En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

03.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

04.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

05.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

06.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

07.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

05.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 8 min 10 sec
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 1 heure 13 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
Dilemme cornélien

To Be (un réformateur) or not to Be, That’s the Question pour Emmanuel Macron

il y a 7 heures 36 min
décryptage > France
Chiffres

La France, élève modèle sur le front du (non) creusement des inégalités économiques

il y a 8 heures 9 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 37 min 59 sec
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 5 heures 21 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Science
Quête des origines

Pourquoi les résultats des tests génétiques faits à distance doivent être traités avec la plus grande prudence

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Social
Non-violence

"Résistance civile non-violente" et destruction de la démocratie

il y a 7 heures 45 min
décryptage > International
Revendications

Du Chili au Liban en passant par l’Espagne, une révolte mondiale monte contre les abus de la fiscalité

il y a 8 heures 48 min
© Pixabay
© Pixabay
Changement

Et si la crise italienne renforçait l’euro ?

Publié le 04 juin 2018
"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" : la zone euro va pouvoir vérifier le mot de Nietzsche. En effet, l’Italie puis l’Espagne viennent de changer d’équipe politique, et peut-être de stratégie économique, s’éloignant des clous de la réduction des déséquilibres budgétaires au sein de la zone euro. Quelle est donc cette double fronde ? D’où vient-elle ? Est-elle explosive ou bienvenue ? Qu’en faire ?
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" : la zone euro va pouvoir vérifier le mot de Nietzsche. En effet, l’Italie puis l’Espagne viennent de changer d’équipe politique, et peut-être de stratégie économique, s’éloignant des clous de la réduction des déséquilibres budgétaires au sein de la zone euro. Quelle est donc cette double fronde ? D’où vient-elle ? Est-elle explosive ou bienvenue ? Qu’en faire ?

D’abord nous vivons une double fronde électorale, en Italie puis en Espagne. Un étrange attelage va diriger l’Italie, troisième économie de la zone euro : un chef méconnu entouré de leaders aussi puissants qu’opposés. L’un critique l’euro qui ne conviendrait pas au puissant Nord. L’autre veut un revenu minimum pour tous, mais souhaite rester dans l’euro, qui protégerait le faible Sud. Un nouvel attelage, presqu’aussi étrange, va diriger la quatrième économie de la zone, l’Espagne. Le Premier ministre sera sans expérience non plus, « soutenu » par 84 députés socialistes sur un total de 350. Là aussi, on attend le programme 

D’où vient cette double fronde ? De l’incompréhension et de l’impatience des peuples, pourraient dire les marchés financiers : encore dix ans, et l’Italie et l’Espagne étaient sauvés ! Les marchés financiers sont en effet, pour la zone euro, braqués sur le déficit budgétaire et le niveau de dette publique par rapport au PIB. Pour l’Italie, le premier est à 2,3% du PIB, le second à 134%. La piste prévue pour l’Italie, avant ces « événements politiques », était une croissance nominale du PIB vers 2,5% dans les années à venir, la poursuite de l’effort fiscal avec un excédent primaire aux environs de 3% du PIB et un taux d’intérêt sur la dette publique autour de 2%. Dans ces conditions, le ratio dette sur PIB passait à 80% en 2030, l’Italie était sauvée ! La même histoire se passerait avec l’Espagne, mais moins contraignante, le niveau de dette y étant plus faible et la croissance plus forte. Ce pays a en effet plus de croissance nominale (autour de 4%) et aura seulement besoin d’un faible excédent primaire (autour de 0,2% du PIB) pour atteindre, lui-aussi, un ratio dette/PIB de 80% à l’horizon 2030. L’Espagne était sauvée, comme l’Italie !

