En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 4 min 20 sec
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 1 heure 17 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 3 heures 51 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 4 heures 58 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 8 heures 46 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 10 heures 4 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 11 heures 37 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 12 heures 7 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 49 min 13 sec
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 3 heures 22 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 4 heures 23 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 8 heures 33 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 11 heures 51 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 12 heures 20 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
A l'ouest

Sommet Franco-Allemand : Paris et Berlin enfermés dans une bulle de plus en plus éloignée de la réalité européenne

Publié le 19 juin 2018
Le sommet franco-allemand sera l'occasion de montre une nouvelle fois leurs convergences pour Angela Merkel et Emmanuel Macron. Mais l'agenda très technocratique qui est au programme montre une certaine incompréhension très partagée de ce qu'est l'Europe.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sommet franco-allemand sera l'occasion de montre une nouvelle fois leurs convergences pour Angela Merkel et Emmanuel Macron. Mais l'agenda très technocratique qui est au programme montre une certaine incompréhension très partagée de ce qu'est l'Europe.

Atlantico : Le sommet Franco-Allemand se tiendra ce 19 juin, à Berlin,​ à l'occasion duquel les ministres des deux pays aborderont la tenue prochaine du Conseil européen et les réformes qui y sont associées. De plus, une annonce concernant l'harmonisation fiscale de l'impôt sur les sociétés entre les deux pays est également à l'ordre du jour. Comment expliquer un tel agenda pouvant être perçu comme "technocratique", notamment sur cette question d'harmonisation fiscale, alors même que l'Union européenne semble être dans une situation de réelle urgence, de Berlin à Paris, en passant par Rome ?

Christophe Bouillaud : L’harmonisation fiscale, c’est en effet une vieille idée qui traine dans les méandres européens depuis des lustres. On en parle, on en parle, et on ne la fait jamais vraiment. Cela fait partie dans ce cas précis d’un plus vaste projet d’union franco-allemande qui lui aussi ressort périodiquement. En effet, puisqu’il parait impossible d’avancer à 27 sur ce sujet, les deux poids lourds économiques de la zone Euro voudraient mettre presque à égalité leurs deux systèmes fiscaux et sociaux, pour ensuite imposer de fait cette norme commune franco-allemande à tous les autres. C’est la même idée qui a présidé à l’institution d’un SMIC en Allemagne. En effet, ce pays n’en avait pas. Du jour où il en a un -ce qui a été décidé sous Merkel-, puisque la France et l’Allemagne ont  la même monnaie, l’Euro, il devient possible de fixer un jour prochain un SMIC unique franco-allemand, qui deviendrait alors la norme pour tous les autres. Avec l’harmonisation fiscale à deux, c’est la même idée. Malheureusement, le diable est dans les détails. En fait, en pratique, il est très difficile de mettre vraiment à égalité des mécanismes sociaux et fiscaux construits par l’histoire longue des deux derniers siècles. C’est pour cela d’ailleurs que l’harmonisation des normes avait été abandonnée comme méthode dans les années 1970-80, et qu’on avait adopté pour avancer dans l’intégration économique la reconnaissance mutuelle des normes – sous réserve d’un socle minimal commun. 

Comment expliquer un tel intérêt pour cette question de l'harmonisation fiscale entre Paris et Berlin ? Quels sont les véritables enjeux pour Paris​ et Berlin ? En quoi sont-ils, ou non, déconnectés de la situation actuelle ? 

C’est d’abord un moyen de communiquer sur le fait que l’intégration économique franco-allemande doit continuer – donc qu’au-delà des craintes exprimées dans les médias, tout va pour le mieux entre la France et l’Allemagne. 

Ensuite, sur le fond, les deux Etats ont besoin de recettes fiscales supplémentaires en provenance des entreprises. Cela est vrai bien sûr pour la France, mais aussi pour l’Allemagne. Si cette dernière veut mener à bien la remontée en capacités opérationnelles de ses forces armées, il va lui falloir des ressources fiscales nouvelles si elle ne veut pas faire augmenter son endettement public. Même remarque pour ses infrastructures vieillissantes. Face aux menaces d’être livré à eux-mêmes en matière de défense par l’administration Trump, il y a un moment où les gouvernants allemands et français ne peuvent plus tolérer de subventionner les paradis fiscaux internes à l’Union européenne, comme l’Irlande ou le Luxembourg. Il y va de leur puissance. Mais aussi de leur stabilité politique interne : à force d’augmenter les impôts sur leurs classes moyennes, d’affaiblir leur Etat Providence, et d’accepter une détérioration du sort des salariés via le chômage de masse ou le précariat, ces deux pays sont confrontés à une radicalisation d’une partie de leur électorat. 

Donc, de ce point de vue, l’harmonisation fiscale franco-allemande pourrait donc être bien utile. Cela permettrait de reconstituer des marges d’action pour les deux Etats – au détriment certes des multinationales, y compris les leurs, et surtout de tous les autres Etats européens qui vivent de ce détournement de ressources fiscales depuis le centre économique européen. 

Mais il est vrai que ce n’est qu’un moyen qui, à terme, pourrait permettre de mettre en œuvre des politiques publiques susceptibles de réconcilier les populations avec l’Union européenne. En fait, cette harmonisation fiscale aurait dû être faite dès les années 1990 dans la foulée de la création du « Grand Marché » et de la zone Euro. Aujourd’hui, il est bien temps de s’en soucier… 

Quelles sont les racines de cette double vitesse, entre réalité politique vécue par les populations, et prise de conscience, puis prise de décision des dirigeants européens ? ​

Il me semble que l’une des sources majeures de cette double vitesse a été le caractère de moins en moins populaire des partis politiques dans l’Europe contemporaine. En principe, un parti issu si possible d’une mobilisation de la base est censé représenter les demandes d’une partie de la population auprès des gouvernants. Depuis les années 1970, partout en Europe, les partis représentent de moins en moins bien les classes populaires (ouvriers, employés, agriculteurs, etc.). Ils ont même tendance à être plutôt des morceaux de l’Etat qui cherchent des électorats pour se légitimer électoralement, comme l’avaient théorisé les politistes Katz et Mair dès le milieu des années 1990. Ces partis, en symbiose avec les élites d’Etat, ne sont donc pas aperçus – ou n’ont pas voulu s’apercevoir - que les politiques qu’ils menaient étaient très défavorables à ces groupes populaires – ou, au moins, étaient perçues par ces groupes comme très défavorables. 

A cette première raison, valable dans chaque Etat séparément, s’ajoute la lenteur de la prise de décision européenne qui suppose toujours de trouver des compromis et d’accorder des délais aux Etats récalcitrants. C’est le paradoxe européen : un système institutionnel qui s’est bâti sur le compromis entre Etats, le droit et le parlementarisme transnational au moment même où, sous la pression des circonstances de la vie moderne, les Etats allaient tous vers le primat de l’exécutif, vers la dictature de l’urgence, voire la dictature au nom de l’urgence.  

Quoi qu’il en soit, nous ne sommes désormais au stade où ces groupes délaissés par les grands partis de gouvernement ont trouvé leurs représentants, essentiellement dans la droite radicale, l’extrême-droite,  ou le populisme, et où les nouveaux représentants de ces classes délaissées arrivent au pouvoir, comme en Autriche ou en Italie. Maintenant, les partis de gouvernement traditionnels paniquent, comme on le voit dans le cas de la CSU en Bavière, et ils essayent de satisfaire leurs électeurs déçus. C’est bien tard. Et il n’y a pas d’exécutif européen fort pour sauver l’affaire en s’imposant à tout le monde…

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen-gzr-28
- 20/06/2018 - 19:38
Le compte COUDENHOVE-KALERGI
doit se retourner dans sa tombe. En 1939, il proposa son projet d'Europe dont les grandes lignes sont une Europe où les peuples seraient à égalité, suffisamment soudés pour pouvoir tenir tête aux trois autres blocs
USA,URSS et Chine, allant de la simple union économique et monétaire, avec une armée forte commune qui aurait facilité la mixité des peuples européens BLANCS, chrétiens de culture gréco-romaine garantissant l'indépendance et l'intégrité de tous les états associés (EURONATIONS) développant une mystique européenne fondée sur :
a)la culture européenne, b)la foi chrétienne, c)la conception de l'honneur des chevaliers médiévaux. Il insiste : l'Europe doit être une Europe majoritairement blanche, chrétienne....Cette définition d'une Europe des Nations, réunissant les peuples européens blancs, excluant les pays communistes et musulmans a mis les "gauches européennes" en fureur. Elles ont haï kelergi l'ont même accusé de raciste alors qu'il était marié à une juive jusqu'au moment où elles ont trouvé le moyen de récupérer son projet pour faire un plan totalement détourné de l'original. Macron, fils spirituel du plan Kalergi ????
vangog
- 19/06/2018 - 21:56
@Marie-Esther désillusionnée...
Il existe une autre Europe possible, moins technocratique, moins idéologique aussi, fondé sur la cultures des différences , et non sur une convergence impossible.." Macron est le fils spirituel de Kalergi et de Monet, et leur modèle à totalement échoué, tous les européens s’en rendent compte...Les patriotes veulent une identité européenne fondée sur les différences, et souhaitent simplement que ces europeistes revanchards ne soient pas aveuglés au point de faire sombrer l’Europe sous la submersion migratoire, par simple dépit que leur idéologie europeiste ait échoué ...
ajm
- 19/06/2018 - 19:27
IS Allemand.
Lazydoc: l'IS en Allemagne comprend deux parties, une partie fixe de 15% et un impôt municipal qui peut varier , au total, en moyenne 29%.