En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Vivre-ensemble
2018 ou le mondial de la fin des illusions Bleu-Blanc-rouge
Publié le 21 juillet 2018
Le gouvernement actuel, s'il n'a pas voulu relancer le slogan de la France Black Blanc Beur, a particulièrement insisté sur l'instant d'union national que la victoire de l'Equipe de France représentait. Or, les Français sont loin de partager cet enthousiasme.
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement actuel, s'il n'a pas voulu relancer le slogan de la France Black Blanc Beur, a particulièrement insisté sur l'instant d'union national que la victoire de l'Equipe de France représentait. Or, les Français sont loin de partager cet enthousiasme.

Atlantico : Un sondage Ifop pour Atlantico publié ce samedi montre que l'euphorie sportive de la victoire des Bleus en Russie n'est pas suivie par une amélioration de la cohésion nationale ni par un mouvement d'optimisme pour la France, contrairement à 98. Le gouvernement actuel, s'il n'a pas voulu relancer le slogan de la France Black Blanc Beur, a particulièrement insisté sur l'instant d'union national que l'événement représentait. Pourtant, cette cohésion est vivement contestée par les Français eux-mêmes, qui sont 12% de plus qu'il y a 3 mois à considérer que de vraies tensions existent entre les différentes catégories sociales et communautés qui vivent de manière séparées. Le mondial 2018 est-il finalement l'opposée de 1998, celui de l'anti-Black Blanc Beur ?

Jean-Philippe Vincent : Quelle tristesse, tout cela ! C’est la coupe du monde « bulles de savon » : quelques moments de joie et, au final : rien. Enfin, pas tout à fait parce que nous avons eu de très beaux matchs, supérieurs à ceux de 1998. Je ne suis pas certain que le parallèle avec 1998 soit si pertinent que cela, car la conjoncture nationale et économique était alors meilleure. Le problème de cette coupe du monde 2018, jouée sur le thème de l’union nationale, c’est que l’union nationale, aujourd’hui, n’embraye plus sur rien. Pour que la mystique de l’union nationale fonctionne, il faut que la dynamique du « nous », du collectif,  se répercute de communautés en communautés : communauté nationale, d’abord, mais aussi communautés locales, régionales, solidarités de quartiers, solidité des familles, etc. Le « nous » est profondément en crise en France, bien plus que dans des pays dits « individualistes » comme les Etats-Unis. Le résultat est une incapacité à «être bien ensemble » durablement, en confiance et, d’une certaine façon, en communion de pensées. Depuis 40 ans, et peut-être plus, la France est prisonnière d’une dialectique appauvrissante entre le « je » des individus et le « il » de l’Etat. Le résultat est que les formes les plus élémentaires du « nous », du vivre ensemble, ont disparu. La société de confiance s’est transformée en société de défiance, sous l’effet conjugué de l’hyperindividualisme des « je » et de l’ultracentralisation du « il », l’Etat. Dans une configuration de ce type, il n’y a plus de place pour la joie collective du « nous » et aussi pour une certaine ambition nationale. 1998 n’a rien produit, non plus de durable, à part des illusions. Ces deux coupes du monde sont des artefacts purs. Le mondial de 2018 a été, malgré sa beauté, le mondial de la fin des illusions.

A lire aussi : La douche froide : le sondage qui montre que la victoire de 2018 laisse les Français totalement de marbre sur le vivre-ensemble

Doit-on y voir la marque d'un désintérêt pour la chose commune, pour les "grands moments nationaux", ou plutôt le signe d'une grande méfiance à l'égard du gouvernement en place spécifiquement ? 

C’est le désintérêt, non pour la chose commune (cet intérêt existe), mais la capacité à intégrer le bonheur commun dans la joie des individus qui est en cause. Tout se passe comme si les enjeux communs et les enjeux individuels étaient totalement déconnectés. Un philosophe, Jacques Maritain, avait écrit un très beau petit livre qui mériterait d’être relu : « La personne et le bien commun ». Comme les individus, aujourd’hui, n’ont plus de sentiment d’appartenance à quoi que ce soit (à part la famille), la capacité à vivre en société est évidemment très diminuée. Qui, aujourd’hui, dit : « je suis membre de.. ». Peu de gens. Quand le sentiment d’appartenance est devenu aussi faible, alors la désagrégation de la société est très engagée et ça n’est pas un Etat hypertrophié qui pourra y remédier. Il est au contraire une partie importante du problème. Pour ressentir à nouveau des joies collectives et des ambitions nationales, avec tout ce qu’elles apportent, il va falloir réapprendre à faire des sacrifices au bien commun. J’observe que dans la société française d’aujourd’hui je ne vois que l’armée française où la dialectique du bien particulier et du bien commun joue de façon satisfaisante. Quant à l’actuel gouvernement, très honnêtement, il n’est pour rien, selon moi, dans les désillusions actuelles.

La minorité qui croit dans les effets bénéfiques ou qui se déclare plus optimiste du fait de la victoire des Bleus est principalement à trouver dans les rangs des sympathisants de LREM. S'agit-il selon vous du marque de fidélité calculée ou d'un réel aveuglement d'une certaine France quant au sentiment de désunion partagé par la majorité des Français ?

Je crois que l’électorat progressiste qui compose LREM présente les particularités de tout électorat progressiste. D’abord, juger le présent, non d’après les faits, mais en fonction d’un futur rêvé ou idéalisé. C’est le côté « millénariste » des progressistes. Ensuite, le progressiste se refuse à voir, et même à concevoir le mal : si des individus font mal, causent du mal, ça n’est pas la nature humaine qui est en cause, mais la société qui a mal joué son rôle. Il suffit donc de modifier le fonctionnement de la société pour que tout aille mieux. Le péché originel n’existe pas dans l’univers progressiste. La conjugaison de ces deux éléments : foi millénariste et bonté naturelle de l’homme, fait que les progressistes sont victimes d’un optimiste béat qui les coupe de la réalité. L’électorat LREM préfère vivre avec ses fantasmes qu’avec la réalité. Mais il sera un jour rattrapé par la réalité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 21/07/2018 - 19:15
Les vedettes du foot et ceux qui regardent leur voiture bruler
La coupe du monde est un spectacle , la France a gagné , ses joueurs riches et célèbres ne changent rien au fait que des gens subissent la loi des voyous , qui cassent , insultent , brulent , caillassent . Pourquoi ces enfants de la chance ( les footballeurs ) à qui la France a permis de réussir changeraient quoi que ce soit au quotidien des pauvres gens qui doivent courber l'échine , abandonnés par la justice , par les politiques et les médias
jurgio
- 21/07/2018 - 17:11
La société française est tenue liée par un ciment solide
: le système fiscal, où tout le monde se retrouve et se reconnaît.
assougoudrel
- 21/07/2018 - 17:03
La réalité
le français nage en plein dedans. Il est en vacances et constate que son budget vacances est en grande partie englouti en carburant et, à chaque borne kilométrique, il maudit Macron et Philippe avec leur 80 km/h. Il a du mal à joindre les deux bouts et on lui montre des millionnaires du foot qui jouent dans les grands clubs et qui, soit disant, représentent la France réunie. Bientôt la rentrée, les impôts et autres mauvaises nouvelles pour lui. Il mettra difficilement un peu de sous de coté pour essayer de passer un Noël convenable en famille.