En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 3 min 37 sec
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 40 min 6 sec
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 4 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 4 heures 58 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 5 heures 36 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 9 heures 49 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 16 min 10 sec
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 3 heures 42 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 4 heures 37 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 5 heures 22 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 6 heures 20 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 8 heures 36 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 11 heures 13 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 11 heures 51 min
Atlanti-culture

LECTURES D’ÉTÉ : Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois

Publié le 01 août 2018
"Taba-Taba" : un roman à clés multiples, universel, impressionnant.
Rodolphe de Saint Hilaire pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe de Saint Hilaire est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Taba-Taba" : un roman à clés multiples, universel, impressionnant.
LIVRE
 

TABA-TABA

de Patrick DEVILLE

Ed. du Seuil

 

RECOMMANDATION : EXCELLENT

 

THEME

Patrick Deville se livre à une sorte d'autobiographie familiale - de saga diraient certains, si elle n'était empreinte d'une infinie nostalgie et émaillée de douleurs - un siècle et demi durant - de 1862 au 11 mars 2017.

1862 , c'est la fondation, suivant un décret impérial, d'un Lazaret sur le site de Mindin aux bords de l'estuaire de Saint Nazaire. Bassin de quarantaine, sinistre mais ô  combien utile, ce Lazaret là accueillait les pestiférés ou ceux  suspectés de contamination, de retour des Caraïbes, tels les pauvres troupes de Napoléon III envoyées au casse pipe au Mexique pour y installer un improbable Maximilien. Ainsi, à bord de trois mâts croulant de richesses ou de volatiles exotiques se côtoyaient de beaux messieurs tout vêtus de blanc, des soldats en déroute et de pauvres hères condamnés au moins à l'isolement total, contrastant avec le fabuleux développement de Nantes et de Saint Nazaire, juste en face, alors à l'apogée de la révolution industrielle.

C'est dans ce Lazaret précisément, qui se transformera bientôt en asile psychiatrique, que nous allons retrouver le bactériologiste Alexandre Yersin, héros de "La Peste et le Choléra", un des précédent tomes de la longue fresque Devillienne " Sic Transit Gloria Mundi" , le père de l'auteur, administrateur de l'asile, sa grand tante "Monne", l'institutrice archiviste de la famille qui lui apprit à lire, Patrick Deville lui même qui y est né et qui y passera de longs mois souffrant d'une malformation congénitale.

De temps à autres, on y rencontre un pauvre bougre, retraité échoué de la marine, psalmodiant  ce "Taba-Taba-Taba", mélopée lancinante ramenée de Madagascar et qui  donne le titre de cet ouvrage puissant et mélancolique, cheminant Cahin Caha dans le Tohu Bohu de l'Histoire. Le décor est planté, le ton est donné, la chronique familiale peut se développer à rebours du temps, selon un rythme obsessionnel et rigoureux où des gens très ordinaires mais souvent héroïques sont ballotés de guerre en guerre, de souffrances en sacrifices, dans l'indifférence et la dignité. Plongeant dans plus d'un siècle d'archives familiales et dans la lecture des journaux du temps, suivant au volant de sa vieille Passat les traces de ses aïeux, Patrick Deville traverse la France, une France parfois grise et minuscule très 3ème République, de Soissons à Sedan , de Dôle à Sorèze, une France souvent combattante ou défigurée, de Fachoda à Verdun et des batailles de la Somme jusqu'à Sétif, une France de cœur et d'esprit, où l'on croise Proust et Rimbaud, Cendrars et Victor Hugo, Romain Gary, Joseph Kessel, Stanley et Emin Pacha, les résistants du Vercors... et même Abdel Kader !

POINTS FORTS

1/ L'émotion. C'est le livre d'une génération, de celle qui, arrivée aujourd'hui au crépuscule de la vie, se souvient, par ouï dire ou par sa propre expérience de presque 3 guerres, comme le grand père Deville qui est revenu de la grande guerre puis de la guerre 40 ,"sur ses 4 pattes". Une génération qui a connu les vies brisées, les bouleversements de l'Histoire, l'anéantissement de peuples mais qui renait devant la promesse d'une aube nouvelle régénérée par la culture, la permanence des civilisations et... l'amour enfin!

