En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 9 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 10 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 11 heures 20 sec
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 12 heures 48 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 16 heures 43 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 6 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 7 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 9 heures 38 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 11 heures 36 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 5 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 8 heures
© Geralt-Pixabay
© Geralt-Pixabay
Patrimoine

Mais où en sont les inégalités en France ? Si vous voulez la réponse, sachez trouver le bon critère car ça n’est pas nécessairement celui qu’on vous présente le plus souvent...

Publié le 07 juin 2018
L'INSEE publiait ce 5 juin son enquête sur les revenus et les patrimoines des ménages, notamment en titrant "Entre 1998 et 2015, le patrimoine double, mais diminue pour les 20 % les moins dotés" .
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'INSEE publiait ce 5 juin son enquête sur les revenus et les patrimoines des ménages, notamment en titrant "Entre 1998 et 2015, le patrimoine double, mais diminue pour les 20 % les moins dotés" .

L'INSEE publiait ce 5 juin son enquête sur les revenus et les patrimoines des ménages, notamment en titrant "Entre 1998 et 2015, le patrimoine double, mais diminue pour les 20 % les moins dotés" . Alors que la France est réputée pour avoir su contenir le développement des inégalités au cours de ces 3 dernières décennies, en comparaison avec les États Unis par exemple, comment expliquer de tels chiffres ? 

Nicolas Goetzmann : La plupart des études réalisées sur les inégalités concernent les revenus, qui peuvent eux-mêmes se scinder entre ceux qui proviennent du travail, et ceux qui sont issus du capital, c'est à dire de placements, comme l'immobilier. Mais il y a également les inégalités qui concernent les patrimoines, et qui sont en réalité plus importantes que celles qui concernent le travail. Le dossier réalisé par l'INSEE traite des deux questions. On peut y observer que la perception d'une France plus "égalitaire" que les autres est réelle, mais cela ne concerne que les inégalités de revenus, et seulement si l'on tient compte de la redistribution.

Lorsque l'on considère les inégalités de revenus avant redistribution, la France se situe dans la même fourchette que les États Unis ou le Royaume Uni, soit un indice de Gini de 0.52 (0.51 pour les USA, et 0.52 pour le UK – 0 marquant une égalité parfaite, et 1 une inégalité totale). Par contre, la politique redistributive française permet une correction, avec un indice de Gini après redistribution qui chute à 0.30 contre 0.36 pour le UK et 0.39 pour les États Unis. Ce qui signifie que le moteur inégalitaire est identique dans ces pays, mais que les corrections peuvent être considérées comme plutôt efficaces en France.

Puis, vient la question du patrimoine. Et là, on se rend compte que les inégalités de patrimoine en France , au travers de l'indice de Gini, se situent à un niveau de 0.65 pour l'INSEE et de 0.67 pour l'OCDE. Pour être plus clair, en France, selon les travaux réalisés par l'économiste Gabriel Zucman, 1% de la population détient 18% de la richesse, tandis que 10% de la population détient 50% du total. Ce sont des chiffres comparables à ceux du Royaume Uni, qui sont même un petit peu inférieurs, avec les 1% qui détiennent 17.5% du total, et les 10% qui se partagent 46.6% du patrimoine. L'idée d'une France qui résiste aux inégalités ne concerne donc que les revenus. 

Pour comprendre les phénomènes qui sont à l'œuvre dans la formation de ces inégalités, il faut s'intéresser aux grandes orientations de politiques économiques. En Europe, nous avons choisi de suivre une orientation qui protège le capital – du patrimoine – avant de protéger le travail. Notre politique monétaire est bâtie sur la lutte exclusive contre l'inflation, ce qui découle notamment de la peur générée par la crise inflationniste des années 70. C'est un choix qui peut paraître légitime, mais une politique monétaire se définit entre deux forces, cette protection du capital et la recherche du plein emploi. Certains tentent d'équilibrer les deux, mais l'Europe a choisi une voie de déséquilibre en privilégiant la lutte contre l'inflation au détriment de la recherche du plein emploi. Le résultat est clair, le plein emploi n'a jamais été atteint dans la zone euro prise dans son ensemble depuis que ces stratégies sont en place, c'est à dire depuis le début des années 80. 

Pourquoi ? Parce que le revers de la médaille d'une lutte contre l'inflation, c'est qu'il faut arriver à limiter le plus possible les hausses de salaires. Car ce sont des salaires à la hausse qui pourraient produire une remontée de l'inflation. Dans une telle logique, le plein emploi est donc plus vu comme une menace que comme une bonne nouvelle. 

Ainsi, puisque le patrimoine est protégé, il peut prospérer de façon importante comme le rappelle l'INSEE en annonçant que le patrimoine des Français a doublé de 1998 à 2015. Ce qui n'est évidemment pas le cas des revenus du travail, qui sont encore profondément freinés par un taux de chômage important. C'est pour cela qu'il est toujours très drôle d'entendre parler de "valeur travail" dans un contexte macroéconomique qui est précisément construit pour en limiter les fruits, en vue de la protection du patrimoine. Les résultats présentés par l'INSEE ne peuvent donc pas être regardés avec surprise. Un véritable système libéral aurait ici pour objectif d'équilibrer ces deux forces, capital et travail, et non de privilégier l'une d'entre elle.

Le cas des Etats-Unis s'explique un peu de la même manière, parce que même si le plein emploi est un objectif de la FED, celui-ci a été traité de façon secondaire au cours de ces 30 dernières années. De plus, l'absence d'un réel État social aux États Unis agit comme un accélérateur.

Selon les chiffres publiés par la FED de Saint Louis, il apparaîtrait que le patrimoine moyen d'un millénial aurait baissé de 40 000 $ entre 2001 et 2016. Quel a été l'impact de la crise sur les inégalités en France ? 

 

 

Les chiffres de l'INSEE montrent que la crise a eu un impact considérable sur les niveaux de vie. En France, le revenu médian des Français a atteint un pic en 2008 qui n'a toujours pas été dépassé depuis lors. Les moins de 30 ans ont subi une baisse de niveau de vie de plus de 5%, tandis que toutes les catégories d'actifs, jusqu'à 60 ans, ont aussi connu une baisse, même si celle est plus légère, depuis lors. Les seuls à s'en être tirés sont les plus âgés, parce que leurs revenus sont issus des retraites, et non directement du travail. Ici encore, c'est le même phénomène qui est à l'œuvre. L'accroissement du niveau de vie nécessite de ne plus dépendre du travail, mais soit d'une rentre, soit, et surtout évidemment, de revenus du patrimoine. L'INSEE met ainsi en évidence que les 1% des très hauts revenus concentrent 30% des revenus du patrimoine tandis que les 10% des plus hauts revenus captent 64% de l'ensemble. Ce ne sont donc pas les retraites qui sont en cause, mais bien les patrimoines. Mais on pourrait aller plus loin, non pas pour cibler les 1% les plus riches, mais les 0.01%. L'INSEE révèle en effet que les 1% qui touchent le plus de revenus en France payent en moyenne un impôt sur le revenu de 57 960 euros, tandis que les 0.01% payent pour leur part un impôt de 572 980 euros, en moyenne. Au sein même des 1% les plus riches, les inégalités sont extrêmes. 

La crise est un bon révélateur des résultats produits par la stratégie macroéconomique qui est menée. La peur de l'inflation qu'auraient pu générer les différents plans de relance ont freiné les choses, particulièrement en Europe. Voilà pourquoi les taux de chômage ont été aussi importants sur le continent, mais aussi aux États Unis sur l'ensemble de cette période de 10 ans. Le plein emploi est proche aux États Unis, il est encore loin d'être atteint en Europe, ce qui signifie que les mécanismes qui pourraient permettre un rééquilibrage n'entrent en action que maintenant, soit 10 ans après la crise, et paraissent inatteignables en Europe. Et c'est à ce moment précis que les politiques de soutien à l'activité vont progressivement être arrêtés, et le mécanisme inégalitaire pourra continuer.

Dès lors, quels seraient les outils les plus efficaces pour permettre un rééquilibrage plus équitable du développement économique ?

 

 

Il n'y a pas de secret. Le rééquilibrage passe d'abord par le plein emploi et la progression des salaires. Une fois que ce stade est atteint, et il peut l'être par un simple choix de réorientation macroéconomique, les dynamiques changeraient. Si les salaires progressent, ils viennent ponctionner une part des marges, dans un rapport équitable entre les deux forces. Il n'est pas question d'inverser le processus inégalitaire dans l'autre sens, parce que cela reviendrait à obtenir la crise inflationniste des années 70, avec des salaires qui flambent et alimentent l'inflation et des marges qui fondent et mettent en danger les entreprises, ce qui n'est pas plus souhaitable. En rééquilibrant le tout, le moteur inégalitaire est brisé à la racine.

Reste tout de même à corriger ce qui mérite encore de l'être avec un État social efficace. C’est-à-dire, tout bêtement, ce qui se passait au cours des 30 glorieuses. Le plein emploi d'abord, l'État providence ensuite. Pour l'Europe, c'est donc avant tout une problématique de politique monétaire qui doit être corrigée, alors que pour les États Unis, c'est une problématique qui relève plus de la redistribution. 

 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 07/06/2018 - 22:14
Social-marxisme!
D'accord avec paulquiroule.Le social-marxisme imprègne la "pensée" social-économique de la France, preuve avec cet article. Je conseille la fréquentation du site Contrepoints pour avoir une idée du libéralisme.


Allegro
- 07/06/2018 - 12:51
bien d'accord
La politique de Macron de supprimer l'ISF (à 80%) et en même temps de passer à une flat tax est une mesure stupide dans la situation actuelle.
Après, sur le patrimoine, la politique monétaire ne vise plus depuis 2007 à le protéger, le niveau des taux ne le permettant pas, mais à sauver le système, tâche bien ardue.
ajm
- 07/06/2018 - 12:46
Chiffres de patrimoine quelqued peu biaisés.
Les statistiques de patrimoine pour les "aisés " sont déformées par deux facteurs :
-Dans une economie de marché , on a des capitalistes individuels qui contrôlent le capital de leurs entreprises qu'ils n'ont nullement l'intention de vendre mais qui pèsent très lourds dans les chiffres totaux de patrimoine. La famille Arnault, par exemple, à elle seule, représente plus de 50 milliards d'euros.
-Le haut niveau de l'immobilier , surtout dans la région Parisienne, créé un grand nombre de faux riches dont l'appartement ou la maison peut dépasser largement le million d'euros, même s'il ne s'agit pas de palais. Ils vivent dedans et , en cas de vente, ne pourraient "en" profiter qu'en allant dans la province, ci-possible loin de zones touristiques également très chères.