En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

04.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

05.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 11 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 12 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 15 heures 8 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 8 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 11 heures 59 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 16 heures 55 sec
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 8 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 11 heures
Pamphlet

Les épines du rosier 14) Comment François Mitterrand a discrètement placé la France sous la coupe des États-Unis

Publié le 30 avril 2012
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 14ème épisode : La gauche et la bipolarisation du monde.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 14ème épisode : La gauche et la bipolarisation du monde.

Lire aussi

 

François Mitterrand avait bien caché son jeu. Au moment où une partie de la presse de droite, obnubilée par la participation de quatre ministres communistes au gouvernement, criait à la soviétisation de la France, ce qui s’opérait en réalité était le grand tournant atlantiste de la diplomatie française.

La politique d’indépendance nationale du général de Gaulle avait résisté mieux qu’on ne le dit généralement aux mandats de Pompidou et surtout de Giscard d’Estaing. Ce dernier, pourtant issu de la droite libérale pro-américaine, avait, au cours de son septennat, pris peu à peu des distances avec le grand allié, allant, au tournant des années quatre-vingt, jusqu’à lui retirer le soutien de la France dans la partie de bras de fer décisive qui devait déterminer si les Américains installeraient des fusées à tête nucléaire en Europe pour contrer celles que les Russes installaient de leur côté en visant l’Europe de l’Ouest.

Les élections de 1981 s’étaient ainsi déroulées à contre-emploi : si le PC était officiellement engagé au côté de François Mitterrand, l’ambassade soviétique soutenait discrètement Valéry Giscard d'Estaing, pendant que Jacques Chirac soutenait aussi discrètement François Mitterrand. Mais c’est François Mitterrand qui l’emporta.

Il donna assez vite de nombreux gages diplomatiques à son aile gauche qui pouvaient alimenter les craintes de bolchevisation alors prodiguées par la regrettée Annie Kriegel dans le Figaro : Claude Cheysson, diplomate tiers-mondiste aux Affaires Étrangères, Régis Debray à l’Élysée. Le discours de Mitterrand à Cancùn le 20 octobre 1981 était plein des échos de la révolte de toute la misère du monde contre les pays riches.

La réalité fut bien différente. François Mitterrand n’eut, durant sa présidence, aucun différend sérieux avec Ronald Reagan et Margaret Thatcher qui, au même moment, amorçaient le virage ultra-libéral du monde anglo-saxon.

Il prononça, et nous n’aurons garde de le lui reprocher, un discours décisif au Bundestag le 20 janvier 1983 : « les euromissiles sont à l’Est et les pacifistes à l’Ouest. » Ce discours où, seule en Europe occidentale, la France apportait clairement son appui aux États-Unis, au nez et à la barbe des ministres communistes, permit à Ronald Reagan d’installer les fusées Pershing et de gagner ainsi la bataille ultime de la guerre froide.

Le premier voyage du nouveau président hors d’Europe eut pour destination l’Arabie saoudite, il alla bien vite ensuite en Israël, ce qu’aucun président français n’avait jamais fait. Deux pays qui ne passaient pas, c’est le moins qu’on puisse dire, pour des alliés de l’Union soviétique !

Les archives ont révélé l’affaire Farewell par laquelle les services secrets français apportèrent alors un coup de main décisif aux Américains contre les Russes, assoyant la crédibilité du nouveau président comme allié sûr de Washington.

Nous avons déjà évoqué la concession capitale de François Mitterrand à Ronald Reagan en 1984 quand il accéda à la demande des Américains de soumettre la politique agricole commune à la mécanique du GATT, décision dont les conséquences devaient être désastreuses pour nos paysans.

Les Américains avaient-ils d’ailleurs des raisons de s’inquiéter ? François Mitterrand avait été sous la IVe République un ami constant de l’Amérique.

À la fin de la décennie quatre-vingt, la France de Mitterrand participa à la première guerre du Golfe contre l‘Irak, alors que, quinze ans plus tard, la France de Chirac devait s’abstenir pour la deuxième.

Lors de la décomposition du bloc soviétique, la France sembla réagir maladroitement à la réunification de l’Allemagne, paraissant vouloir la freiner, mais comment reprocher au président français de tenter de prendre quelques garanties contre d’éventuelles velléités de reconstitution de la grande Allemagne ?

Il s’en faut de beaucoup que la France ait été aussi judicieuse dans la gestion économique de la réunification. Pensant jouer au plus malin avec Helmut Kohl, François Mitterrand promut la création de la monnaie unique européenne : l’Allemagne réunifiée étant devenue trop forte à son gré, il pensa la "tenir" par là. Tel fut pris qui croyait prendre. C’est le contraire qui se passa : l’Allemagne imposa que l’euro (dont elle imposa le nom de préférence à l’écu qui sonnait trop français) soit géré comme le mark ; de fait, avec le traité de Maastricht, l’ensemble de l’Europe entrait dans la zone mark. Le régime monétaire optimal pour les Allemands n’étant pas le même que pour les Français, la croissance française s’en trouva, comme nous l’avons vu, durablement entravée et la France affaiblie.

Sachant l’histoire, Mitterrand dit une fois que, lui vivant, la France ne ferait pas la guerre à la Serbie. Madame Thatcher était sur la même longueur d’onde. Mais à ce moment-là, les États-Unis ne suivaient encore que de loin ce qui se passait dans les Balkans, il ne s’opposait donc pas vraiment à eux.

Il s’en faut de beaucoup que Jospin se soit maintenu sur cette ligne. Lorsque les États-Unis décidèrent de trancher le conflit des Balkans en prenant parti unilatéralement contre la Serbie, après une campagne de presse internationale faisant apparaitre celle-ci comme la seule coupable d’atrocités, Jospin - comme Chirac, puisque nous étions alors en période de cohabitation - s’aligna.

C’est le même couple qui engagea à la fin de 2001 l’armée française, à la suite des États-Unis, dans la guerre d’Afghanistan où, dix ans après, elle se trouve encore empêtrée.

Première guerre du Golfe, guerre des Balkans, Afghanistan : à trois reprises, un gouvernement socialiste s’alignait sans état d’âme sur les États-Unis.

L’ambassade des États-Unis intervient-elle sans discrétion dans nos banlieues pour y promouvoir (et ficher) les immigrés ou veut-elle modifier nos programmes d’histoire ? Le gouvernement Sarkozy ne dit rien et laisse faire, mais le conseil régional socialiste de Rhône-Alpes signe un accord de coopération avec la dite ambassade, comme si la France était le Guatemala.

Si l’on fait le bilan de ces trente ans, jamais un gouvernement socialiste n’a manqué à l’appel des États-Unis. Leur fidélité devait être aussi entière que ce que fut ultérieurement celle de Nicolas Sarkozy.

Rien dans tout cela qui ne rompe d’ailleurs avec la ligne traditionnelle des socialistes. Comme tous les membres de la Troisième force, les socialistes étaient sous la IVe République résolument atlantistes.

Les uns et les autres avaient voté contre la décision du général de Gaulle, en 1966 de retirer la France du dispositif intégré de l’OTAN.

Cette ligne constante d’intégration de la France au bloc occidental relativise les états d’âme que le PS sembla manifester en s’abstenant quand Nicolas Sarkozy paracheva en 2008 la réintégration de l’OTAN. Il devrait faire réfléchir les gaullistes qui, par opposition à la ligne atlantiste de Nicolas Sarkozy, seraient tentés de se rallier à Hollande.

Jacques Chirac, pour l’essentiel poursuivit, lui aussi, le rapprochement de la France avec l’OTAN mais il fut le seul à faire un écart qui pouvait rappeler la tradition gaulliste en refusant de manière spectaculaire de participer à la guerre contre l’Irak en 1983 ; cet écart suffit à déclencher un déchaînement sans précédent d’hostilité à notre égard outre-Atlantique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
JO94
- 30/04/2012 - 16:41
De toute façon, les gars,
De toute façon, les gars, Sarkozy va passer son chemin battu à 57 %. L'alignement sur les USA n'est pas effectif car le dernier essai du M5 1 a vu la fin de sa trajectoire en Alaska. Un signe? Le retour de Poutine signifie aussi Une nouvelle guerre froide!
Ann O'nymous
- 30/04/2012 - 13:20
A rebours...
"Cette ligne constante d’intégration de la France au bloc occidental relativise les états d’âme que le PS sembla manifester en s’abstenant quand Nicolas Sarkozy paracheva en 2008 la réintégration de l’OTAN. Il devrait faire réfléchir les gaullistes qui, par opposition à la ligne atlantiste de Nicolas Sarkozy, seraient tentés de se rallier à Hollande."

Il aurait fallu commencer par cette conclusion, qui motive tout le reste.
laurentso
- 30/04/2012 - 12:59
De quoi qu'il cause ?
"L’ambassade des États-Unis intervient-elle sans discrétion dans nos banlieues pour y promouvoir (et ficher) les immigrés ou veut-elle modifier nos programmes d’histoire ? Le gouvernement Sarkozy ne dit rien et laisse faire, mais le conseil régional socialiste de Rhône-Alpes signe un accord de coopération avec la dite ambassade, comme si la France était le Guatemala."
Quid ?