2/ La langue. La précision"chirurgicale" du vocabulaire, la fluidité du style, le rythme de l'écriture ; chez Deville, tout est dans le détail. De la première ligne à la dernière, on est "pris"sous le charme d'une langue d'artisan avec ses mots simples mais rares contrastant avec une profusion de citations littéraires et de références historiques. On rebondit sans cesse sur des micro évènements apparemment dérisoires mais responsables des plus grands bouleversements.

3/ La construction de "ce roman sans fiction":  à la fois livre d'histoire , manuel de géographie, traité de sociologie, inépuisable  livret de famille...Inlassable voyageur, l'auteur nous entraîne à la rencontre de héros romantiques et à la (re)découverte de lieux mythiques. Taba nous captive, c'est un roman d'aventures ouvert sur le large !

POINTS FAIBLES

A force de changements de pied, d'allers et retours chaotiques, d'accélérations sur les chapeaux de roue, de cul de sacs non signalés,  la vieille Passat sort quelquefois de la route.... et le lecteur se trouve perdu dans des digressions planétaires ou exotiques, des incidentes politiques, au carrefour de personnages secondaires pour la généalogie mais terriblement importants aux yeux de l'aventurier Deville, tels ce maréchal Lord Kitchener ou le jeune Winston Churchill ou encore ce roi de Patagonie. Ailleurs, la petite ville industrieuse de Pont à Mousson, traversée presque par hasard sur la route du Sud, se transcende soudainement en un poème symboliste à l'évocation des plaques d'égout qui portent son nom dans toutes les villes de France, évoquant un gigantesque "pont asiatique perdu dans la brume sous des pluies diluviennes"

Parfois on s'égare, quoique délicieusement, "au fond de la mer en apnée" ou dans des "lieux lointains" pour simplement, selon l'auteur, échapper à la "myopie du gallocentrisme". Le Lazaret parait alors bien loin. Mais, comme l'écrit Patrick Deville, à la dernière ligne de la dernière page, et plongé dans l'enfer de l'insurrection malgache de 1947: "Je vais essayer d'oublier le Lazaret"... et nous, nous pourrons oublier cet apparent point faible sans importance.

EN DEUX MOTS

Les racines d'une famille française ordinaire plongée dans le chaos de l'histoire : noblesse des âmes, générosité des cœurs. Mais, en relisant le dernier chapitre de cette grande fresque romanesque, envoûté par  le lyrisme du narrateur devenu voyageur forcené et intrépide, du Vietnam au Liban, de Khartoum à Bamako ou à Camerone , du Lazaret de Saint Nazaire à Antanarivo et à Mada où il ramenait Taba-Taba sous les balles , subjugué par ses rencontres avec des personnages exceptionnels mus par un idéal d'un autre âge, il me vient un troisième mot, une énième référence: "Crabe tambour", vaste métaphore du déclin de la France coloniale

UN EXTRAIT

"En 1918, il est au milieu des troupes qui marchent vers l'Est comme si elles vengeaient à la fois la défaite de Sedan en 1870 et la destruction de Soissons en 1916. Il se tient devant "cette Allemagne vaincue où nous allions entrer demain" et "tout cela formait pour un Français de vingt ans, nourri d'histoire, une perspective triomphante. Je pensais à nos maîtres nés dans l'humiliation et la défaite, je pensais à Flaubert, à Taine, à Renan, s'interrogeant sur leurs responsabilités, se demandant si la France avait encore un avenir. La réponse venait enfin, nous étions sur le Rhin, l'Europe ouverte devant nous "   (souvenirs de Jean Mistler d'Auriol, coreligionnaire de Paul, l'aïeul gymnaste, au collège de Sorèze, p.318)

L'AUTEUR

Patrick Deville, l'écrivain voyageur français par excellence est l'auteur, à 60 ans, d'une quinzaine d'ouvrages dont "La Peste et Le Choléra" qui lui valut l'éloge unanime de la critique et le prix Fémina en 2012. Il a bourlingué sur tous les continents, du Nigéria à Cuba, du Moyen Orient à l'Amérique Centrale, revenant toujours au port de sa naissance à deux pas de saint Nazaire et du Lazaret de son enfance ; l'auteur de la quadrilogie en "a"(Pura Vida, Viva, Equatoria, Kampuchea), pépite du roman historique, suit à la trace les grands destins du monde, de Trotski à Che Guevara, d'Alexandre Yersin à André Breton...

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires