En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 7 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 8 heures 44 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 9 heures 39 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 10 heures 36 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 14 heures 52 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 15 heures 36 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 8 heures 33 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 9 heures 18 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 1 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 14 heures 44 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 15 heures 18 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 15 heures 39 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 5 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Abus

Comment la protection accrue des locataires de plus de 65 ans se retourne immanquablement contre les seniors sur le marché du logement

Publié le 03 août 2018
La protection des locataires de plus de 65 ans provoque un effet pervers. Certaines personnes âgés de 62 ans trouvent plus difficilement à se loger car les propriétaires ont peur de ne jamais pouvoir s’en débarrasser.
Henry Buzy-Cazaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henry Buzy-Cazaux est le président de l'Institut du Management des Services Immobiliers.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La protection des locataires de plus de 65 ans provoque un effet pervers. Certaines personnes âgés de 62 ans trouvent plus difficilement à se loger car les propriétaires ont peur de ne jamais pouvoir s’en débarrasser.

Atlantico : La protection des locataires de plus de 65 ans provoque un effet un peu pervers. Certaines personnes âgés de 62 ans environ trouvent plus difficilement à se loger car les propriétaires ont peur de ne jamais pouvoir s’en débarrasser. Pouvez-vous nous expliquer ce phénomène ? 

 
Henry Buzy-Cazaux : Depuis la loi ALUR du 24 mars 2014, le locataire âgé de plus de 65 ans, et non de 70 ans comme préalablement, est protégé de façon exceptionnelle par rapport aux autres preneurs: il ne peut lui être signifié de congé, sauf à trouver pour lui un logement similaire. La loi dite Macron, d’août 2015, renforce encore cette protection en l’étendant à tout locataire ayant à charge une personne âgée de plus de 65 ans. Il faut ajouter que le législateur a introduit un critère tendant à moraliser cette disposition: seules les personnes aux plus faibles revenus, en pratique inférieures à 23000€ en Île-de-France et à 20000€ en province, sont concernées par cette protection. 
 
On ne peut nier que cette mesure ait eu un effet pervers: des bailleurs préfèrent ne pas louer à des personnes dont l’âge approche les 65 ans, qui pourront se prévaloir de cette protection en cours de contrat. Dans les villes moyennes, où la demande locative est faible, ce risque est quasi nul. Sur les marchés tendus, il est clair que les propriétaires ont le choix et qu’ils peuvent opter pour un candidat locataire plus jeune. 
 
La réaction est simple: les investisseurs n’aiment pas les contraintes et, même s’il n’en font pas usage, ils veulent pouvoir disposer de leur bien. C’est pour eux un confort. Il ne faut pas aller chercher les raisons dans quelque idéologie que ce soit hostile aux personnes des troisième et quatrième âge. La logique est beaucoup plus épidermique. Il n’empêche que cette bonne intention du législateur se retourne contre les seniors dans certaines situations. J’ajoute que ce problème se pose essentiellement lorsque la relation n’est pas intermédiée: quand un professionnel intervient, il sait rassurer le bailleur en faisant prévaloir les atouts des locataires plus âgés, qui sont stables et ont un rapport respectueux à leur logement, avec une solvabilité sans risque réel de dégradation. 
 

Quelle est l'ampleur de ce phénomène ? Est-il vraiment possible de le quantifier ? 

 
L’ampleur du phénomène n’est pas connue. Cela dit, comme pour tous les problèmes de discrimination, un seul cas est de trop. L’enjeu est moral et renvoie à des valeurs inconditionnelles. 
 

Comment réguler cela ? La loi doit-elle être modifiée, doit-on instaurer un contrôle pour éviter que les propriétaires refusent certains séniors en locataire ?  

 
Le législateur a fait son travail. Aucune disposition visant à normer une situation n’est à l’abri d’être tournée et utilisée contre ses bénéficiaires. Les contrôles sont un remède, bien sûr, avec les limites d’un exercice qui exige des moyens humains considérables: 1,6 million de locations nouvelles se signent chaque année dans notre pays! Je crois au pouvoir didactique de la presse...et au pouvoir de dénoncer des situations choquantes. Il faut aussi mentionner le rôle en la matière du Défenseur des droits, qui a succédé dans ce domaine à l’organisme public dont la mission consistait à lutter contre les discriminations, la HALDE (la Haute Autorité pour la lutte contre les discriminations et pour l’égalité). Le Défenseur a d’ailleurs le pouvoir d’utiliser le testing, pour établir qu’un comportement a malmené l’obligation de neutralité d’un propriétaire. Il peut être saisi sans frais par quelqu’un qui s’estime lésé. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires