En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 39 min 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 1 heure 11 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 2 heures 25 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 4 heures 46 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 5 heures 46 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 6 heures 33 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 59 min 54 sec
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 1 heure 31 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 4 heures 1 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 5 heures 8 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 6 heures 12 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 8 heures 13 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 13 heures 9 min
© REGIS DUVIGNAU / POOL / AFP
© REGIS DUVIGNAU / POOL / AFP
Tirs croisés

Ces risques que prendrait Emmanuel Macron s’il n’arrivait pas à convaincre les parlementaires lors de son discours à Versailles

Publié le 09 juillet 2018
Emmanuel Macron se présente devant le Congrès ce 9 juillet. Quels sont les principaux enjeux institutionnels de ce discours à la veille de la présentation du projet de loi constitutionnelle devant l'Assemblée ?
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron se présente devant le Congrès ce 9 juillet. Quels sont les principaux enjeux institutionnels de ce discours à la veille de la présentation du projet de loi constitutionnelle devant l'Assemblée ?

Atlantico : Alors qu'Emmanuel Macron s'apprête à se présenter devant le Congrès ce 9 juillet, et après avoir repoussé l'annonce de son plan pauvreté, initialement évoqué, quels seront les enjeux institutionnels de ce discours à la veille de la présentation du projet de loi constitutionnelle devant l'Assemblée ? 

Didier Maus : Le 3 juillet 2017, au tout début de son mandat, juste après l’élection d’une Assemblée nationale largement acquise à sa cause, Emmanuel Macron s’est exprimé devant le Congrès du Parlement à Versailles pour présenter les lignes de force de la politique qu’il avait l’intention d’impulser avec l’aide du gouvernement d’Édouard Philipe. Il avait clairement indiqué qu’il avait l’intention de revenir tous les ans, à peu près à la même époque, devant les députés et les sénateurs pour faire le point de l’année écoulée et, évidemment, évoquer les mois à venir. 
 
Cette possibilité, permise depuis la modification en 2008 de l’article 18 de la Constitution, constitue une véritable innovation dans la vie politique française. Pour autant, elle n’est que la confirmation du rôle dominant du Président de la République et, par conséquent, de la position subordonnée du Gouvernement. Certes l’article 20 de la Constitution dispsoe toujours que « Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation », mais, en période de présidentialisme majoritaire, il faut admettre, comme l’ont énoncé d’une part le général de Gaulle, d’autre part François Mitterrand, que le Premier ministre et les ministres ont d’abord pour tâche de mettre en œuvre les choix politiques retenus par les Françaises et les Français au moment de l’élection présidentielle. Certains peuvent regretter cette situation, mais elle s’impose comme une évidence politique et constitutionnelle.
 
Concrètement, le discours du président Macron à Versailles  se présente d’abord comme la suite de l’engagement qu’il avait pris l’an dernier. Il devra nécessairement présenter un bilan de « un an de politique ». Il y a déjà de quoi parler un bon moment. Ensuite il devra présenter les principales réformes à effecteur d’ici l’été 2019. Au vu d’un certain désenchantement de l’opinion publique c’est là l’enjeu le plus important. Un discours à Versailles n’est pas équivalent à une émission télévisée, mais le bilan médiatique des interventions du printemps (le 12 avril sur TFI, 15 avril sur BFM) n’a pas rempli toutes les attentes. La formule « discours à Versailles » est bien balisée et contrôlée. Néanmoins, elle peut s’avérer négative si son contenu est trop banal ou prudent. Le risque est réel.
 
Par rapport à la réforme de la Constitution en cours d’examen par le Parlement, le Président de la République peut soit indiquer qu’il fait confiance au débat parlementaire, lequel d’ouvre le lendemain à l’Assemblée nationale, pour trouver un consensus, soit insister sur ses priorités et élever quelque peu la voix face à l’attitude plus que réservée de la majorité sénatoriale. Pour M. Macron, il s’agit d’un enjeu stratégique. Les syndicats n’ont pas réussi à bloquer les réformes du code du travail ou des chemins de fer, mais la réforme des institutions est d’une autre nature. L’article 89 de la Constitution donne au Sénat la possibilité de faire échouer le volet constitutionnel du projet et, probablement par voie de conséquence, les aspects organiques et législatifs, dont la réduction du nombre des parlementaires. Un succès des ces réformes ne garantit pas un regain de popularité pour le Président, un échec ne peut que contribuer à affaiblir sérieusement M. Macron à un an des élections européennes. Ici, la « nouvelle politique » passe par des procédures et des comportements qui, aux yeux de certains membres de la majorité, relèvent de la « politique d’hier », mais il ne faut jamais top s’éloigner des contraintes de l’arithmétique parlementaire.
 

En quoi ces "avancées" institutionnelles sont elles en mesure de répondre aux attentes des Français ? 

Il n’est nullement prouvé qu’il existe une véritable attente des Françaises et Français au regard des propositions institutionnelles  en discussion. Certes, le processus de réforme pourrait aller plus vite, mais depuis un an le Parlement (Assemblée nationale et Sénat réunis) n’a jamais constitué un obstacle de taille pour l’adoption des projets de réforme du Gouvernement. Les exemples du code du travail et des chemins de fer montrent même qu’il a été possible de trouver un accord entre les majorités de l’Assemblée nationale et du Sénat. Il ne faut pas généraliser (par exemple il n’y a pas eu d’accord sur la loi relative à la maitrise de l’immigration), mais les procédures législatives ont parfaitement fonctionné. Ceux qui se plaignent d’un nombre trop important d’amendements oublient trop rapidement qu’ils seront, peut-être un jour, dans l’opposition. Prendre le temps de débattre fait partie de l’ADN de la démocratie.
 

Quel est le risque que cette réforme constitutionnelle devienne plus une réforme institutionnelle et donc purement technocratique?  Si cet écueil se confirme, le gouvernement n'enterre-t-il pas l'idée d'un renouveau démocratique tant promis ?

Le renouveau démocratique est une notion très difficile à définir. Il doit concilier la tradition avec les possibilités des nouvelles technologies, en particulier celles de l’économie numérique. Il n’existe pas d’alternative à la formation de la loi, c’est-à-dire à la création d’une norme juridique collective et obligatoire, par la confrontation des opinions, le respect de la diversité politique et le vote par les parlementaires au terme d’un débat public, sincère et équitable. Le contraire s’appelle la dictature et, sous sa forme modérée, le despotisme éclairé. À partir de cette constante, d’innombrables modifications et améliorations sont possibles. D’ores et déjà, le recours aux merveilleuses innovations de l’internet permet à tout à chacun de prendre connaissance des projets et propositions de loi, de suivre quasiment en direct les étapes de la procédure parlementaire et de donner son avis. Les groupes de pression, quels que soient les intérêts qu’ils expriment, ont parfaitement  compris comment ils peuvent utiliser ces immenses possibilités. Il serait paradoxal que les citoyens demeurent en retrait.
 
Ouvrir de plus larges espaces de dialogue, recueillir de multiples avis, confronter des points de vue opposés ne peut qu’améliorer le résultat final. Il n’en demeure pas moins que seule une décision prise par la majorité issue des urnes dans le respect des règles constitutionnelles est compatible avec la démocratie, l’État de droit et les libertés fondamentales
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 09/07/2018 - 16:27
Macron ne ragarde pas à la dépense!
Lors de sa première intervention devant le Congrès, le 3 juillet 2017,Macron avait dépensé 300.000€...des sous des contribuables français! Il distribue généreusement nos sous aux Tunisiens, aux Africains...et il reporte à plus tard le ''plan de pauvreté'' des Français..il me semble que ''bonne charité commence par soi-même'' ''Sa piscine'' devait être finie rapidement aussi.. L'insécurité dans laquelle se trouvent les Français de plus en plus: elle... elle peut attendre!...
J'accuse
- 09/07/2018 - 11:29
Il ne s'adressera pas aux parlementaires !
On ne convainc pas des politiciens par des discours mais par des arrangements mafieux; ce qu'il dira au Congrès n'est bien sûr pas à l'intention des élus, mais des journalistes et du peuple, en se servant des premiers pour l'aider à influencer le second. Le but n'est pas de préparer les futures réformes, mais de subjuguer les électeurs pour qu'ils croient que tout va de mieux en mieux. Premier objectif: les élections européennes, pour faire entrer un maximum de zombies macroniens au parlement de l'UE. Il recommencera en 2019 pour les Municipales à suivre; et en 2020 et 2021 pour sa réélection en 2022.