En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
Atlantico Business
Pourquoi faire passer une hausse de la TVA pour une baisse des aides aux entreprises relève du tour de passe-passe voué à l’échec
Publié le 13 juin 2018
Bercy a trouvé le moyen de baisser les aides aux entreprises en augmentant la TVA. Ou bien on explose de rire ou alors on se désespère...
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bercy a trouvé le moyen de baisser les aides aux entreprises en augmentant la TVA. Ou bien on explose de rire ou alors on se désespère...

Ça ne marchera pas. Ça ne peut pas marcher. Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, ne pourra pas laisser passer un tel tour de passe-passe ou alors il le fera le couteau sous la gorge. 

Le projet qu’il a sur son bureau est machiavélique. Il consiste à remonter au taux normal de 20% de TVA perçue dans la restauration et sur les travaux d’aménagements de la maison. Normalement, on va nous expliquer que ces mesures, qui avaient été prises en 2009 répondaient à la nécessité d’aider d’un côté la restauration et de l’autre les petites entreprises du bâtiment (peinture, décoration, couvreurs). 

Si cette baisse de TVA à 5,5% ou 10% a véritablement permis d’aider les entreprises, cette baisse peut effectivement être assimilée à une aide publique. Donc si on veut faire des économies, on supprime la baisse de TVA et on revient au taux normal de 20 %. Formidable manœuvre gérée par un raisonnement assez spécieux. 

1er point, il faudrait vérifier que la baisse de la TVA avait bien profité aux entreprises. Dans le cas de la restauration, on se souvient que les professionnels avaient fait un lobbying d’enfer à Paris pour convaincre les politiques et à Bruxelles qui devait donner son autorisation. Les plus grands chefs étoilés furent convoqués pour expliquer à la France entière et aux élus que leur secteur, fleuron de l’identité française, avait besoin d’un coup de pouce avec à la clef des milliers d’emplois. Leur raisonnement était simple. Si on baisse la TVA, on baissera le prix des menus et les clients reviendront dans les restaurants et donc on embauchera plus. 

Parfait, sauf qu’en réalité, les menus ont très peu baissé leur prix, les créations d’emplois n’ont pas été massives et le restaurateur s’est mis la moitié de la hausse dans son compte d’exploitation, l’autre moitié a été partagée en trois, entre le client, les salariés et les fournisseurs. Donc l’effet a été très dilué. 

Dans le bâtiment, on a assisté au même phénomène mais d’une façon un peu plus discrète, parce que la concurrence dans le bâtiment du second œuvre est plus forte que dans la restauration. Donc l’entreprise va jouer sur les prix pour gagner un client. Mais ça n’a pas révolutionné le secteur. 

A noter que si le taux réduit de TVA n’a pas eu d’effets directs et spectaculaires, elle a réduit le poids des prélèvements obligatoires dans ces secteurs, ce qui ne pouvait pas être mauvais pour la macro économie si on oublie les transferts et les effets de distorsion de concurrence. Tout ce qui contribue au plafonnement ou à la baisse ne peut pas être complètement mauvais. 

2e point, si maintenant, le gouvernement supprime cette baisse de TVA et ramène le taux appliqué au taux normal en usage partout ailleurs, il va donc expliquer qu’il supprime une aide aux entreprises. C’est tout simple. Sauf que cette suppression d’aide ne sera probablement pas payée par l’entreprise. L’expérience montre que lorsqu’on remonte un taux de TVA, cette augmentation ne s‘impute pas en totalité sur la marge de l’entreprise, mais elle est répercutée au moins pour la moitié sur le client. C’est évidemment ce qui va se passer dans la restauration et sans doute dans le bâtiment même si dans le bâtiment la concurrence va obliger les entreprises a ne pas trop matraquer le client. 

3e point, si la remontée des taux (pour annuler l’aide aux entreprises) est répercutée sur le client, c’est évidemment le consommateur qui va payer cette augmentation d’impôts qui n’était pas prévue au programme. 

4e point, les analystes politiques vont s’en donner à cœur joie, ils vont sans doute expliquer que les consommateurs qui sont touchés n’appartiennent pas aux catégories les plus pauvres. Il faut être riche en France et avoir du temps pour rénover une maison de campagne ou aller au restaurant. 

La régularisation des taux de TVA au même niveau n‘est pas une mauvaise chose car elle revient à redonner à l’impôt sa fonction première. L’impôt a une fonction principale qui est d’apporter des recettes à l’Etat pour assurer son fonctionnement. On a cru souvent que l’impôt avait aussi une fonction de redistribution des revenus et de réduction des inégalités, on a cru enfin que l’impôt était un outil de pilotage de l‘activité. Tout cela est vrai, sauf que le système fiscal prend beaucoup de graisses en vieillissant. Il devient compliqué et abscond. Il perd de son efficacité et on en arrive à des situations cocasses comme celle que l’administration contrainte et forcée imagine parfois comme la TVA entreprise. 

La responsabilité est totalement politique. Si le gouvernement s’engage dans une politique de baisse des dépenses publiques et sociales, il lui faut en assumer les impacts politiques. 

Dans l’opération d’assimiler des taux réduits à des aides, on ne baisse pas les dépenses en remontant les taux, on transfère les charges.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
07.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
06.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 13/06/2018 - 22:24
C’est pas grave
On retournera au travail au noir larga manu
Tande
- 13/06/2018 - 12:33
Délire
Mais dans quel monde vit JMS? Il croit que seuls les plus riches passent commande de travaux dans leurs laissons de campagne? La réalité est que tout le monde, y compris les gens modestes, le fait par nécessité (usure des équipements du logement), ou à l'occasion d'un changement de domicile. cette mesure va donc toucher très au-delà des fameux "riches".
zen aztec
- 13/06/2018 - 09:55
A 20%...
...de tva dans le batiment en renov,bonjour le black