En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 36 min 47 sec
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 1 heure 23 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 3 heures 53 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 9 heures 18 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 20 heures 45 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 23 heures 45 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 1 heure 2 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 8 heures 29 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 9 heures 4 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 19 heures 50 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 23 heures 4 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 1 jour 17 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Expression

Mâle blanc et mal français : de quoi Françoise Nyssens et Emmanuel Macron se rendent complices sans même le réaliser

Publié le 07 juin 2018
La banalisation au plus haut niveau de l’Etat de cette catégorisation politique des Français par la race et le sexe est en effet le symptôme d’une inquiétante régression intellectuelle et morale.
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La banalisation au plus haut niveau de l’Etat de cette catégorisation politique des Français par la race et le sexe est en effet le symptôme d’une inquiétante régression intellectuelle et morale.

L'utilisation par Emmanuel Macron et Françoise Nyssen de l'expression "mâle blanc" n'est-elle pas politiquement très dangereuse ? En parlant de "mâle blanc", nos hommes politiques ne donnent-ils pas du crédit d'une certaine façon le scénario dit du "grand remplacement" en réactivant une "conscience blanche" ?

 
Eric Deschavanne : La banalisation au plus haut niveau de l’Etat de cette catégorisation politique des Français par la race et le sexe est en effet le symptôme d’une inquiétante régression intellectuelle et morale. Chaque Français se voit ainsi assigné à une résidence identitaire qu’il n’a pas choisie, puisqu’on ne choisit pas son sexe ni sa couleur de peau. Cette manière de conférer une signification politique aux catégories biologiques de la race et du sexe revient qu’on le veuille ou non à promouvoir le racisme et le sexisme. Ceux-ci ne peuvent aujourd’hui séduire que s’ils se présentent avec des habits neufs. Le nouvel apparat, en l’occurrence, est celui de l’égalité démocratique, aux antipodes de tout « suprémacisme ». La rhétorique biologisante se conçoit bien entendu, de manière plus ou moins explicite, comme une défense des minorités raciales ou du sexe faible (pardon, « dominé »). Elle rencontre une tendance lourde de la société individualiste et démocratique au sein de laquelle, paradoxalement, l’identité biologique s’impose par sa simplicité – la culture et la conscience de classe exigeant un minimum d’effort de structuration intellectuelle. Légitimer ainsi l’affirmation identitaire raciale et « genrée » constitue cependant un réel danger dans la mesure où cela conduit inéluctablement à justifier (en leur donnant du sens) la guerre des sexes et la lutte des races. 
 
 

Ce genre d'expression est très présente dans le débat américain où les questions raciales comptent beaucoup. Faut-il y voir la preuve d'une américanisation de la pensée politique française ?

 
Oui, absolument. Une « trahison des élites » est à cet égard à l’œuvre, qui remonte au consensus autour de la parité qui fut orchestré par Chirac et Jospin. L’idéologie de la parité a introduit dans la bergerie française le loup de la discrimination positive, laquelle exige de substituer l’égalité des catégories à celle des individus. L’idéal de la parité invite en effet à concevoir l’égalité hommes/femmes comme une égalité entre deux groupes (deux humanités distinctes par nature), ce qui implique d’introduire la catégorisation biologique dans le discours et la pratique politiques. L’idéologie de la parité ne s’est pas imposée comme une évidence. Il y eut un débat, au cours duquel le féminisme humaniste (incarné notamment par Elisabeth Badinter), hostile à la catégorisation biologique, a perdu la bataille. 
La conception républicaine de l’identité, qui s’exprime dans la fameuse doctrine des « distinctions interdites » (l’origine, la religion et la race) formulée dans le préambule de notre Constitution – et qui est incompréhensible dans le monde anglo-saxon – ne cesse depuis d’être attaquée. Elle se fonde pourtant sur une vérité morale d’une simplicité biblique : la lutte contre les discriminations consiste dans la non-discrimination, dans le fait de considérer chaque être humain comme un individu à part entière et un alter ego, abstraction faite de sa couleur de peau, de son sexe ou de son appartenance communautaire. S’il existe une « idéologie française », elle réside dans ce refus de tout essentialisme, dans cet « humanisme abstrait » qui constitue la face glorieuse de l’individualisme moderne (par contraste avec le communautarisme qui accompagne le libéralisme anglo-saxon). 
 
 

L'expression est d'autant plus surprenante provenant de la part d'Emmanuel Macron parce qu'il parle de lui-même de la sorte ? N'est-il pas inquiétant de faire montre d'une telle haine de soi à ce niveau de responsabilité ?

 
 
L’amour et la haine de soi sont les deux faces de la posture identitaire. L’amour ou la haine de son sexe ou de sa couleur de peau n’ont à mes yeux aucun sens. Je ne parlerais pas de « haine de soi », mais de trahison de l’identité morale et intellectuelle de la France républicaine. Emmanuel Macron, malheureusement, entend promouvoir en France ce « progressisme » à l’américaine qui consiste à cultiver les identités pour mieux les défendre. Si « haine de soi » il y a, elle consiste dans ce reniement qui va conduire le Président – et nous avec lui – dans l’impasse identitaire. Il a épousé l’idéologie néo-féministe qui incite à guerre des sexes, et s’emploie à promouvoir le multiculturalisme (on voit par exemple régulièrement des élus de LaREM faire l’apologie du voile islamique), la discrimination positive et le politiquement correct qui ont attisé les tensions identitaires aux Etats-Unis, conduisant à l’élection du « suprémaciste » Donald Trump. 
J’ai une grande estime pour la personne d’Emmanuel Macron. Il possède de multiples talents et une intelligence hors norme qui font de lui un chef d’Etat remarquable. Mais son intelligence est purement pragmatique : c’est un habile stratège politique ; il maîtrise l’analyse économique et a rapidement assimilé la rationalité géopolitique. Son tropisme anglo-saxon est à mes yeux une bonne chose sur le plan économique, dans la mesure où notre pays a besoin de réformes libérales. Il commet en revanche une erreur et une faute en prenant comme modèle la société américaine, laquelle est plus sexiste et plus raciste que la nôtre. Il n’y a rien à gagner à s’inspirer des démocrates américains, à négliger les clivages sociaux pour exacerber le communautarisme religieux ou privilégier les catégories de la race et du sexe, ce qui ne peut avoir pour effet que d’attiser les conflits identitaires les plus stupides.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/06/2018 - 13:42
Quel sourire de bécasse, cette Francoise Nyssen!
Et elle affiche toujours le même sourire de co...ne satisfaite d’elle-même?...ça doit être insupportable pour son entourage...
assougoudrel
- 07/06/2018 - 10:50
Il y a beaucoup de
"suce-bouleries" dans cet article, à part cette "petite" erreur de Macron. En-dehors de ça, il est super comme président.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 07/06/2018 - 10:36
Pas con....MACRON !
Macron joue sur du velours, comme De gaulle utilisant le PC, comme Miterrand inventant Le Pen, il a à sa disposition deux marionnettes extrémistes là ou ses prédécesseurs n'en avaient qu'une. Il peut donc jouer alternativement ou en même temps de l'une et de l'autre. Quand il parle de mâles blancs,...c'est tout bénéf.... les électeurs de la Marine prennent ça comme une insulte et se radicalisent un peu plus, et les électeurs de Mélanchouille se sentent racisés et se radicalisent aussi .