En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 28 sec
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 10 heures 6 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 10 heures 59 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 3 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 6 heures 19 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 8 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 9 heures 6 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 9 heures 22 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 9 heures 53 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 10 heures 11 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 10 heures 24 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 11 heures 41 min
© AHMAD AL-RUBAYE / AFP
© AHMAD AL-RUBAYE / AFP
Théâtre des opérations

Pourquoi l’Etat islamique est toujours bien vivant en Syrie

Publié le 26 juillet 2018
De nouvelles attaques et un attentat dans le sud de la Syrie ont été revendiqués par l'Etat Islamique, qui se targue aussi d'être l'auteur de la fusillade à Toronto cette semaine. La fin de Daech a été annoncée à de nombreuses reprises par le passé : où en est aujourd'hui l'organisation terroriste ?
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nouvelles attaques et un attentat dans le sud de la Syrie ont été revendiqués par l'Etat Islamique, qui se targue aussi d'être l'auteur de la fusillade à Toronto cette semaine. La fin de Daech a été annoncée à de nombreuses reprises par le passé : où en est aujourd'hui l'organisation terroriste ?

Atlantico : Un attentat suicide et des assauts de villages dans le sud de la Syrie ont été revendiqués par l'Etat Islamique, qui se targue aussi d'être l'auteur de la fusillade qui a fait deux morts à Toronto cette semaine. On a de nombreuses fois entendu annoncée la fin de Daech : où en est aujourd'hui l'organisation terroriste ? 

Alain Rodier : En effet, fin juillet, Daech a lancé des opérations meurtrières dans le Sud-ouest de la Syrie où il tient encore une portion de terrain adossée au plateau de Golan à son ouest et à la Jordanie à son sud. Plusieurs cibles distinctes ont été visées dans des villages de la région de Zaizoun puis à Soueïda au nord-est de Deraa. Dans plusieurs communiqués, Daech a déclaré s’être attaqué aux « forces croisées russes […] apostats de l’armée Nusayri (forces légalistes syriennes)». En réalité, ces différentes opérations offensives auraient causé la mort de plusieurs centaines de personnes pour moitié civiles. Des dizaines d’assaillants ont été neutralisés et trois ont été faits prisonniers. Ils ont été lynchés dans la foulée finissant pendus à un portique métallique.
 
Il faut inscrite ces combats menés par Daech comme une contre-offensive destinée à desserrer l’étau qui pèse sur la portion de territoire citée plus avant. En effet, après d’âpres négociations ayant eu lieu entre la Russie, les USA, Israël et la Jordanie, les forces syriennes ont lancé le 19 juin 2018 une offensive destinée à chasser les rebelles de la région de Deraa et de Quneitra.
 
Auparavant, Damas avait accepté de retirer les milices chiites étrangères (dont le Hezbollah libanais) de la zone pour les remplacer par l’armée régulière. Le but était de ne pas chagriner Israël... Les USA ont déclaré pour leur part qu’ils ne soutenaient plus les insurgés présents sur zone. La Jordanie a fermé sa frontière sauf pour les blessés et les malades. Enfin, la Russie a levé le statut de zone de "déconfliction" qui couvrait la région depuis 2017 et a appuyé l’offensive syrienne à compter du 24 juin. Les rebelles n’ont eu plus que deux choix : accepter les conditions gouvernementales ou mourir. Évalués à 30 000, ces rebelles se répartissaient entre plusieurs coalitions dont le Hayat Tahrir al-Cham, le Jaych al-Islam, le Jabhat Tahrir Souriya, le Alwiya Furquan, etc. Les activistes qui ont refusé de passer du côté gouvernemental ont été acheminés vers la province d’Idlib avec leurs familles. Toutefois certains ont préféré rejoindre le réduit tenu par Daech. A la fin juillet, des casques blancs et leurs familles de la région de Quneitra ont de leur côté été exfiltrés à la demande des États-Unis, du Canada et de l’Allemagne par Israël vers la Jordanie.
 
Damas contrôle aujourd'hui plus de la moitié de la province de Deraa ayant en particulier repris le poste frontière de Nasib avec la Jordanie rouvrant de ce fait l’axe stratégique Damas-Amman. La région de Quneitra est, elle, tombée presque entièrement. C’est d’ailleurs au cours de ces opération qu’un avion Su-22 syrien a pénétré par erreur à deux kilomètre à l’intérieur du Golan et a été abattu par la défense sol-air de Tsahal. Il est vrai que l'armée syrienne très active à proximité des lignes israéliennes du Golan commet des erreurs, des tirs d'artillerie passant la frontière de temps à autre. Ils entraînent systématiquement une réponse musclée de Tsahal. Mais l'Etat hébreu prend bien garde à ne pas toucher un appareil russe (l'aviation russe est très présente en appui de ses alliés syriens).
 
Donc, depuis Deraa à l’est et Quneitra au nord, les forces syriennes ont commencé à faire pression sur le dernier bastion de Daech. Bien évidemment, ce mouvement a appliqué l’adage comme quoi la meilleure défense est l’attaque ce qui explique ses contre-offensives. Il en a profité pour rebaptiser le groupe Jaych Khalid bin-Walid qui s’y trouvait en "wilayat (province) Hawran".
 
Plus globalement, le commandement de Daech semble avoir été profondément remanié. À son apogée, le "proto-Etat Islamique" comportait une dizaine de provinces en Syrie et neuf en Irak auxquelles il fallait ajouter la "wilayat al-Furat" qui couvrait la région frontalière entre Deir ez-Zor (Syrie) et la province d'Al-Anbar en Irak (le front syro-irakien était unique pour Daech qui ne reconnaît pas les frontières - ni les États -). Un communiqué récent ne parle plus que de deux "wilayat", l’une couvrant le Levant (Syrie-Liban) et l’autre l’Irak.
 
Dans ce dernier pays, Daech mène une campagne de coups de poing et d’enlèvements à partir de bases arrières installées dans les provinces de Kirkuk, Diyala et Salahuddin (surnommé le "triangle de la mort"), particulièrement dans les montagnes d’Hamrin. L’autoroute reliant Bagdad à Kirkuk est devenu  particulièrement dangereux car, suivant une tactique connue depuis des années, des terroristes déguisés en policiers ou militaires montent des barrages où ils enlèvent des voyageurs (que l’on retrouve généralement assassinés). Cette recrudescence des violences a provoqué la colère des populations et obligé le premier ministre Haider al-Abadi à reprendre les exécutions (il y en avait eu 117 en 2017). Les autorités irakiennes estiment les effectifs résiduels de Daech à 1 500, chiffre certainement considérablement sous-évalué.
 
Le 22 juillet, Faisal Hussain a tiré dans la foule à Toronto faisant deux morts et treize blessés. Cette action terroriste a été officiellement revendiquée par Daech. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’il y a réellement "cause à effet". A savoir que ce Canadien d’origine pakistanaise de 29 ans (tué lors de l’action) était suivi depuis des années pour des désordres psychologiques importants. Aucun indice (par exemple une allégeance préenregistrée ou manuscrite) n’a été retrouvé à ce jour. Dans le passé, si Daech ne mentait pas dans ses revendications, cela fait plus d’un an qu’il fait feu de tout bois de manière à continuer à "exister" dans l'esprit du public.
 
 
 

Camouflet important et symbolique pour les ennemis de l'Etat islamique : El Bagdadhi serait encore vivant, contrairement aux annonces de sa mort diffusées il y a quelques mos. Quel est le potentiel réel de nuisance de l'Etat islamique aujourd'hui ?

Al-Baghdadi qui est recherché par les autorités syriennes et irakiennes mais aussi par les forces spéciales de tous les grands pays (États-Unis, Russie, Iran, etc.) semble toujours être dans la nature même s’il se manifeste que très peu et plus jamais personnellement directement. C’est effectivement un camouflet même si une de ses épouse aurait été arrêtée en Turquie récemment.
 
Il est vraisemblable qu'il ne peut plus communiquer rapidement avec des hommes sur le terrain mais il avait prévu cela. Les responsables locaux sont dotés d'une totale liberté d'action et n'ont pas à en rendre compte.
 

Qu'est-ce qui explique qu'on se désintéresse aujourd'hui de la menace que représente l'organisation la plus crainte de ces dernières années ?

Depuis fin 2015, les attentats - réussis, ratés ou déjoués - en Europe sont le fait d’individus solitaires ou de groupuscules qui ont décidé de suivre les instructions diffusées par les organes de propagande de Daech (et/ou d’Al-Qaida) qui demandent à leurs sympathisants de passer à l’action. C’est ce que l’on appelle communément la "menace endogène". Globalement, elle fait moins peur que les commandos structurés et entraînés qui pourraient être envoyés clandestinement mener des opérations terroristes d’envergure en Occident. D’un autre côté, un phénomène de résilience s’est effectivement bien développé au sein des populations. Enfin et peut-être surtout, aucune opération terroriste importante n’a eu lieu malgré les dizaines d’appels au meurtres lancés sur les réseaux sociaux à l’occasion des importantes manifestions populaires qui se sont déroulées ces derniers mois (fêtes de fin d’année, coupe du monde de football, etc.) Et pourtant, Daech avait menacé à peu près toutes les capitales d' "actions impitoyables". Cela peut être interprété comme un succès des forces de sécurité qui ont déjoué de nombreux complots et dont la présence visible sur le terrain a dissuadé un certain nombre d’aspirants au martyre.
 
Il n’est pas impossible non plus que le "moral" soit en berne chez les sympathisants salafistes-djihadistes car, rien de concret ne se passe (en dehors des attentats monstre qui ont lieu régulièrement mais sur les théâtres de guerres habituels, Yémen, Pakistan, Afghanistan, Libye, Sinaï, etc. qui , en fin de comptes, n'intéressent que très peu le public occidental).
 
Il convient d'ajouter que Daech est actuellement traversé par une querelle doctrinale entre deux courants: celui qui suit l’enseignement de Ahmad al-Hazimi (un érudit saoudien emprisonné depuis avril 2015) et celui de Turki al-Binali, le chef du comité des fatwa de Daech. En résumé, pour Hazimi, les musulmans qui ignorent involontairement la loi divine doivent être excommuniés - et exécutés - (selon le principe de "nul n’est censé ignorer la loi") alors que la position de Binali est plus tolérante, ce qui peut paraître surprenant. Le cheikh emprisonné par Riyad est plus radical que le responsable de l’application de la religion de Daech !
 
En conclusion, Daech est toujours vivant sur des théâtres de guerre habituels mais ses capacités à déclencher des attentats en dehors de ces zones ont bien diminué. Cela dit, le risque est toujours présent et il convient de ne pas baisser la garde. De plus, les guerres se poursuivent - particulièrement au Proche et Moyen-Orient -. Elle sont souvent menés par d'autres mouvements qui se sont rapprochés d'Al-Qaida "canal historique" car Daech semble un peu moins "porteur" que ces dernières années.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires