En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 11 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 11 heures 35 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 13 heures 30 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 14 heures 41 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 17 heures 56 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 19 heures 10 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 11 heures 49 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 12 heures 59 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 14 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 15 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 17 heures 12 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 19 heures 53 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 20 heures 25 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 21 heures 24 min
Police secours

"L’application actuelle de la légitime défense crée un déséquilibre entre le voyou et le policier"

Publié le 26 avril 2012
Nicolas Sarkozy a annoncé ce jeudi la mise en place d'une mesure de présomption de légitime défense pour les policiers et les gendarmes. Cette annonce fait suite à la mise en examen pour "homicide volontaire" d'un policier ayant abattu un braqueur multirécidiviste. L'avis de Bruno Beschizza, le "Monsieur sécurité" de l'UMP.
Bruno Beschizza est conseiller régional d'Île-de-France, élu en mars 2010 en Seine-Saint-Denis et Secrétaire National de l'UMP à l'emploi des forces de sécurité.Avant 2010, il était commandant fonctionnel de Police, secrétaire général du syndicat...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Beschizza
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Beschizza est conseiller régional d'Île-de-France, élu en mars 2010 en Seine-Saint-Denis et Secrétaire National de l'UMP à l'emploi des forces de sécurité.Avant 2010, il était commandant fonctionnel de Police, secrétaire général du syndicat...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy a annoncé ce jeudi la mise en place d'une mesure de présomption de légitime défense pour les policiers et les gendarmes. Cette annonce fait suite à la mise en examen pour "homicide volontaire" d'un policier ayant abattu un braqueur multirécidiviste. L'avis de Bruno Beschizza, le "Monsieur sécurité" de l'UMP.

Atlantico : En réaction à la mise en examen d’un policier pour homicide volontaire, Nicolas Sarkozy propose de mettre en place une présomption de légitime défense pour les policiers et les gendarmes. En quoi cela consisterait-il précisément ?

Bruno Beschizza : Le président n’est pas rentré dans les détails. Cette proposition est liée à un fait : samedi soir, un individu jette une grenade qui s’avère aujourd’hui factice mais qui, sur le moment, pouvait paraître particulièrement dangereuse. L’individu, à 28 ans, avait tout de même 11 condamnations pénales pour des crimes et délits. Le policier riposte en tirant plusieurs fois, en état de légitime défense. L’autopsie montre par la suite qu’il a reçu une balle dans le dos. Les journalistes en déduisent qu’il a été abattu dans le dos. Non : c’est l’enquête qui doit statuer comment tout cela s’est déroulé.

Traditionnellement, lorsqu’il y a mort d’homme, on invoque la légitime défense. Les policiers sont entendus et souvent mis en garde à vue voire mis en examen généralement pour « coups et blessures ayant entraîné la mort sans intentionnalité ». Bizarrement, dans ce cas présent, on évoque un « homicide volontaire ». En choisissant cette qualification, le magistrat instructeur de Bobigny est dans un registre très particulier qui laisse apparaître une vraie présomption de culpabilité sur la tête des policiers. D’où un mouvement de colère de la part de ceux-ci.

Le tribunal de Bobigny, à l’origine de la mise en examen, a une réputation bien singulière. Il est connu pour appliquer systématiquement la présomption d’innocence, ce qui est normal, mais surtout la culture de l’excuse envers les voyous. Par contre, lorsque l’on est policier, c’est le contraire. Mercredi soir, les syndicats de police ont été reçus par le ministre de l’Intérieur.

Nicolas Sarkozy, en tant que candidat, a fait ces propositions au Raincy. Il rencontrera encore les policiers jeudi après-midi, cette fois en tant que chef de l’Etat. Il s’agit de constater qu’il y a, aujourd’hui, un problème dans l’application de la légitime défense qui crée un déséquilibre entre le voyou et le policier.

