En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

07.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 4 heures 4 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 6 heures 22 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 7 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 8 heures 43 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 9 heures 13 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 10 heures 51 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 11 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 12 heures 15 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 12 heures 33 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 8 heures 22 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 9 heures 2 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 9 heures 46 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 10 heures 51 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 12 heures 16 sec
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 12 heures 59 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Chemin parcouru

Rapport sur une police au bord de la crise de nerf : ces lâchetés politiques qui nous ont amenées là

Publié le 04 juillet 2018
Un rapport d'une commission d'enquête sénatoriale pointe du doigt les difficiles conditions d'exercice des forces de l'Intérieur. Le constat est alarmant.
Arnaud Lachaize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Lachaize est universitaire, spécialiste de l’immigration. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport d'une commission d'enquête sénatoriale pointe du doigt les difficiles conditions d'exercice des forces de l'Intérieur. Le constat est alarmant.

Atlantico : Ce rapport édifiant fait mention d'un taux de suicide de 36% supérieure à la moyenne nationale. Pouvez-vous nous décrire les conditions de travail qui font qu'aujourd'hui la police n'en peut plus ? Comment en est-on arrivé là ?

Arnaud Lachaize : La police française connaît un malaise extrêmement profond, qui est ancien mais ne cesse de s'aggraver. Il ne tient pas pour l'essentiel à des questions de salaires, de temps de travail ou de statut. Ce qui est à l'origine de ce malaise, c'est la condition de travail des policiers dans les quartiers sensibles. Les policiers sont directement exposés à la violence et à la criminalité. Dans la région parisienne, un policier sur dix est blessé chaque année. Les jets de pierre, les dégradations sur les véhicules, les agressions physiques y sont monnaie courante. Quand aux insultes, elles font partie du quotidien. Les policiers travaillent souvent dans la peur. D'ailleurs, ce sont souvent les plus jeunes, sortis des écoles qui sont affectés dans les cités. Dès qu'il le peuvent, ils quittent la région parisienne pour obtenir une affectation dans leur région d'origine. Il faut bien voir que certains policiers, pas tous, vivent un enfer quotidien et ils ont le sentiment de n'être pas soutenus ni par la justice, ni par les dirigeants politiques.

Rythme de travail effréné, un accès aux munitions déficitaire, matériel vieillissant et bien sûr un manque cruel d'effectif. Face à la menace terroriste, la vague migratoire et une violence exacerbée, comment expliquer ce manque de moyens dans un tel climat ? Peut-on parler de laxisme de la part du gouvernement ?

Les questions de moyens ne me paraissent pas les plus essentielles dans ce malaise. Des efforts importants ont été accomplis, le budget du ministère de l'Intérieur a été sanctuarisé depuis plusieurs années. Ainsi, l'immobilier de la police s'est amélioré avec de nombreuses inaugurations de nouveaux commissariats ou postes de police. Quant au "manque cruel d'effectif", les effectifs des forces de l'odre en France , nombre de policiers et gendarmes par habitants, sont à peu près équivalents à ceux des grandes démocraties européennes (Allemagne, Grande-Bretagne). La vérité, c'est que le malaise des policiers provient de leur sentiment d'être démunis face à la montée de la délinquance et de la violence. Ils ont le sentiment classique chez eux, d'arrêter des délinquants qui sont aussitôt relâchés par les juges. Ils considèrent que la réponse pénale à leur action est inadaptée. Ils ont l'impression d'écoper la mer avec une petite cuiller. Chacun est dans sa logique, les policiers qui désespèrent du sentiment d'impuissance, notamment face à la délinquance des mineurs, et les magistrats confrontés à la question des places de prison: tous les records sont battus avec 80 000 incarcérations. Pire, les policiers n'ont pas le sentiment d'être suffisamment soutenus par le pouvoir politique.

Au-delà du budget et des moyens, la difficulté à obtenir des « résultats » judiciaires, les mauvaises relations avec la population et la politique du chiffre restent des points de préoccupations majeurs. Pensez-vous que le déploiement de la police de sécurité du quotidien puisse améliorer cette situation ?

Non, en aucun cas et les policiers le savent bien. L’un des échecs les plus retentissants en matière de sécurité fut la police de proximité du gouvernement Jospin, de 1997 à 2002. Cette période fut marquée par une explosion de la délinquance et de la criminalité. Le principe de cette politique était de créer des postes de police dans les cités les plus sensibles, et d’y organiser des patrouilles pédestres. Lionel Jospin est le seul premier ministre de l’histoire qui ait déclaré, à l’issue de son passage à Matignon et de son échec à la présidentielle de 2002 : « Nous avons été naïfs en matière de sécurité. » De 2012 à 2017, sous l’impulsion de Manuel Valls, la notion de proximité est revenue à l’honneur sous d’autres formes. Une trentaine de zones de sécurité prioritaires (ZSP) ont été définies dans les secteurs les plus difficiles. Là non plus, ces mesures n’ont débouché sur aucun effet probant. La nouvelle politique annoncée par M. Colomb, sous l’intitulé de « police de la sécurité au quotidien » (PSQ) semble  se réduire à un slogan. Sa logique n’est pas si différente de la méthode qui avait atteint son paroxysme sous Jospin : rassurer la population par une formule en donnant l’impression que la police se rapproche du citoyen pour le protéger. « La PSQ, souligne le ministre dans une interview au Monde du 9 février 2018, c’est surtout une méthode de travail , un nouvel état d’esprit pour l’ensemble des forces". Une fois de plus, la politique se réduit à la communication. Ce n'est pas ce qu'attendent les policiers mais le fond du problème tient bien davantage à la question de la réponse pénale, un sujet absolument tabou et d'une infinie complexité.  

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PhloxxX
- 05/07/2018 - 07:04
Rien de complexe à modifier la politique pénale...
1- Créer un nombre de place de prison en rapport avec la réalité de la délinquance.
2- Réhabilitation des peines plancher.
3- Suppression du juge de l'application des peines dont le fonctionnement est un véritable scandale.
4- Suivi des remises de peine par les juges qui ont prononcé les peines de prison.
5- Limitation des remise de peine à un maximum d'un quart de la peine.
6- Simplification du mode de sanction des mineurs en limitant les peines symboliques à trois sanctions.

Les études criminologiques sont unanimes seules les sanctions prévisibles et effectives constituent un facteur de réduction de la délinquance, c'est à dire tout le contraire du traitement pénal de la délinquance en France !!!
PhloxxX
- 05/07/2018 - 07:03
Rien de complexe à modifier la politique pénale...
1- Créer un nombre de place de prison en rapport avec la réalité de la délinquance.
2- Réhabilitation des peines plancher.
3- Suppression du juge de l'application des peines dont le fonctionnement est un véritable scandale.
4- Suivi des remises de peine par les juges qui ont prononcé les peines de prison.
5- Limitation des remise de peine à un maximum d'un quart de la peine.
6- Simplification du mode de sanction des mineurs en limitant les peines symboliques à trois sanctions.

Les études criminologiques sont unanimes seules les sanctions prévisibles et effectives constituent un facteur de réduction de la délinquance, c'est à dire tout le contraire du traitement pénal de la délinquance en France !!!
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 04/07/2018 - 23:15
On recolte
Le principe du « surtout pas de vagues » qui a permis bien des carrières administratives & politiques .
Ceci dit faite vous arrêter et verbaliser pour un petit dépassement de 2 km/h et vous comprendrez ......certains retours