En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
décryptage > International
Victimes

Syrie : qui peut sauver les populations civiles d’Idlib ?

il y a 1 sec
décryptage > Société
Nuances

Tempête sur les César : ces fondamentaux de la nature humaine que ne comprennent pas les guérilleros de la justice morale

il y a 7 sec
décryptage > Science
Un jour de plus

29 février : si vous pensez savoir à quoi nous devons les années bissextiles, voilà pourquoi l’explication réelle est plus complexe

il y a 15 sec
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 14 heures 32 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 16 heures 7 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 19 heures 17 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 23 heures 33 min
décryptage > Europe
Stratégie de communication

Voiture bélier au carnaval de Volkmarsen : le silence risqué des autorités allemandes

il y a 4 sec
décryptage > International
Bon côté des choses

Politique, économie, progrès scientifique : la crise du coronavirus va peut être nous rendre intelligents et chasser les sorciers et autres porteurs de fake news

il y a 12 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine
il y a 18 sec
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 15 heures 18 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 17 heures 34 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 21 heures 40 sec
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 21 heures 27 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 23 heures 59 min
© MEHDI FEDOUACH / AFP
© MEHDI FEDOUACH / AFP
Merci patron

Prime à la déloyauté : si vous voulez vraiment une augmentation, changez d’emploi

Publié le 03 août 2018
La Resolution Foundation a constaté que la croissance de la rémunération chez les Britanniques atteignait 10% pour ceux qui quittaient leur emploi. Les individus qui changent de travail peuvent s'attendre à un "bonus de déloyauté". Est-ce aussi le cas en France ?
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Resolution Foundation a constaté que la croissance de la rémunération chez les Britanniques atteignait 10% pour ceux qui quittaient leur emploi. Les individus qui changent de travail peuvent s'attendre à un "bonus de déloyauté". Est-ce aussi le cas en France ?

Atlantico : Une étude de la Resolution Foundation a constaté que la croissance de la rémunération chez les Britanniques atteignait 10% pour ceux qui changeaient d’emploi, tandis que ceux qui restaient à leur poste recevaient une augmentation de salaire de seulement 2,5%. Concrètement, les travailleurs qui changent d'emploi peuvent s'attendre à un "bonus de déloyauté". Est-ce aussi le cas en France ? Existe-t-il des exemples concrets ? 

 
Eric Verhaeghe : Je suis assez partisan de ne pas introduire trop de morale dans ces phénomènes qui sont des réalités d'abord dictées par les lois du marché. Dans la pratique, la révolution numérique crée une pénurie de main-d'œuvre qualifiée. On ne manque pas de bras difficiles à utiliser, d'où l'émergence de travailleurs pauvres dans les pays qui ont réduit les allocations chômage ou l'indemnisation, et d'où un chômage de masse dans les pays, comme la France, qui indemnisent plus généreusement. En revanche, des salariés dynamiques, compétents, aptes aux nouveaux emplois sont beaucoup plus rares et sont donc de mieux en mieux rémunérés. Ils constituent une valeur prisée sur le marché du travail. Ils bénéficient par ailleurs d'un effet de dominos. A mesure que les organisations se digitalisent, leurs débouchés s'élargissent et leur rôle devient plus important. Ces salariés sont tous dotés d'un fort pouvoir de négociation de leur salaire. Quand ils sont recrutés dans une entreprise à un niveau donné, l'entreprise en question budgétise rarement des augmentations fortes pour eux dans les années suivantes. Leur forte adaptation au marché du travail leur permet de mieux valoriser leur potentiel en négociant un salaire plus élevé dans une autre entreprise. Autrement dit, quitter son employeur pour négocier son salaire devient un mode normal de relations dans un univers de pénurie de main-d'œuvre. 
 
En France, le phénomène est un peu moins marqué pour diverses raisons, même s'il se produit chez nous. La première raison est qu'il existe une "armée de réserves" de chômeurs qui exercent une pression sur les salaires. On l'a vu lorsqu'Emmanuel Macron a évoqué l'idée d'étendre l'allocation chômage aux démissionnaires. Beaucoup de salariés français hésitent encore à démissionner et à tenter leur chance ailleurs, parce que le marché du travail y est moins fluide qu'en Grande-Bretagne. Deuxièmement, les augmentations de salaires dans les entreprises capables de recruter avec de fortes évolutions salariales sont plus importantes que 2,5%, même si ce chiffre reflète assez bien les augmentations générales. Il ne prend pas en compte les augmentations individuelles accordées au cas par cas aux meilleurs salariés. Il n'en reste pas moins que la meilleure façon de faire évoluer sa carrière est de quitter son entreprise et de se trouver un poste beaucoup mieux rémunéré. C'est ce que vous appelez la prime à la déloyauté. 
 
