En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Economie mondiale : une année de négociations

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 1 heure 3 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 1 heure 44 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 3 heures 29 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 4 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 7 heures 28 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 1 heure 18 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 3 heures 3 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 4 heures 34 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 5 heures 26 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 7 heures 13 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 9 heures 1 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 9 heures 30 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 10 heures 14 min
© Pixabay
© Pixabay
Addiction

Jeux vidéo : votre enfant est-il accro à Fortnite ?

Publié le 18 juin 2018
Un an après son lancement, le jeu vidéo en ligne Fortnite attire déjà des dizaines de millions de joueurs, parmi lesquels de jeunes enfants et adolescents. Un phénomène qui inquiète parents et spécialistes.
Michael Stora est psychologue-psychanalyste, président de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Stora
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Stora est psychologue-psychanalyste, président de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un an après son lancement, le jeu vidéo en ligne Fortnite attire déjà des dizaines de millions de joueurs, parmi lesquels de jeunes enfants et adolescents. Un phénomène qui inquiète parents et spécialistes.

Atlantico : Un article du Daily Mail rapporte l'addiction quasi-obsessionnelle de certains enfants, dont de jeunes enfants, au jeu vidéo Fortnite, lancé il y a un an. On sait que d'autres jeux, comme Minecraft ou World of Warcraft, ont suscité un engouement exceptionnel eux-aussi. A-t-on passé, avec Fortnite, un pallier supplémentaire dans l'addiction vidéoludique ? Pourquoi ce jeu rencontre-t-il un tel succès auprès des joueurs de manière générale ? Auprès des jeunes joueurs ?

Michaël Stora : D'abord, précisons que l'OMS a plus ou moins confirmé que l'addiction aux jeux vidéo en ligne existe, ce qui doit être confirmé au mois de juin. Il est important de le préciser parce qu'il y avait jusque-là une forme de déni, aussi bien de la part des éditeurs que de la part d'une communauté scientifique qui ne reconnaissait pas le fait que certains jeux vidéo en ligne peuvent, pour certains jeunes, devenir un objet d'addiction. 

Pour ce qui est de la comparaison entre World of Warcraft et Fornite, on a constaté, pour le premier cité, que la dimension de "monde persistant", c'est-à-dire un monde qui ne s'arrête jamais, avait une vertu addictogène. Cela veut donc dire que ce n'est pas tant la qualité du jeu que les ressorts inhérents à l'œuvre, qui vont faire que le joueur va avoir du al à décrocher. 

Concernant le succès de Fortnite, il s'explique par sa jouabilité, son environnement graphique, son gameplay, les différentes techniques qu'il propose. Ensuite, il s'agit d'un jeu gratuit. Dès lors, le modèle économique repose sur le fait que des joueurs vont acheter pour leur avatar ce qu'on appelle des "skins" (des manières d'apparaître), des postures, des danses. Et cela, dans les pays occidentaux, était très nouveau. Les joueurs peuvent ainsi dépenser jusqu'à plusieurs dizaines d'euros pour s'acheter ces "skins" parce qu'il y a un engouement. À l'image, par exemple, d'une cour de récréation où les enfants compareraient leur dernière paire de baskets. Cette personnification de l'avatar commence donc à revêtir une importance grandissante dans les jeux vidéo. 

La philosophie de Fortnite est selon moi la quintessence de cette société de la performance et de la réussite où tout un chacun est un ennemi. Cela repose sur le principe du jeu : 100 personnes atterrissent sur une île et le principe est d'être le dernier survivant, donc le numéro un de la partie. Le jeune joueur peut alors être dans une situation propre à ce qu'il peut vivre au collège, au lycée, peut-être même dans le regard des parents, lorsqu'on lui demande d'être le meilleur. 

Je me demande donc à quel point ceux qui jouent énormément, peut-être pour certains dans des logiques d'addiction, ne sont pas eux-mêmes pris dans des situations où ils ressentent une intense pression liée à la réussite, de la part de leurs parents ou de la société. Ces jeunes-là sont souvent confrontés à des échecs dans leur vie réelle (échecs scolaires, échecs humains) et Fortnite va leur permettre, de manière répétitive et finalement addictive, de se donner l'illusion d'être toujours le meilleur. C'est là que se situe la dimension addictogène du jeu. 

Il est donc compliqué d'accuser le jeu en lui, mais il faut plutôt se dire qu'il s'agit d'une représentation symbolique de ce que notre société a engendré. 

Au regard du nombre de joueurs sur Fortnite, oui, le jeu a certainement passé un pallier dans l'addiction aux jeux vidéo. Mais aussi parce que d'autres jeux en ligne très addictogènes, comme World of Warcraft, étaient payants. On a cependant observé sur ce dernier jeu des phénomènes absolument délirants, comme le phénomène de "no-life" (des joueurs qui délaissent leur vie réelle au profit de leur vie virtuelle, ndlr). Mais parce que l'abonnement au jeu coûtait 15 euros par mois, on s'est rendu compte que le jeu n'était pas accessible à tous, et notamment aux plus jeunes.

Quels facteurs peuvent expliquer les comportements extrêmes relatés par la presse, par exemple celui de jeunes enfants qui deviennent violents lorsqu'on leur limite l'accès à Fortnite ?

Le comportement dangereux et excessif d'une fillette interpelle véritablement par l'âge de la joueuse : 9 ans. Parce que le terme d'addiction n'est pas approprié à un enfant, on peut davantage évoquer une obsession. Car mon métier m'a amené à voir qu'il y avait d'autres choses derrière ce type de comportements et ne pas en tenir compte serait synonyme de faire l'économie d'une réflexion beaucoup plus profonde sur le contexte de l'enfant (familial, socio-culturel, psychologique) qui montre sûrement qu'il y a un autre problème. Rappelons ainsi que tous les enfants, tous les adolescents n'ont pas ce type de problèmes face aux jeux vidéo.

Comment les parents peuvent-ils savoir si leurs enfants sont véritablement accros à un jeu vidéo ? Quelles sont les conséquences d'une telle addiction ? Comment guérir le patient ?

On s'est rendu compte que la question du nombre d'heures jouées n'est pas suffisante pour parler d'addiction aux jeux vidéo en ligne. Par exemple, pendant les vacances, beaucoup de jeunes ne vont pas forcément sortir dehors, mais vont se retrouver en ligne à jouer à des jeux comme Fortnite. 

Ensuite, idéalement, l'inquiétude parentale va s'opérer lorsqu'il y a une rupture des liens sociaux. Ca commence au sein même de la famille. Au lieu de partager des repas en famille, de sortir avec ses parents, le jeune joueur va préférer jouer en ligne ou, pour certains, arrêter toute autre activité, ne plus aller en cours pour ne faire que jouer. Et la conséquence la plus dramatique, pour ces jeunes, va être le décrochage scolaire. 

Lorsque je reçois des jeunes pour ce type de situations, il y en a évidemment dont les parents sont trop inquiets - notamment parce qu'ils ne connaissant l'univers vidéoludique - , et il y a des enfants qui vont effectivement très mal. Pour ceux-là, le jeu n'est plus un plaisir mais un véritable antidépresseur, comme dans toute addiction. Le jeune va alors être traité en psychothérapie, ce qui n'est pas toujours suffisant. 

Il faut alors tenter, et c'est ce que vais essayer dans les prochains mois, de créer une sorte de clinique du virtuel qui ne proposerait pas uniquement des soins psychothérapeutiques, mais également un travail du corps, un travail sur un projet de vie et pourquoi pas même, une aide psycho-éducative parce que ces jeunes sont aussi parfois dans des problématiques de précocité intellectuelle ou d'échec scolaire et il faut leur permettre de se projeter dans le futur. Parce que le jeu est souvent une manière de pallier à de profondes angoisses qu'on retrouve chez les adolescents et chez certains enfants. 

Il faut aussi se poser la question du rôle des éditeurs de jeux. Il est important qu'ils puissent avoir une responsabilité citoyenne. Parce qu'attendre des États qu'ils interdisent, réglementent l'accès aux jeux en fonction de l'âge ; tout ça ne sert à rien. Il faut alors se demander comment l'industrie du jeu vidéo, en repérant des joueurs qui jouent de manière abusive (et ont indiqué leur âge au moment de l'inscription), puisse avoir une position citoyenne, voire responsable, en les aidant. Comme certains jeux d'argent le font. Il y a un travail de modération, pourquoi pas psychologique, qui doit être fait. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Economie mondiale : une année de négociations

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires