux représenté et que l’Assemblée joue tout son rôle national. 
 
Je vous concéderai que cette vision est différente de la séparation des pouvoirs selon la Constitution américaine. Mais de Gaulle connaissait l’histoire de votre pays et il savait parfaitement qu’un président laissé seul face à l’Assemblée, cela pouvait mal se finir. Voir 1852, où l’exécutif entreprit de museler le pouvoir législatif. Ou bien 1877 et 1924, où le Parlement fit capituler les présidents. Vous avez remarqué comme des députés ont réclamé à votre hyperprésident de venir répondre aux questions des commissions parlementaires sur l’affaire Benalla. A trop s’exposer, les présidents français se rendent vulnérables. 
 
Mon cher ami, votre consitiution a fait la preuve se sa solidité, depuis soixante ans. Elle est pleine de ressources pour mener votre pays vers une stratégie ambitieuse et des politiques courageuses. Mais il faut faire attention à en respecter l’esprit et à se souvenir de la pratique qu’en avait le Général de Gaulle, qui ne se voulait ni hyper ni hypo-président mais président, tout simplement, garant de l’efficacité du gouvernement, respectant les prérogatives de l’Assemblée et protégeant l’indépendance de la justice. 
Une utopie? Non, la boussole de celui ou celle qui assumera, désormais, la responsabilité politique suprême. 
 
Bien fidèlement à vous 
 
Benjamin Disraëli
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires