En direct
Best of
Best Of
En direct
© OZAN KOSE / AFP
No stress
Guerre commerciale : pourquoi les Etats-Unis n’ont pas trop à s’inquiéter de voir la Chine se débarrasser des 1000 milliards de dette américaine qu’elle détient
Publié le 28 juin 2018
Les États-Unis sont entrés dans un processus de guerre commerciale, notamment à l’égard la Chine, et ce, alors même que la Chine détient, au titre de ses réserves, de très importants stocks de dette américaine.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les États-Unis sont entrés dans un processus de guerre commerciale, notamment à l’égard la Chine, et ce, alors même que la Chine détient, au titre de ses réserves, de très importants stocks de dette américaine.

Atlantico : Alors que les États-Unis sont entrés dans un processus de guerre commerciale, notamment à l’égard la Chine, et ce, alors même que la Chine détient, au titre de ses réserves, de très importants stocks de dette américaine, quels seraient les risques de voir Pékin se débarrasser de ces titres dans ce contexte d'affrontement ?

Michel Ruimy : Les non-résidents américains, dans leur ensemble, détiennent près de 4 000 milliards de dollars de dette américaine, soit plus de 25% du total en circulation qui se monte à 14 700 milliards de dollars. La Chine détient, à elle-seule, 1 170 milliards de dollars d’obligations du Trésor américain - environ 950 milliards d’euros -, ce qui lui confère le rang de premier créancier étranger des États-Unis et de deuxième propriétaire de titres du gouvernement américain après la Réserve fédérale des États-Unis.

Dans le bras de fer commercial qui l’oppose aux États-Unis, cet atout de taille constitue, à n’en pas douter, un argument financier redoutable s’il venait à être utilisé. Pourtant, cette option a été souvent évacuée du débat car de nombreux observateurs considèrent que la Chine serait folle de « se tirer une balle dans le pied ».

Aujourd’hui, avec des menaces de guerre commerciale plus pressantes, elle revient sur le devant de la scène. En menaçant de vendre ses titres américains - et sans le faire de façon massive -, Pékin pourrait provoquer une hausse des taux d’intérêt de marché aux Etats-Unis, ralentissant de ce fait la croissance américaine qui s’appuie sur une forte consommation. En effet, en initiant un comportement « moutonnier », sa décision pourrait inciter certains investisseurs à s’alléger de manière préventive. Or, la théorie financière nous enseigne qu’une hausse des taux conduit à une baisse du prix des obligations (effet balançoire entre ces deux variables).

Mais, les dirigeants chinois ont une crainte majeure : un ralentissement de la croissance qui pourrait menacer la cohésion sociale, et donc, de voir poindre les premières critiques à l’encontre du pouvoir et notamment sur la pérennité du système politique à moyen-long terme. C’est pourquoi, si son économie faiblit, la Chine n’a pas intérêt à dévaloriser son matelas financier.

Sauf que, si jamais les dirigeants décidaient d’utiliser ce levier, la Chine peut endurer une baisse de la valeur de son portefeuille d’obligations. Il s’agirait d’une dépréciation et non d’une perte. En d’autres termes, peu importe à la Chine de voir la valeur de son portefeuille baisser à court terme si le Trésor américain rembourse les obligations arrivant à échéance. Et comme il est peu probable que le Trésor américain fasse défaut, il ne faut donc pas écarter la possibilité que la Chine use de son stock d’obligations comme d’une arme.

La Chine a déjà exercé cette option ces derniers mois, en étant vendeuse nette de titres américains en avril et mars de cette année : elle a cédé 5,7 milliards de dollars en avril, après 4,4 milliards en mars. A ce stade, il ne s’agit pas d’une politique clairement assumée. Elle pourrait la poursuivre juste pour être crédible, histoire de montrer que ce n’est pas du bluff. Une situation préoccupante pour les Etats-Unis alors que les besoins de financement de la prochaine décennie devraient approcher les 1 000 milliards de dollars. Dans ces conditions, se fâcher avec la Chine, son principal créancier étranger, semble un jeu dangereux.

En fait, on voit bien qu’il s’agit, à ce jour, d’un « poker menteur » car, au plan politique, il est difficile pour des responsables de céder devant ce que l’opinion aura tôt fait de considérer comme du chantage de la part des Etats-Unis. Il n’en demeure pas moins que la Chine a avantage à conserver ses titres du Trésor, cette posture de menace étant plus efficace. En effet, si elle venait à vendre, elle ne pourra plus menacer et cela ne ferait qu’aggraver la situation et supprimerait son avantage.

La planète mondiale de la dette se caractérise actuellement par des taux d'intérêt de très faible niveau, traduisant ainsi un contexte de déséquilibre entre la demande pour ces titres et l’offre, ce qui peut parfois être considéré comme un contexte de trop plein d’épargne mondiale.

Dans un tel contexte, Pékin aurait-elle réellement une alternative pour investir les 1 000 milliards de dette américaine détenues ?

Les avoirs américains détenus par la Chine ont diminué de plus de 10% par rapport à leur plus haut niveau - 1 300 milliards de dollars à fin 2013. Dans le même temps, le vice-ministre des Finances, Zhu Guangyao, a réaffirmé la stratégie de Pékin concernant les réserves de change qui s’établissaient à 3 130 milliards de dollars à fin février - y compris les obligations - : la Chine est un investisseur responsable sur les marchés financiers et veut préserver leur valeur.

Par ailleurs, l’encadrement étroit de la convertibilité du yuan complique la donne et réduit les marges de manœuvre de la banque centrale. Si celle-ci souhaite garder le taux de change du yuan relativement stable, elle ne peut pas ajuster à sa guise le volume de devises étrangères qu’elle vend ou qu’elle achète.

Dès lors, pour une banque centrale en quête d’actifs extrêmement liquides - c’est-à-dire qu’elle peut céder aisément -, il n’y a guère d’alternatives aux obligations américaines sur de tels volumes et il est peu probable que Pékin s’en détourne d’autant que, comparé à l’Europe ou au Japon, les marchés financiers américains sont les plus larges, liquides et flexibles.

De plus, les avoirs chinois de dette américaine sont liés à l’excédent commercial de Pékin avec les Etats-Unis, dont ils sont la contrepartie : les exportateurs chinois échangent leurs dollars auprès de la banque centrale qui, ensuite, achète principalement des bons du Trésor américains. Cesser de le faire serait risquer une envolée du yuan au détriment du commerce extérieur chinois.

Ensuite, le yuan étant actuellement à son plus haut niveau depuis deux ans et demi, la Chine pourrait envisager une dévaluation du yuan pour avantager ses exportateurs ou compenser l’impact d’une hausse des droits de douane américains. Mais, là encore, elle pourrait y perdre. Si elle dévalue le yuan afin de contrer l’objectif de relance de la production américaine affiché par l’administration Trump, elle renchérit le coût de ses importations et diminue les revenus des ménages en termes réels. Ceci irait à l’encontre de ses efforts pour doper sa consommation intérieure, son nouveau credo.

Malgré tout, dans une stratégie de diversification de ses avoirs et dans ce contexte, outre l’investissement dans des actifs tangibles, on pourrait assister à un allègement de sa position sur les bons du Trésor américains et acheter de la dette européenne ou japonaise à plus faible rendement. Mais, là encore, il s’en suivrait vraisemblablement une appréciation du yuan par rapport au dollar, ce qui affaiblirait l’attrait relatif de ses exportations.

Ainsi, la Chine n’a guère d’alternatives. Si les décisionnaires de Washington et de Pékin restent calmes, les bons du Trésor américain resteront un investissement relativement sûr… au moins jusqu’à la prochaine crise des relations sino-américaines.

Dans un article publié par le Council of Foreign Relations, l’économiste Brad Setser évoque la littérature économique pour montrer que la vente de l’intégralité du portefeuille chinois provoquerait une hausse des taux de 30 points de base, soit de 0,3 point de pourcentage, ce qui serait parfaitement gérable par la Federal Reserve.

Dans de telles conditions, et même si les flux d’achat se tarissent, ne peut-on pas considérer que la Chine devrait, selon toute vraisemblance, conserver son portefeuille américain ?

En fait, la Chine, à l’image du Japon, a progressivement engagé un mouvement de réduction de l’encours des titres du Trésor américain qu’elle détient. La Chine dispose encore, à elle-seule, un peu plus de 7% de l’encours total des obligations américaines contre moins de 2% en 2001 au moment de son entrée dans l’Organisation Mondiale du Commerce.

A terme, Pékin ne devrait pas opter pour une vente totale de ses titres américains qui pourrait affecter son économie mais probablement pour un recul graduel de sa position, ne serait-ce qu’en ne réinvestissant pas les sommes touchées lorsque des obligations arrivent à échéance.

Bien que Pékin soit incapable d’agir unilatéralement sur le marché du Trésor américain ou sur le dollar américain, la menace de vendre son portefeuille d’obligations américaines a de sérieuses implications pour la stabilité à long terme de l’économie et du système financier américain. Il est possible qu’une telle menace soit suffisante pour empêcher une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, malgré le fait que certains responsables de l’administration Trump et, peut-être même Trump lui-même, souhaitent déclencher une guerre commerciale au motif qu’ils estiment que leur principal atout est solide : les Etats-Unis ont importé pour un peu plus de 500 milliards de dollars de biens chinois en 2017 alors qu’ils n’ont exporté que 130 milliards à destination de la Chine. Ils seraient alors peut être aidé par la conjoncture : la croissance reste solide outre-Atlantique mais elle donne des signes de faiblesse en Chine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/06/2018 - 01:39
La Chine socialiste a désespérément besoin de la créativité
occidentale, surtout américaine, qui a le vent en poupe...et même si ses débouchés commerciaux se sont amenuisés avec les USA, elle n’en peut se permettre de rompre le cordon ombilical qui l’an relie à sa mère nourricière. Le socialisme a sevré toute créativité, et la dépendance de la Chine par rapport à la liberté créatrice américaine est totale. Pour ce qui concerne l’UE, c’est mort! et les peuples d’europe, handicapés par l’écolo-gauchisme ringard, deviennent les premiers sur la liste du prédateur chinois...
gerint
- 28/06/2018 - 13:54
@guy-bernard fin
Si l’Europe reste une petite puissance politique mais un débouché intéressant en terme de marché elle ne sera pas trop attaquée je pense.
gerint
- 28/06/2018 - 13:10
@Guy-Bernard
Je pense que c'est ce qui va se passer. Une tension vive entre USA et Chine sinon pourrait aboutir à une Guerre dans le Pacifique concernant les pays les plus puissants de la planète. Les Américains entre autres le savent et ont un énorme arsenal militaire, les autres pays de la zone augmentent aussi le leur. Mais je pense qu'on essaiera de privilégier autant que possible la non-confrontation militaire. L'Europe a été construite par les USA pour ne jamais devenir une puissance rivale et si elle le devenait elle serait laminée.