Cette mesure n’a rien de spectaculaire. Elle ne change rien aux modes d’emploi de la légitime défense : réaction à une menace immédiate envers soi ou envers autrui avec une réponse proportionnée à l’agression. Tout ce que l’on change, c’est que l’on considère le policier qui l’utilise comme étant à priori innocent. Ensuite il y a une enquête. C’est là que, le cas échéant, on statue sur le contraire. C’est l’inverse de ce qui se passe aujourd’hui.

Pourquoi ne pas tout simplement laisser la justice faire son travail et se poser la question de la culpabilité possible de ce policier dans cette affaire ?

Personne ne remet en cause la garde à vue. Il n’y a jamais de manifestations pour des gardes à vue. Personne ne refuse qu’un policier ait à s’expliquer devant un juge d’instruction. La différence ici, c’est la mise en examen d’une part et, d’autre part, la qualification en « homicide volontaire ».

En tant qu’homme politique, d’autant plus dans un contexte d’élection, je me dois d’entendre mes concitoyens. Certains journalistes s’inquiètent en voyant dans cette proposition une attaque envers la justice. Mais quand on a 6 millions de Français qui votent Front national, quand on a des policiers en Seine-Saint-Denis qui sont blessés tous les jours parce qu’ils vont défendre des honnêtes gens, et bien je ne m’interdit pas de dire qu’il y a en Seine-Saint-Denis des juges rouges qui appliquent la justice à priori pour défendre les voyous et qui, dès qu’ils ont un flic entre les mains, s’accordent un petit plaisir personnel.

Une telle mesure changerait-elle quelque chose ? Est-ce de cela dont les policiers ont besoin pour mieux faire leur travail ?

Tirer sur quelqu’un, ce n’est jamais facile. Nous ne sommes pas sur du papier. C’est une mesure de droit qui doit protéger les policiers. Il ne s’agit pas de remettre en cause l’enquête mais de ne pas stigmatiser le policier ayant fait usage de son arme comme l’affreux de service.

Je relie cette affaire au drame du 14 octobre 2011, lorsqu’une jeune gardienne de la paix s’est fait abattre à la préfecture de Bourges. Je reste convaincu, à titre purement personnel, qu’elle n’a pas osé sortir son arme face à l’individu armé d’un sacre qui l’a tuée. Il y a, chez beaucoup de policiers, un vrai traumatisme face à l’obligation de décrire l’action ensuite. Cette suspicion qui pèse sur eux est palpable.

Cette simple mesure de droit qui n’a rien de révolutionnaire, c'est un signal envoyé aux policiers pour leur signifier que nous leur faisons confiance à priori. Après, il y a aussi de vrais accidents et de vrais mauvais usages de la légitime défense. Dans ces cas, les policiers pourront être poursuivis voire condamnés. Mais le climat sera très différent.

Justement, cette mesure ne risque-t-elle pas d’avoir l’effet inverse ? Les policiers ne risquent-ils pas d’être tentés par un usage plus systématique et moins réfléchit de leurs armes ?

Il ne s’agit pas de donner un permis de tuer aux policiers ! C’est pour cela que les conditions de la mise en action de la légitime défense ne doit pas changer. J’assume parfaitement d’être réactionnaire mais j’éprouve une confiance à priori envers nos policiers.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
LECANDIDE
- 27/04/2012 - 07:48
Comme toujours
On reparle du tristement célèbre tribunal de Bobigny et de ses juges rouges.
La question est: Y a-t-il un seul citoyen honnête (j'ai bien dit honnête...) qui fasse confiance aux juges de ce tribunal?
Ganesha
- 27/04/2012 - 05:51
Athlètisme
Je suis perplexe : même ce policier reconnait que l'individu a été tué d'une balle dans le dos ...
Légitime défense ?
Proposition : il avait lancé une grenade, se préparait à en lancer une seconde : pensez à ces compétitions olympiques où l'on lance des poids ou des marteaux : l'athlète tourne sur lui-même : il aurait donc été saisi "au vol" !
Ann O'nymous
- 26/04/2012 - 23:04
MDR
"Il y a, chez beaucoup de policiers, un vrai traumatisme face à l’obligation de décrire l’action ensuite."

Cela s'appelle "rendre des comptes".

C'est très désagréable, mais absolument indispensable.