En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Atlantico Business
Investissements étrangers : la France profite du recul britannique. Pourvu que ça dure !
Publié le 12 juin 2018
Selon le baromètre EY, la France est revenue dans le tiercé de tête des pays les plus attractifs en Europe : Allemagne, France et Grande Bretagne.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le baromètre EY, la France est revenue dans le tiercé de tête des pays les plus attractifs en Europe : Allemagne, France et Grande Bretagne.

EY, (l’ex Ernst Young), qui est l’un des quatre plus importants cabinets de conseil en stratégie du monde, voit passer quasiment toutes les décisions d’investissement dans le monde. D’après ces analyses, chaque année sort le baromètre EY qui mesure l’attractivité pays par pays.

Selon EY, le nombre de projets d’investissements étrangers en France a augmenté de 31% en 2017 avec 1019 opérations. Avec ce résultat, la France revient dans le peloton de tête des pays européens, à égalité avec l’Allemagne et la Grande Bretagne. Paris étant redevenue la ville la plus attractive en Europe devant Londres. 

Avant la crise, la Grande Bretagne caracolait en tête et attirait tout ce qui passait sur le marché. L’Allemagne et la France partagent également aujourd’hui le gâteau.

Quand on regarde en détail ce flux d’investissements, on peut faire 5 remarques très simples. 

1er remarque : le repositionnement de la France. Ce rebond de l’attractivité de la France s’explique très simplement. Macron, les réformes et le Brexit. L’élection d’Emmanuel Macron a changé l’image de la France auprès des grands investisseurs. Le vote très rapide des réformes fiscales et des réformes sur le travail ont crédité le changement de stratégie économique et conforte le changement d‘image. Par ailleurs, ce rebond est imputable à un phénomène de rattrapage. Enfin, le phénomène Brexit profite à la France. Assez peu encore au niveau des relocalisations, mais beaucoup d’agrandissements de projets existants, alors qu’il y a encore trois ans, les investisseurs étrangers préparaient leur départ de l’hexagone. 

2ème remarque : les projets d’étrangers reçus en France ne sont pas des gros projets, mais de taille modeste dans le secteur industriel. Ils ne viennent pas forcément dans la capitale ou dans les grandes métropoles, mais ils choisissent souvent (pour un tiers) la province et plus particulièrement les villes moyennes qui disposent d’équipements intéressants en hôpitaux et en écoles mais qui ont été sinistrées par les délocalisations depuis dix ans. 

3ème remarque : si la France attire beaucoup des petites et moyennes entreprises dans l’industrie, elle regagne aussi des sièges sociaux d’une part (dans la région parisienne) et des centres de recherche. Le crédit d’impôt-recherche est un formidable facteur d’attractivité, mais la qualité de vie dans les grandes métropoles de Lyon, Bordeaux, Nantes, Rennes ou Marseille attire beaucoup les ingénieurs – chercheurs et leur famille. 

4ème remarque : la Grande Bretagne a perdu du terrain mais reste très bien placée. Les sociétés de service dans l’économie du digital choisissent encore Londres et ses environs, mais regardent de plus en plus vers Berlin et Paris. En fait, tout va dépendre du régime qui sera mis en place lors du Brexit. Actuellement, le quart des projets d’implantations industrielles provient du Royaume-Uni. Ils ne correspondent pas à une délocalisation avec fermeture de site, mais plutôt de développement pour être sûr d’avoir une adresse et une activité dans l’Union européenne.

5ème remarque : les projets d’implantation en provenance d’Amérique du nord n‘ont jamais été aussi nombreux. Avant le Brexit, ces projets américains allaient naturellement vers le Royaume-Uni. Depuis deux ans, ces projets se sont réorientés vers l’Europe continentale et plus particulièrement vers la France. 

En fait, si les investisseurs apprécient le nouvel environnement social et fiscal de la France, ils considèrent aussi que cet environnement ne sera pas suffisant pour pérenniser le mouvement. Pour plus du tiers des entreprises ou des investisseurs étrangers, la France doit encore améliorer sa compétitivité fiscale et poursuivre la réduction du coût du travail. 

L’indicateur clef qu‘ils observent à la loupe, c’est le déficit commercial. Pour les investisseurs étrangers, c’est le mal français. Et pour éradiquer ce mal, il faut encore améliorer la compétitivité coût et hors coût. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
06.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
07.
Mort du Comte de Paris : et la porte du placard de l’Histoire se ferma sur les Orléans
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 12/06/2018 - 22:26
ah oui
Après ce commentaire qui ressemble à l'arrivée du tiercé par Leon Zitrone (NB je préfère la version " saillie princière" de Gerra ( voyez sur Youtube), une question à notre JMS adoré: après cette arrivée des bonnes fées, il est de combien, le taux de croissance du PIB en France ?
Pharamond
- 12/06/2018 - 10:57
Transformer l'essai
E.Macron bénéficie de ce fameux "choc psychologique" après lequel ont vainement couru ses prédécesseurs VGE,Chirac ,Sarkozy.Il le doit à sa personnalité certes,aussi au fait qu'il fait ce qu'il dit,ce qui est assez rare.Il lui faut cependant transformer l'essai.