En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 1 heure 3 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 2 heures 23 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 2 heures 46 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 3 heures 24 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 4 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 4 heures 47 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 6 heures 55 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 19 heures 51 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 3 heures 48 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 5 heures 56 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 6 heures 18 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 19 heures 27 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 20 heures 18 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Parole, parole, parole

Ces concours d’éloquence qui en disent long sur notre époque

Publié le 12 juin 2018
Les concours d'éloquence connaissent un vrai engouement depuis quelques années, preuve que la maîtrise de la parole importe beaucoup plus mais aussi d'un grand besoin d'éloquence et de rhétorique dans notre société.
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Pascal Neveu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Neveu est directeur de l'Institut Français de la Psychanalyse Active (IFPA) et secrétaire général du Conseil Supérieur de la Psychanalyse Active (CSDPA). Il est responsable national de la cellule de soutien psychologique au sein de l’Œuvre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les concours d'éloquence connaissent un vrai engouement depuis quelques années, preuve que la maîtrise de la parole importe beaucoup plus mais aussi d'un grand besoin d'éloquence et de rhétorique dans notre société.

Atlantico : En France, les concours d’éloquence sont en train de se multiplier. Vous-même avez organiser un samedi 02 juin un «concours de la parole». Pouvez-vous nous expliquer le but de ce concours et son fonctionnement ? 

Philippe Bilger : C’est vrai que beaucoup de concours se créent en France. Mais principalement reliés au judiciaire, dans un milieu universitaire et qui sont assez classiques. Ils permettent aux candidats de préparer leurs discours et de pouvoir bien choisir leur sujet. Mon concours du 02 juin est plus original : une vingtaine de candidats, un unique sujet, une structuration mentale de trente minutes et rien d’autre. Pas de papiers, pas de crayons. S’en suit un discours de dix minutes complètement libre devant un jury composés de trois personnes. Cela n’a jamais été réalisé et permet d’appréhender l’intelligence et la parole nulle. Voilà des orateurs qui n’avaient qu’à s’encombrer que d’eux-mêmes. 

 

Les concours d'éloquence se multiplient, disposer de talents oratoires est une qualité très recherchée. En quoi avons-nous besoin de cette mise en scène de soi ? Est-ce la preuve que nous devenons de plus en plus narcissiques ?

Pascal Neveu : L’éloquence a toujours été appréciée et valorisée, ce depuis l’antiquité.

C’est d’ailleurs Hermès qui est la divinité de l’éloquence. Messager des Dieux, il est également le gardien des voleurs, des orateurs, des prostitués, des routes et il est celui qui mène les âmes aux enfers…

Il se positionne donc symboliquement aux carrefours de la vie, de ses turpitudes, épreuves et errances… mais aussi de sa réalisation.

Il est en ce sens la divinité la plus proches des humains, tel un philanthrope.

Il incarne en quelque sorte toutes les facettes de l’homme, positives et négatives, mêlant qualités et défauts, opposant bien et mal… que nous ne pouvons donner à montrer, mais à cacher, en donnant à voir le meilleur de nous même et cacher, travestir celle ou celui que nous sommes réellement.

Aussi, l’éloquence, la verve et la rhétorique naissent dès l’antiquité grecque et romaine. Il suffit de nommer Cicéron, Quintilien, Aristote… qui en font un art oratoire servant tant la politique, que le monde judiciaire où les arts.

C’est le 20ème siècle qui redonne goût aux concours d’éloquences (dont le prestigieux organisé par les écoles d’avocats ou de sciences-po), suite à l’émergence de la linguistique (Ferdinand de Saussure) et des applications dans des champs transdisciplinaires tels que la communication.

Il s’agit alors de convaincre et de persuader.

S’agit-il pour autant d’une mise en scène de soi ?

Pascal Neveu : « La vie est un théâtre »… Oui nous portons des masques, nous mentons pour le bien de la société, et nous n’avons pu oublier l’enfant que nous étions lorsque pris la main dans le pot de biscuit nous tentions de convaincre nos parents via des argumentaires plus ou moins persuasifs, ou encore lorsque nous tentions d’obtenir une autorisation de sortie.

Nous portons donc en nous ce « goût » pour l’éloquence, comme outil de persuasion.

Mais s’il s‘agit de narcissisme, il s’agit avant tout du mécanisme qui permettra à certain(e)s de garder une belle apparence aimante (et éviter la punition et l’opprobre), à d’autres de briller de mille feux devant un « public », des spectateurs et auditeurs qui les envieront.

Car il s’agit bien d’une mise en scène : le fond et la forme.

Mais l’éloquence n’est pas l’art le plus utilisé par des « défaillants » narcissiques.

Il demande un travail et des compétences intellectuelles très importantes, et la nécessité de ne pas imiter un autre orateur.

Les places sont très peu nombreuses et le public moins important que pour des acteurs, mannequins, chanteurs.

L’éloquent vit d’une reconnaissance de son intelligence plus que de son physique. Le narcissique primaire souffre d’une déficit de l’image de soi, principalement par l’effet miroir (« Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ! ». Le narcissique secondaire attend une reconnaissance de son talent.

Maîtriser la langue et s'exprimer avec talent est-il devenu indispensable pour conforter "l'entreprise de soi-même"?

 

Pascal Neveu : Je ne sais pas si la volonté première est de conforter l’entreprise de soi-même.

La nouvelle culture de l’image de soi via les réseaux sociaux, autres applications et émissions télévisées créent des nouveaux comportements nous amenant à nous différencier comme des « atypiques ». La recherche des likes est telle que seuls certains types de vidéos font « buzzer ». La recherche de nouveaux talents, de nouvelles stars…

Le langage évolue, ses formes d’expression également.

Les nouvelles formes d’interaction et de communication accélèrent le mouvement.

Il est donc fort à parier que parmi les nouvelles générations seront repérés celles et ceux qui rappelleront à leurs ainés ce qui nous semble se perdre et que ces jeunes portent et peuvent continuer à transmettre : la capacité oratoire, cet art ancestral.

Cette compétence est de plus en plus recherchée par les entreprises, mais à quoi sert-elle vraiment si elle privilégie la forme sur le fond ? 

Effectivement des écoles de commerce, de communication se lancent dans l’organisation de tels concours.

D’une part, cela crée une compétition et une émulation entre les étudiants.

D’autre part, cela permet de se faire-valoir d’un « potentiel » reconnu et valorisant sur un curriculum vitae.

Nous pourrions nous trouver très étonnés dans notre société actuelle, en proie à une communication de plus en plus réduite et limitée entre humains, à un vocabulaire en perte de vitesse, à une syntaxe devenue telle chez les étudiants... que de tels concours aient lieu.

Je le perçois davantage comme un sursaut où nous en venons à regretter les discours d’André Malraux, les plaidoiries de Maître Vergès, les paroles enflammées de Martin Luther King…

La société, pour ne pas dire la foule, a besoin d’orateurs.

Certes, il n’y a jamais eu autant de critiques concernant l’absence de fond du discours, notamment chez les orateurs politiques. C’est de la responsabilité des communicants politiques depuis une quinzaine d’années.

Mais, comme je le précisais auparavant, l’éloquence n’est pas nouvelle. Donc cette question ne prend sens qu’au travers un questionnement sur les structures fondamentales de l’être humain, et sa nécessité à utiliser la rhétorique au sein de ses champs d’application.

Car nous ne sommes pas dupes.

Nous savons que les politiques nous mentent, nous savons que les avocats défendent leurs clients, nous savons que les discours commémoratifs ne montrent qu’un visage  de la personnalité honorée…

Sans doute cet héritage d’une enfance où nous avons biberonné à l’école du mensonge, mais également où nous avons souvent été un peu « fiers » de la « qualité » du mensonge de nos enfants, nous amènent à être fascinés par ces capacités oratoires.

N’oublions pas non plus que le stade oral est le premier stade de développement chez l’enfant, jusque 2 ans environ.

Cependant je ne pense pas qu’une entreprise privilégie la forme sur le fond. C’est un pari très risqué, sauf si l’on ne recherche que des politiques charismatiques.

D’une part car l’illusion n’est que de courte durée et les responsabilités font mauvais ménage avec les joueurs de pipeau.

D’autre part car le maniement de la langue de Molière ne présage nullement des qualités nécessaires à un manager.

Certains, comme le Prince de Talleyrand, ont su manier le verbe et perdurer, maniant habilement le fond et la forme.

Gardons ses mots, dans ses confessions : « La parole a été donnée à l’homme pour déguiser sa pensée. »

La maîtrise de la langue peut-elle être une arme économique et sociale selon vous ? 

Philippe Bilger : Elle est fondamentale. En ce qui concerne la conception de la parole que j’enseigne, et que je transmets, elle est valable sur tout les plans y compris sur le plan professionnel et social. Mais il va de soi que l’usage d’une parole de qualité est fondamentale voire irremplaçable dans l’univers professionel et social. L’usage de cette langue permet de convaincre et de persuader. Elle donne de soi une image remarquable et constitue une relation exemplaire avec autrui. 

 

Quelle place occupe l’éloquence en France ? 

Philippe Bilger : Je pense que malheureusement la plupart des concours de la parole sont baptisés des «joutes d’éloquence» avec une conception un peu traditionnelle de la parole réservée à des spécialistes (avocats professeurs et étudiants). En ce qui me concerne, j’ai voulu permettre à l’heureuse banalité de la parole pour tous de se développer. Il faut sortir la parole et l’éloquence du cercle technique dans laquelle elle était enfermée et permettre à tous de s’abandonner à une parole de qualité. 

 

Devrait-on, par exemple, l’intégrer au baccalauréat ? 

Philippe Bilger : Bien sûr. Mais il faut distinguer l’éloquence de la parole. La parole est un outil humain fondamental qui relie la qualité du verbe à l’affirmation de la personnalité. L’éloquence n’est une qualité que si elle est une cerise sur un gâteau. Mais le gâteau doit être plein. Et il est souvent vide. Il est certain que plus on perfectionne la parole, qu’on l’apprend, celle qui surgit de soi avec conviction et sincérité, alors plus c’est valable pour l’humain. J’ai l’occasion de donner des formations à des jeunes gens âgés de 17, 18 ans, on voit bien qu’une formation comme vous l’évoquait leur manque encore. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Eolian
- 12/06/2018 - 15:32
Avez-vous pensé
à en donner à quelques membres du gouvernement? Je pense en particulier au ministre de la culture.