 

Quel dommage que ces chocs politiques ! Si les taux d’intérêt de la BCE restaient bas, et surtout en retard par rapport aux taux américains, si les banques continuaient leur cure d’amélioration, si l’union bancaire se mettait en place, avec une croissance mondiale, et notamment américaine, qui se poursuivait, les pays fragiles de la zone étaient sauvés. Le Portugal était revenu en bon état, la Grèce sortie de l’hôpital et la France commençait ses réformes ! La stratégie Draghi-Bruxelles marchait ! Si, si, si…

 

Ou bien sont-ils une réaction bienvenue, une semonce salutaire ? Qu’en faire pour renforcer la zone euro ? En fait, dix ans pour « s’ajuster », c’est trop avec une croissance trop faible et surtout un chômage trop fort : 16,7% en Espagne, 11,2% en Italie, 9,2% en France. Cette croissance trop faible, au sud, pâtit d’une croissance trop forte au nord, avec un excédent de la zone qui vient de la seule Allemagne. Son excédent courant représente 8% de son PIB, ce qui explique les 3,5% d’excédent courant de la zone, et donc un euro fort. L’euro-allemand, grâce aux déficits des autres membres de la zone, est ainsi plus faible de 15% au moins, ce qui aide les exportations allemandes, sachant que l’euro-italien, l’euro-espagnol et l’euro-français sont plus forts de 10% au moins, ce qui handicape leurs exportations, et leur croissance avec.

 

 

Il ne s’agit ni d’ « austérité », ni de « hausses de salaires » ici ou là : le pilotage de la zone euro doit mettre la croissance équilibrée de la zone dans son ensemble au premier plan. Ceci doit se passer dans le contexte de la révolution technologique que nous vivons, avec une politique industrielle, fiscale et monétaire bien plus forte et bien plus intégrée. Pour gagner dans cette révolution industrielle, il faut former plus et mieux, apprendre à coder, faire entrer internet dans les PME et dans les TPE. C’est cette modernisation publique, dans tous les services, notamment dans celui de la santé, qui doit être mise en avant, pas « la réduction des effectifs » - qui suivra, à prestations publiques meilleures. Autrement, c’est le chômage qui gagne, et la tension sociale avec.

 

 

La Commission européenne doit devenir plus courageuse dans son analyse de la zone euro et les marchés financiers doivent changer de registre. Les deux doivent mettre en avant une croissance équilibrée, qui prohibe les excédents excessifs de compte courant. Avoir mis l’accent sur les déficits budgétaires du sud y a fait baisser l’inflation et modéré les salaires, c’était l’objectif, en large part réussi, mais la modération salariale du sud se transmet en fait au nord ! La réduction des déficits budgétaires, excessifs au sud, entraine alors la montée des excédents courants, excessifs au nord ! L’excès qui diminue au sud, et c’est bien, mute en allant au nord. Il y prospère car il n’est pas critiqué, et la crise revient alors au sud, en boomerang !

 

Les marchés financiers, qui sont le juge de paix des changements, doivent complètement changer de logiciel et passer à du plus compliqué. Dans le cas italien, ils ont appuyé le Président de la République qui refusait l’eurosceptique (et violemment antiallemand) Paolo Savona au poste de ministre de l’économie. Finalement, le poste ira à un universitaire europhile (Giovanni Tria) : facile ! Dans le cas espagnol, le nouveau premier ministre veut une hausse des salaires, alors que le pays doit renforcer sa croissance et ses entreprises par l’export : facile de s’inquiéter aussi. Pire aujourd’hui, ils sont à la fête : 223 000 emplois nouveaux américains, avec un salaire horaire qui monte seulement de 2,7% sur un an et un taux de chômage à 3,8% ! Les taux italiens repassent à 2,7%, au-dessous des taux américains à 2,9%, la bourse de Milan remonte un peu : tant mieux, si on en profite pour comprendre ce qu’il faut faire ! Il faut donc cesser de céder à la facilité !

 

Et si les marchés financiers s’inquiétaient de ce qui importe aujourd’hui, derrière les messages électoraux italiens et espagnols : les excédents excessifs allemands, au-delà de limite à 6% du PIB, comme le Danemark à 7,5% (!) et les Pays-Bas à 10,2% (!) ? Comme Trump ! Et si les marchés financiers, devant la soudaine montée de l’inflation à 1,9% en mai, du fait du pétrole, disaient qu’il ne faut pas se presser pour monter les taux d’intérêt en zone euro, ce que veut l’Allemagne ? Et s’ils s’inquiétaient de la santé de cette économie allemande, liée à son exportation excessive, avec ce que ceci implique ? C’est dans ce pays qu’ils doivent soutenir les hausses de salaire, dans l’automobile et les services. C’est là qu’ils doivent demander à l’Allemagne d’investir plus dans ses infrastructures, bref de diminuer ses excédents budgétaire et extérieur, dans un jeu gagnant-gagnant ! 

 

Les règles de fonctionnement de la zone euro impliquent d’être comprises et appliquées, toutes les règles, si la zone veut durer. Punir les excès de dépense est « facile » à expliquer, même avec un prix politique. Mais punir les excès d’épargne est autrement plus difficile, et aujourd’hui indispensable. 

 

Les meilleurs ne sont pas ceux qu’on croit : le sud n’a pas tous les torts. Quand on l’aura compris, nous ne serons pas tués, mais plus forts !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

03.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

04.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

05.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

06.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

07.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

05.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 04/06/2018 - 22:36
@kelleburne L’insulte est votre plus grande qualité!
Pour le reste, votre seul et unique argument répété en boucle n’en fait pas une vérité universelle...Certes, l’Allemagne a profité de son Lebensraum pour peser sur ses salaires à la baisse, mais elle collectionnait déjà les excédents commerciaux bien avant la réunification. Il existe donc des facteurs intrinseques à l’Allemagne, dépendants de son identité, et hors de toute conjoncture, pour expliquer ses excédents. Or, l’Allemagne n’abandonnera jamais son identité, ni son moteur qui est expansionniste. Ceux qui croient que les Nations peuvent abandonner leur identité nationale pour se fondre dans le moule europeiste, se mettent le doigt dans l’oeil jusqu’au trognon...d’ailleurs l’actualité ne cesse de leur donner tort...
kelenborn
- 04/06/2018 - 22:00
Couillon de Vangode
Si l'Euro allemand a un cours plus compétitif que l'Euro français ( pour ceux qui n'ont pas compris c'est le cours de l'Euro corrigé par le niveau des prix à l'exportation) ce n'est pas à cause de je ne sais quelle réforme ou des coûts salariaux comparables en France et en Allemagne mais parce que les produits fabriqués en Europe de l'est , importés et réexportés ont un effet déflationniste sur les prix Fais pas le singe savant: le singe suffit !
vangog
- 04/06/2018 - 13:37
Totalement absurde!
Demander à l’Allemagne de réduire ses excédents budgétaires pour que les sudistes réduisent leurs déficits, est non seulement irréaliste, mais absurde! L’Allemagne n’a pas besoin d’investir dans des équipements supplémentaires car elle a anticipé, il y a vingt ans, les réformes indispensables à effectuer, (Deutsche bahn, Lufthansa, autoroutes amorties et gratuites, infrastructures portuaires flambant neuf ...) et elle a fait les bons choix. A cette époque, les Français, Italiens, Espagnols, grecs, gouvernés par des gouvernements d'affinité gauchiste, réalisaient de mauvais choix (Areva, TGV, destruction des ports par les syndicats gauchistes...), et n’anticipaient pas l’avenir. L’Espagne de Rajoy a su inverser cette tendance mortelle, mais elle est la seule...Betbeze a du aml a avoué l’evidence: les différences de déficits/excédents budgétaires des pays europe3ns sont dus à l’introduction d’une monnaie unique dans des pays de compétitivité différente, et cette différence s’accentuera, contrairement à ce que coûte l’analyste qui confond causes été conséquences...