En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Pixabay
Télévision
Réforme de l’audiovisuel : l’Etat est-il vraiment capable de construire un champion industriel du numérique à destination du jeune public ?
Publié le 06 juin 2018
Parmi les mesures qui figurent dans la réforme de l'audiovisuel public, il est prévu de créer un "champion industriel du numérique" notamment pour répondre à l'enjeu des jeunes publics, a annoncé la ministre de la Culture. Un budget de 150 millions d’euros supplémentaires seront investis dans cette plateforme numérique d’ici 2022, pour développer les nouvelles offres en ligne. L’audiovisuel public peut-il vraiment rivaliser sur ce marché compétitif et est-ce son rôle ?
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi les mesures qui figurent dans la réforme de l'audiovisuel public, il est prévu de créer un "champion industriel du numérique" notamment pour répondre à l'enjeu des jeunes publics, a annoncé la ministre de la Culture. Un budget de 150 millions d’euros supplémentaires seront investis dans cette plateforme numérique d’ici 2022, pour développer les nouvelles offres en ligne. L’audiovisuel public peut-il vraiment rivaliser sur ce marché compétitif et est-ce son rôle ?

Quel est le bien fondé ce cette plateforme numérique à destination du jeune public ?

 
Olivier Babeau : La nécessité de créer une plateforme numérique concernent tous les médias. Les modes de consommation et les usages les obligent à faire converger leurs contenus sur Internet et à crr des offres spécifiques. D’une manière générale, les nouvelles technologies, la baisse de l'audience et la concurrence de nouveaux éditeurs de contenus comme Netflix obligent le secteur public audiovisuel à repenser ses missions et sa place dans un marché hyper compétitif. Notamment pour des offres en direction du jeune public, qui a des habitudes de consommation spécifiques et qui s’est déjà éloigné des canaux classiques. Pour justifier son rôle, il doit être capable de proposer une offre vraiment différenciée et qualitative.  Comme l’écrivait Frédéric Bastiat, "il est raisonnable de ne confier à la fonction publique que ce que l’activité privée ne peut absolument pas accomplir".
 
 

En quoi l’audiovisuel public peut-il prétendre avoir encore un rôle à jouer ?

 
Ce rôle repose sur un paradoxe depuis toujours : éduquer et proposer une qualité propre au service public, tout en s’adressant au plus grand nombre. Jean Vilar l’a très bien résumé en disant que « l’audiovisuel public doit apporter aux gens ce qu’ils désirent confusément » tandis que les chaînes privées apportent aux gens « ce qu’ils demandent confusément ». C’est une autre exigence – et c’est un enjeu pour un public jeune-  mais c’est une ambition qu’il faut être capable d’atteindre. L’offre numérique se multiplie et un poids lourd  comme Netflix a déjà réussi à capter 3 millions de ménages sur les 25 millions que compte la France. Son offre à 11 euros par mois se rapproche du prix de la redevance annuelle obligatoire… Aujourd’hui, la question du financement de l’audiovisuel public se pose avec encore plus d’acuité face aux offres numériques. Avec un budget colossal de 4,5 milliards et 17 000 salariés, il  n’échappe pas aux lourdeurs et au manque d’agilité qui caractérisent les entreprises publiques en général… mais dans un secteur aussi compétitif, qui exige de la souplesse, de la créativité et de l’innovation, c’est un réel handicap. A moins d’une transformation profonde du modèle actuel, on voit mal comment  cette plateforme pourrait se différencier et avoir l’audace nécessaire pour remplir ses missions essentielles.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
02.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
03.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
04.
Sommes-nous véritablement de plus en plus allergiques ?
05.
Carla Bruni : "On a fait passer mon mari pour un bourrin inculte"
06.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
07.
Trois propositions pour changer le travail au bureau que proposent les happiness managers… et qui fonctionnent
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/06/2018 - 12:12
Radio-Paris-ment!
Comme au bon vieux temps de la collaboration, la propagande d’etat macroniste invente de nouveaux canaux...ça n’a pourtant pas porté chance au Parti socialiste de la collaboration RNP...
hermet
- 06/06/2018 - 11:03
Rééducation
Comme la ministre de Macron ne cache même plus sa volonté de rééduquer les Français pour qu'ils soient moins réactionnaires, toutes personnes attachées au liberté à le devoir de ne pas cautionner l'audiovisuel public en la regardant, c'est un dangereux outil de propagande notamment pour les plus jeunes.