 

Comment expliquer que l'infidélité est plus récompensée que la fidélité à une entreprise ? 

 
Ceci tient à la concurrence que se livrent les entreprises sur la masse salariale et sur les salaires, concurrence qui est à la base du capitalisme. Un employeur n'est pas là, contrairement à ce qui est souvent dit dans les discours sentimentalistes, pour récompenser ses salariés. Il est là pour obtenir d'eux la production la plus importante au meilleur coût. Son intérêt est donc de garder les meilleurs, ou les mieux adaptés, et de faire partir les autres. Son intérêt est aussi de recruter les meilleurs qui sont employés par ses concurrents. D'où le principe, probablement immoral, de mieux rémunérer les nouveaux qu'on veut attirer, et de moins augmenter les moins bons qui travaillent depuis longtemps dans l'entreprise. Peu à peu, d'ailleurs, une nouvelle morale se met en place, qui laisse à penser que l'ancienneté dans l'entreprise est signe d'incompétence. Si l'on admet l'hypothèse que les meilleurs n'ont pas de problème pour être recrutés ailleurs et pour améliorer leur sort, on en déduit que ceux qui restent sont les moins bons. 
 
D'où le paradoxe de notre société, où une ancienneté trop longue dans une entreprise, surtout au même poste, devient suspecte dans une carrière et prépare peu à peu à une éviction involontaire. Le fonctionnement du capitalisme contemporain est celui-là: les meilleurs peuvent partir facilement, et bénéficient d'un turn-over important. Les moins bons sont licenciés au bout d'un certain nombre d'années passés dans le même poste. Dans la pratique, le bon n'attend pas que l'entreprise lui demande de partir pour partir. Ils prend les devants et négocient sa carrière au bout de deux ou trois ans dans un poste. 
 
Il faut comprendre ce qui se joue derrière tout cela. Peu à peu se dessinent les contours d'un capitalisme de la déloyauté, au sens où vous l'entendez. Si le salarié ne prend pas les devants pour quitter son entreprise, son entreprise lui demandera tôt ou tard de partir. Mais voyons le bon côté des choses: ce mécanisme démontre les vertus de la concurrence pour les salaires. 
 

Quel est le risque de ce genre de pratique pour les entreprises ? Quelle serait la démarche la plus saine a adopter pour les entreprises ? 

 
Le principal risque est évidemment de perdre du savoir-faire acquis parfois au terme d'une longue expérience. Or l'acquisition de ce savoir-faire représente un coût. Des entreprises comme la SNCF en savent quelque chose. Certains cheminots sont partis avec une connaissance approfondie du réseau et de son état. Leur départ est difficile à remplacer. La transmission du savoir-faire en entreprise est un enjeu qui est exacerbé par la concurrence sur les recrutements. Il est difficile de bâtir un projet d'entreprise quand tous ceux qui l'ont conçu partent au bout de quelques mois et sont remplacés par des gens animés d'une autre vision ou d'un autre état d'esprit.
 
Pour lutter contre cela, les capitalistes français ont souvent fait le choix de l'encadrement des salaires par des accords de branche. Prenez l'exemple du Syntec, c'est-à-dire, pour aller vite, de l'informatique, la convention collective barémise les salaires et encadrent les termes de la concurrence entre entreprises. On pense souvent que cette réglementation évite une concurrence à la baisse. Dans la pratique, elle encadre aussi la concurrence à la hausse. 
 
La particularité de notre époque tient à la révolution technologique qui raréfie fondamentalement la main-d'œuvre qualifiée. Le principe de la perte du savoir-faire s'applique beaucoup moins bien désormais. De nombreux salariés anciens sont dépassés par le progrès technique et pèse sur les marges des entreprises. Beaucoup d'entre eux, par crainte de perdre leur emploi, s'opposent à la digitalisation des procédures. D'où des stratégies anti-corporate qui expliquent que beaucoup de salariés cherchent à profiter de leur employeur pour préserver leur situation. C'est le Fuck my boss bien connu, exposé même par Marlène Schiappa dans son livre sur le congé maternité.  
 
Dans ces cas-là, l'entreprise a effectivement intérêt à investir en recrutant des nouveaux à des salaires élevés. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires