En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 min 51 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 14 heures 1 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 15 heures 1 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 20 heures 9 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 20 heures 47 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 21 heures 16 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 22 heures 23 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 22 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 14 heures 13 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 15 heures 43 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 19 heures 38 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 20 heures 41 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 21 heures 18 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 21 heures 44 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 22 heures 40 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 23 heures 9 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Choix cornélien

Entre trop plein d’Etat et absence d’Etat, comment savoir où placer le curseur de la régulation économique

Publié le 04 août 2018
Le 18 juillet 2018, La Commission européenne a infligé une amende de 4,34 milliards d’euros à Google, dans le cas Android. Beaucoup de tenants du libre marché ont été surpris de voir la "main visible" de l’autorité publique intervenir de manière aussi brutale dans l’économie de marché.
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 18 juillet 2018, La Commission européenne a infligé une amende de 4,34 milliards d’euros à Google, dans le cas Android. Beaucoup de tenants du libre marché ont été surpris de voir la "main visible" de l’autorité publique intervenir de manière aussi brutale dans l’économie de marché.

Le 18 juillet 2018, La Commission européenne a infligé une amende de 4,34 milliards d’euros à Google, dans le cas Android. Beaucoup de tenants du libre marché se sont interrogés, surpris de voir la « main visible » de l’autorité publique intervenir de manière aussi brutale dans l’économie de marché.

Disons-le tout net : comme toujours en économie, tout est affaire de mesure. Aux Etats-Unis, les tenants de la liberté économique absolue estiment que le droit de la concurrence n’a pas à bouleverser le marché, lequel doit être libre. En un mot comme en mille, si en économie « interventionnisme public » et « gauche » sont liés, le droit de la concurrence est, pour les américains, « de gauche ». C’est la raison pour laquelle les autorités de concurrence jouent un plus grand rôle sous présidence Obama (démocrate) que sous présidence Reagan (républicain). En Europe, singulièrement en Europe du Sud, le droit de la concurrence, en ce qu’il postule l’acceptation de l’économie de marché, qu’une partie des européens rejette, est plutôt considéré comme étant de « droite ». 
 
La question que recèle ce débat est fondamentale : en économie de marché, par quels moyens et jusqu’où la « main visible » de l’autorité publique doit-elle intervenir ? S’il n’existe pas de martingale en la matière, qu’il soit permis de t’esquisser à quel endroit placer le curseur de l’interventionnisme public.
 
D’un côté, l’autorité publique, qu’il s’agisse pour ce qui nous occupe de l’Union européenne ou de la France, doit être capable de bâtir la régulation, c’est-à-dire la norme juridique et fiscale, qui convienne au bon développement d’une économie saine, compétitive et concurrentielle. Le dire est un truisme. Le faire est souvent une gageure pour au moins deux raisons. 
 
D’abord, car les régulateurs, saisis par le mantra « je régule donc j’existe » ont beaucoup de mal à limiter leur action, afin de fournir aux agents économiques un cadre stable et clair. L’inflation normative est sans cesse dénoncée, rarement combattue.
 
Ensuite, car l’on prend insuffisamment la mesure de la nécessité de disposer, au sein du régulateur, de la matière grise indispensable pour proposer des régulations claires et efficaces. L’Union européenne en est un exemple parmi beaucoup d’autres. Comment réguler la finance comme elle prétend le faire, quand les meilleurs financiers, en plus des moyens exceptionnels dont ils disposent (lobbying, avocats etc.) sont tout simplement beaucoup plus intelligents que les fonctionnaires qui bâtissent la régulation ? 
 
D’un autre côté, l’autorité publique doit être capable de temps en temps d’intervenir dans le marché, mais de manière extrêmement ciblée. Le droit de la concurrence, dont les entreprises ou les Etats sont les destinataires directs et exclusifs, est un moyen de le faire. L’appropriation des moyens de production, que la France a privilégiée, en est un autre. Si une telle appropriation est légitime et même indispensable quand la souveraineté est en jeu – d’ailleurs même la « libérale » Commission européenne construit un mécanisme permettant de faire obstacle au rachat d’entreprises stratégiques par des tiers – ce n’est, hélas, pas toujours le cas. L’actualité en donne un bon exemple avec la question de la cession par l’Etat de sa participation dans Air France-KLM. De fait, l’Etat actionnaire immobilise des ressources publiques dans une entreprise qui ne présente aucun caractère stratégique, par ce qu’elle est aujourd’hui, ou par ce qu’elle pourrait devenir demain. Pire, l’Etat, piètre actionnaire car incapable, comme tout conglomérat, de suivre finement les business models de toutes les entreprises dans lesquelles il est présent, fausse le bon fonctionnement du marché. Il crée dans une entreprise comme Air France-KLM un sentiment d’impunité, de déresponsabilisation, lié à la certitude que l’Etat agira toujours comme un sauveteur en dernier ressort, rendant superfétatoires les efforts d’innovation et de gestion auxquels sont astreints les transporteurs aériens concurrents, qui eux, si l’on peut dire, volent de leurs propres ailes…
 
De toute ceci une conclusion émerge. Une politique économique moderne implique d’abord et avant tout de se donner les moyens de construire le bon cadre juridique, stable et sain, dans lequel les entreprises pourront se développer. L’intervention directe de l’Etat ou de la puissance publique doit être exceptionnelle, strictement circonscrite aux questions de souveraineté et aux dysfonctionnements de marché quand ils sont manifestes. 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires