En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 9 min 16 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 18 min 13 sec
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 57 min 8 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 59 min 32 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 1 heure 40 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 1 heure 4 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 16 heures 42 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 17 heures 20 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 20 heures 3 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 13 min 56 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 25 min 20 sec
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 45 min 37 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 58 min 30 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 1 heure 33 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 1 heure 46 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 1 heure 5 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 17 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 19 heures 4 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 20 heures 38 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Tribune

Une interdiction pour rien ? Comment la filière apicole a transformé les insecticides néonicotinoïdes en bouc émissaires pratiques

Publié le 14 juillet 2018
La plupart des études de plein-champ ne montrent pas d’effet négatif des protections de semences par NNIC sur les colonies d’abeilles.
André Fougeroux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Fougeroux est Ingénieur agronome, expert en protection des plantes, membre correspondant de l’Académie d’Agriculture.Il est membre de Science-Technologies-Actions, un Collectif dont le but est de défendre et promouvoir la Science dans le débat...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La plupart des études de plein-champ ne montrent pas d’effet négatif des protections de semences par NNIC sur les colonies d’abeilles.

En protection des cultures, l’exercice de la justice est à l’inverse de celle des hommes : les produits phytosanitaires sont présumés coupables. En Europe et en France, des procédures d’autorisation de mises en marché extrêmement rigoureuses ont pour but de montrer « l’innocence » de ces produits.

Or par définition ces produits ne sont jamais complètement « innocents » puisqu’on leur demande d’agir sur des parasites, des insectes ou des mauvaises herbes. Dans ce contexte, l’évaluation assurée par les agences indépendantes comme l’EFSA* (Union européenne) ou l’ANSES* (France) se doit de déterminer la balance entre les bénéfices apportés par les produits et les risques potentiels en refusant les risques dits inacceptables.

Dans les années ’90, l’arrivée d’une nouvelle famille insecticide, les néonicotinoïdes (NNIC) a constitué un progrès considérable au regard des anciennes familles employées auparavant. Très peu de substance active nécessaire pour une bonne efficacité, une possibilité de localiser le produit sur les semences au lieu de pulvériser les cultures, des classements toxicologiques très favorables et globalement plus de bénéfices que de risques. Grâce à ces propriétés, les NNIC ont rapidement connu un succès planétaire qui se poursuit de nos jours.

Parallèlement, en 1995, la production française de miel a atteint son plus haut niveau historique (35000 t). Cette production va ensuite diminuer pour revenir à son niveau antérieur autour de 15000 t (source FAO). L’année 1995 correspond à une année exceptionnelle, cependant elle est utilisée maintenant par les syndicats apicoles comme année de référence ! En fait, elle a aussi été une année record pour la surface cultivée en tournesol avec 1,2 million d’hectares. Toutefois pour une profession apicole divisée (7 syndicats pour 41000 apiculteurs), l’occasion offerte par cette régression de la production de miel lui permet de se rassembler contre un bouc-émissaire (solvable!), les néonicotinoïdes et les entreprises qui les produisent. De cette situation va naître un activisme d’abord national puis qui va s’étendre à l’UE pour obtenir l’interdiction des NNIC.

Dans ce feuilleton qui s’étale de la fin des années ’90 à nos jours, la science sera prise en otage. La plupart des études de plein-champ ne montrent pas d’effet négatif des protections de semences par NNIC sur les colonies d’abeilles. Dès lors, les anti-NNIC vont mettre en avant des études de laboratoire ou conduites avec des doses excessives qui ne correspondent pas à la pratique agricole pour montrer qu’il y a un risque inacceptable.

D’une part, les dernières études de grande envergure fournies par les entreprises n’ont pas été retenues par les autorités européennes qui s’appuient de manière abusive sur un document guide (bee guidance document) qui n’est pas approuvé par les Etats membres de l’UE et d’autre part le rejet de tout risque pour les abeilles ont conduit à ces interdictions pour trois substances NNIC (imidaclopride, thiamethoxame et clothianidine). Sans s’aligner sur la position européenne, la France dans le cadre de la loi dite « biodiversité », a étendu cette interdiction à l’ensemble des néonicotinoïdes, les trois précédents, auxquels s’ajoutent acetamipride, thiaclopride, dinetofuran et nitempyram). Enfin, dans le cadre de la loi « Agriculture et Alimentation » encore en discussion se sont invités les produits ayant un mode d’action identique ce qui permet de claquer la porte à toute innovation. C’est dans cette ambiance d’obscurantisme que le sulfoxaflor est suspendu en France alors qu’il vient d’être autorisé dans la plupart des pays voisins. Pourtant José Tarazona (directeur de l’unité pesticides de l’EFSA) avait déclaré au sujet des NNIC : « nous ne pouvons pas exclure qu’il y ait un risque mais nous ne pouvons pas dire non plus qu’il y ait un risque important ». Mais dans ce cas, en France plus question de balance bénéfice/risque puisque le risque « acceptable » est 0 !

Sous la pression des lobbies anti-pesticides, le bee guidance document dans sa version actuelle est conçu pour rendre impossible les autorisations de nouveaux insecticides dans l’Union européenne. Avec comme principale conséquence un retour vers le passé : utilisation d’anciennes matières actives, nécessité de remplacer les protections de semences par plus de pulvérisations, moins d’alternatives aux souches résistantes…

D’une part, les exemples d’autres pays comme les USA, l’Australie, l’Ukraine, la Turquie, la Chine qui ont maintenu les néonicotinoïdes n’ont pas été considérés par les autorités européennes. Or de plus en plus de témoignages de ces pays montrent que l’état du cheptel apicole est bon et ces pays font partie des plus gros producteurs de miel. Et d’autre part, au niveau européen, les mortalités sont plus liées à la rigueur hivernale avec des niveaux plus élevés en Scandinavie que dans les pays méditerranéens à l’inverse des utilisations de néonicotinoïdes (cf Enquêtes Epilobee et Coloss). C’est dans ce cadre, que l’EPA américaine a conclu que les néonicotinoïdes n’étaient pas la cause principale de mortalité des abeilles. En revanche, la responsabilité du parasite de l’abeille Varroa destructor et des virus pathogènes qu’il transmet est régulièrement pointée comme principale cause de dépérissements de populations d’abeilles

Enfin, force est de constater que les interdictions d’usage de néonicotinoïdes qui se succèdent depuis 1999 n’ont pas amélioré la situation de l’apiculture en France dont la production de miel stagne entre 10 et 15000T. En revanche, cette interdiction totale en France remet sérieusement en cause la compétitivité de nos productions agricoles d’une part vis-à-vis de nos partenaires européens et plus encore au niveau international. Et cette interdiction, pour cause de risque autrefois assumé et maitrisé devenu danger inacceptable, signifiera à terme, l’interdiction de tout insecticide y compris les solutions de biocontrôle ou d’agriculture biologique (pyrèthres).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 15/07/2018 - 10:24
pourquoi cet étonnement
Merci monsieur Chirac ; grâce à vous le principe de precaution est constitutionnel il en découle l'inversion de la charge de la preuve...
l'écologie m'a tuer
ANDREMAR
- 14/07/2018 - 22:47
COUPABLE OU PAS ?
On sait qu'en terme de justice dans certains pays c'est l'accusation qui doit prouver la culpabilité, dans d'autres c'est l'inverse: l'accusé doit prouver son innocence...
On se trouve , ici, un peu dans la même situation!
Les études impartiales doivent être financées par le "public" or j'ai souvent lu* que certaines études tendant à prouver" l'innocence" des produits incriminés étaient financées par les producteurs de ces derniers. Peut-on être impartialement informés la dessus?
* Mais pas obligatoirement "cru"... (Je suis un ancien chercheur...)
J'accuse
- 14/07/2018 - 19:45
En avant vers le passé
L'obscurantisme progresse partout (société, politique, économie, météo, etc.), et les Inquisiteurs tiennent le haut du pavé, au service d'idéologies mortifères ou d'intérêts corporatistes.