En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Pamphlet

Les épines du rosier 12) Comment la gauche a mené l'Education nationale à la dérive

Publié le 28 avril 2012
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 12ème épisode : La politique de la gauche en matière d'éducation.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 12ème épisode : La politique de la gauche en matière d'éducation.

Lire aussi :

 
 

Il y a longtemps que la gauche tient l’éducation nationale, avec plus ou moins l’accord du reste de l’arc politique, pour sa chose.

Plusieurs raisons à cela. D’abord l’héritage des Lumières. Faire progresser la société en diffusant les Lumières dans le peuple : quoi de plus conforme aux idéaux de la gauche ?

Ensuite l’histoire, ou du moins la lecture qu’en a imposée l’idéologie socialiste : l’école, grand œuvre de Jules Ferry et des grands républicains de la génération de 1880 – ce qui occulte le fait que la Révolution avait désorganisé l’éducation populaire, que la loi Guizot (1833) avait déjà conduit à une scolarisation d’au moins 80 % des enfants, que Jules Ferry et les siens ne remettaient nullement en cause le monopole de la bourgeoisie dans l’enseignement secondaire et supérieur. La démocratisation de ce dernier doit en revanche beaucoup, c’est une justice à lui rendre, à un homme politique socialiste injustement décrié, Guy Mollet. Elle devait se réaliser en grand dans les années soixante.

Troisième connivence : la couleur politique de la majorité des membres de l’institution, non seulement les enseignants, en majorité orientés à gauche (dans une proportion d’environ 2/3) et surtout l’appareil de la rue de Grenelle, de l’inspection générale aux grands syndicats dont le poids s’exerce lourdement sur les politiques menées par ce ministère, que le gouvernement soit de droite ou de gauche.

Ces accointances historiques entre la gauche et la grande tache éducative ne devraient cependant pas occulter ce fait massif : si l’opinion ressent, à juste titre, une dégradation de la machine éducative française, que le classement Pisa de l’OCDE met en valeur[1], et qui se traduisent par un retour de l’illettrisme à un niveau qui n’est pas si éloigné de ce qu’il était sous la Monarchie de Juillet, c’est principalement à la gauche qu’on le doit.

On retrouve, en ce domaine comme en d’autres, le traditionnel primat de l’idéologie sur les faits qui caractérise les politiques de la gauche, pas seulement marxiste.

Dans le légitime et massif mouvement de démocratisation de l’enseignement lancé après la guerre, deux virus, d’abord anodins mais qui devaient se révéler avec le temps profondément destructeurs, se sont infiltrés, jusqu’à en annihiler une partie des effets.

Le premier est celui du faux égalitarisme.

Le plan Langevin Wallon élaboré en 1947 par des universitaires membres du parti communiste fixait l’objectif d’une filière unique (ou tronc commun) pour tous les élèves de l’enseignement primaire et du premier cycle du secondaire. On peut dire que ce plan est depuis 60 ans la charte de l’éducation nationale.

Au départ, le tronc commun avait pour but de donner les mêmes chances aux enfants des différentes classes sociales et à cet égard, il était justifié. Jusqu’en 1965, le secondaire comprenait en effet trois filières : les uns restaient à l’école élémentaire jusqu’au certificat d’études, les autres allaient au collège d’enseignement général, puis à l’École supérieure, les autres au lycée. Les options étaient analogues dans l’enseignement privé. Une seule filière désormais : l’école élémentaire (11e-7e), puis le collège (6e-3e), puis le lycée (2e-Terminale). La démocratisation devant être aussi une promotion. L’âge limite de la scolarité obligatoire fut porté dès 1959 de 14 à 16 ans (en attendant 18 ou 20).

Le système dériva dès lors qu’on considéra qu’il fallait mettre dans les mêmes classes, non seulement les élèves de différentes origines sociales mais encore de différents niveaux, vocations ou goûts. C’est ce qu’accomplit la réforme Haby (1975), du nom du ministre de l’éducation nationale de Giscard.

À tout le moins restait-il des différences de rythme : les moins à l’aise pouvaient redoubler. La réforme Jospin de 1989 interdit pratiquement cette possibilité. Il fut acquis que tout le monde devait avancer sur le même chemin et du même pas, qu’il ait assimilé ou non ce qu’on lui avait enseigné.

 De même, les diplômes techniques furent-ils peu à peu alignés sur le modèle du baccalauréat : tout dernièrement le bac technique en quatre ans a été, dans un but d’uniformité, ramené à trois.

La situation du lycée professionnel, déjà malade, s’est aggravée avec la suppression des écoles normales d’apprentissage (en 1991) et des classes technologiques des collèges : au lieu d’anciens ouvriers face à des élèves se sachant destinés à l’être, on voit désormais des professeurs à bac + 7 face à des paumés : confrontée à une telle situation, une enseignante s’est récemment suicidée par le feu à Béziers.

Mettre dans le même moule et faire avancer au même rythme des élèves de niveaux et aptitudes très différents multiplie les effets pervers : ceux qui ne suivent pas n’ont aucun moyen de se raccrocher (malgré le développement récent de devoirs assistés, publics ou privés) ; les moins doués vivent l’école comme une source d’humiliation permanente, voire comme un bagne. Ils prennent l’habitude au fil des ans d’écouter sans comprendre, ce qui n’est pas la meilleure manière de former des citoyens.

L’autre virus est ce qu’on appela la "rénovation pédagogique". Les pédagogues de métier considérèrent que la pédagogie, tenue depuis la plus haute antiquité pour un art qui s’apprenait sur le tas, et relevait d’abord du talent ou du charisme de l’enseignant, et surtout de la maîtrise de son domaine, était en réalité une science. Comme l’évolution des sciences dures entraînait un progrès technique se traduisant par des produits nouveaux et de meilleurs rendements, les sciences humaines devaient, elles aussi, selon cette conception, générer des progrès techniques en matière de pédagogie. C’est de cet état d’esprit que procédèrent la substitution, au cours des années soixante, de la méthode globale d’apprentissage de la lecture à la méthode analytique. Dans la même ligne, les "pédagogistes" promurent les méthodes dites actives selon lesquelles l’enfant devait, non pas être instruit mais découvrir par lui-même ce qu’on voulait qu’il apprenne. Pour un des papes de cette doctrine, Philippe Meirieu, l’enfant et non plus le professeur, devait être "au centre de l’enseignement". Ces idées ont inspiré la loi d’orientation du 10 juillet 1989, dite loi Jospin jamais sérieusement remise en cause depuis.

Elle est toujours la charte de l’enseignement primaire et secondaire. Elle comporte d’autres dispositions perverses, telle la création des IUFM. Officiellement, il s’agit de former les nouveaux enseignants aux méthodes pédagogiques, ce qui se traduisit la plupart du temps  par deux ans d’idéologie abrutissante. En fait, il s’agissait aussi d’assurer la perpétuation d’un vivier d’hommes et de femmes propres à entrer au parti socialiste. Promus pompeusement professeur des écoles, les instituteurs, qui avaient conservé un vrai prestige dans la population, furent noyés dans la grisaille enseignante.

Ces mesures n’ont pas porté remède mais aggravé la montée de l’illettrisme.

En 1997, Lionel Jospin choisit Claude Allègre, son ancien directeur de cabinet, comme ministre de l’éducation nationale. Allègre se tailla un beau succès dans l’électorat de droite en dénonçant le "mammouth" (l’administration de l’Éducation nationale) et en prenant à partie le corps enseignant. Mais cette démagogie de droite cachait mal la poursuite des orientations habituelles de la gauche en matière d’éducation. C’est à Philippe Meirieu que le ministre confia en 1998 la rédaction de la Charte de l’école du XXIe Siècle. Claude Allègre s’est fait également remarquer par la critique bruyante des grandes écoles, fleuron de l’excellence française.

Revenue au pouvoir, la droite n’a guère remis en cause ces orientations. Depuis vingt ans toute une école de pensée, critique des méthodes imposées par le ministère, comprenant Alain Finkielkraut, Élisabeth Altschull, Jean-Paul Brighelli, Marc Le Bris, Rachel Boutonnet, Liliane Lurçat, Laurent Lafforgue, médaille Fields 2002, Frank Debié, Marie-Christine Bellosta, Natacha Polony, Françoise Guichard etc., produit à l’appui de ses thèses de multiples livres[2], articles, blogs contrastant avec la stérilité intellectuelle de l’école officielle, sans parvenir à être vraiment écoutée.

Les orientations fondamentales ne sont pas remises en cause. Proposant un nouveau train de réformes, Jacques Attali, resté homme de gauche même s’il travaillait pour Nicolas Sarkozy, n’a rien trouvé de mieux pour combattre l’illettrisme qu’une nouvelle modernisation des méthodes pédagogiques.

La philosophie de Bourdieu a, elle aussi, joué un rôle clef : pour ce dernier, l’enseignement classique était discriminant et inégalitaire car, se fondant sur les valeurs bourgeoises, il favorisait les enfants de familles bourgeoises maîtrisant mieux la langue et les"codes culturels" de la société. À supposer que cette théorie soit fondée[3], la dernière des conséquences à en tirer était celle qui le fut : le relâchement général des exigences liées à la langue et à ces codes ; le résultat en fut que ceux qui ne trouvaient pas cet enseignement dans leur famille, ne le trouvèrent plus non plus à l’école comme c’était le cas au bon vieux temps de l’école républicaine. Il n’est pas exagéré de dire que Bourdieu, sociologue de gauche et même d’extrême gauche, a été un des fossoyeurs de l’école républicaine.

Nous n’aborderons pas la question des universités car la gauche ne s’y est signalée par aucune réforme d’envergure. En renforçant dès 1981, le rôle des maîtres de conférences au détriment des professeurs agrégés, au motif de lutter contre le mandarinat, elle affaiblit cependant l’institution. Mais, depuis lors, l’emprise qu’elle exerce sur les 80  universités (où elle dispose d’environ 75 présidences) ne la pousse guère à remettre cause le statu quo. La Conférence permanente des présidents d’université a tendu, au fil des ans, à se substituer au ministre comme organisme régulateur de la politique universitaire : on devine où vont ses préférences. Si Claude Allègre avait quelques bonnes idées en matière de recherche, on ne voit pas qu’il les ait traduites dans les faits.

Quoi qu’il en soit, l’école de Jules Ferry est morte et c’est la gauche « qui l’a tuer » !


[1] Source : MEN-DEPP, OCDE

[2] Parmi ces ouvrages, on citera notamment : Marc Le Bris, Et vos enfants ne sauront pas lire ni compter, Stock ; Rachel Boutonnet, Journal d’une institutrice clandestine, Ramsay ; Elisabeth Altschull, L’école des egos, contre les gourous du pédagogiquement correct, Albin Michel ; Liliane Lurçat, La destruction de l’enseignement élémentaire et ses penseurs et La débâche de l’école (avec Laurent Lafforgue), François-Xavier de Guibert ; Jean-Paul Brighelli, A bonne école, Gallimard ; Natacha Polony, Nos enfants gâchés : petit traité sur la fracture générationnelle française, Jean-Claude Lattès

[3] On ne voit pas pourquoi elle le serait en mathématiques et en physique qui constituent aujourd’hui la base de l‘enseignement.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

03.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

04.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

07.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy a démissionné

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
protagoras
- 02/05/2012 - 10:24
Taisez-vous
@guigou
Elisabeth, taisez-vous ! Vous êtes aussi insupportable que votre homonyme, cette grande bourgeoise qui se fait élire par des voix d'extrême gauche. Vous partagez tellement sa mauvaise foi que vous paraissez être son clone.
golvan
- 29/04/2012 - 19:12
@guigou
Donc vous êtes bien enseignant, c'est une évidence, et un enseignant qui ne veut pas entendre quoi que ce soit d'autre que son catéchisme d'enseignant. D'ailleurs ce que j'écris vous met tellement en colère que malgré vos belles résolutions de ne pas répondre vous ne pouvez vous en empêcher en retombant dans l'insulte. Ce ne sont pas les petits bourgeois, classe à laquelle vous appartenez sans apparemment le savoir, qui méprisent les enseignants ni d'ailleurs qui que ce soit, mais à force de se plaindre constamment de leur infortune sans démissionner massivement, le "corps des enseignants" perd beaucoup de sa crédibilité. Vous ne répondez d'ailleurs pas au sujet des jeunes enseignants qui travaillent péniblement dans les zones difficiles alors que leurs glorieux aînés leur refilent le bébé. Quant à la destruction de l'école primaire, je l'ai vécue en direct, sans doute avant votre naissance. J'ajoute que je n'ai pas de nostalgie mais que j'apprécierais que les toutes les erreurs dues à votre idéologie bornée soient reconnues comme telles alors que vos posts d'enseignant aigris prouvent que ça n'est pas demain la veille. Pour le reste c'est vrai, les enfants ont changé.
guigou
- 29/04/2012 - 13:38
Ramassi de clichés
Vous illustrez là exactement ce pourquoi il est impossible d’argumenter ici. Vous vous érigez juge d’un milieu dont vous ignorez tout. Vos idées Zemmouriennes sont une longue litanie de clichés conservateurs. Désolé de vous l’apprendre, l’école de votre enfance qui vous manque tant n’existe plus, les élèves, et surtout leurs parents d’autrefois n’existent plus. Les enseignants n’ont plus de pouvoir ni d’autorité car les petits bourgeois bienpensants, de droite bien souvent, les méprisent et veulent leur apprendre leur métier. Le problème de l’école, c’est que tout le monde croit en être un expert car il l’a fréquentée.
Vos arguments datent d’il y a 15 ans et presque aucun enseignant n’échappe à la carte scolaire, ils n’ont pas les moyens de s’acheter des studios en centre-ville comme le fait la bourgeoisie de l’UMP pour choisir son collège. Les enfants d’enseignants vont dans leur collège de secteur, qui est souvent dans un établissement lambda. La blague des options ne fonctionne plus. Vous êtes à côté de la plaque car vous résonnez sur des approximations idéologiques grossières issues du passé.