En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 8 heures 8 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 10 heures 9 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 41 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 13 heures 5 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 38 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 27 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 18 heures 11 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 47 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 11 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 29 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 27 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 17 heures 10 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 15 min
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
Toujours moins

Financements européens de l'agriculture, où va-t-on ?

Publié le 03 juin 2018
La présentation faite par la Commission européenne du budget 2021-2027 de la politique agricole commune (Pac) a valu de très nombreuses réactions, majoritairement négatives en France. Principalement en raison de la baisse du budget. Au-delà, la question d'une véritable vision de ce que doit être la politique européenne de l'agriculture et de l'alimentation reste posée.
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Voir la bio
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présentation faite par la Commission européenne du budget 2021-2027 de la politique agricole commune (Pac) a valu de très nombreuses réactions, majoritairement négatives en France. Principalement en raison de la baisse du budget. Au-delà, la question d'une véritable vision de ce que doit être la politique européenne de l'agriculture et de l'alimentation reste posée.

Le moins que l'on puisse écrire est que l'annonce officielle de la base de la discussion pour le budget de la Pac 2021-2027 (si ces dates ne rechangent pas d'ici là, il est question de reculer le Brexit à 2023, ce qui modifierait la donne) par la Commission européenne n'a pas fait l'unanimité. Déjà, on commence par une baisse sensible des budgets alloués à l'agriculture. A cela deux raisons, le Brexit d'une part (le Royaume-Uni donnait plus qu'il ne recevait), et de nouvelles missions européennes à financer (défense, sécurité, migrants, et même une politique numérique) sans rien demander en plus aux Etats, donc en piochant dans l'enveloppe actuelle, elle de la Pac.

Cette baisse est annoncée de 5 % par la Commission européenne, et semble très probablement supérieure à 15 % dans les faits, selon différents calculs, dont ceux que WikiAgri vous fournissait dès le 21 février dernier. Selon la vocation affichée de la Commission européenne, elle ne devrait pas être ressentie par les "petits" agriculteurs, puisque un système de plafonnements des aides est mis en place : "A partir de 60 000 euros les paiements directs deviendront dégressifs, puis plafonnés à 100 000 euros", explique un article du Figaro. Ce dernier aspect est d'ailleurs salué par un député européen, le socialiste Eric Andrieu, très critique par ailleurs sur le reste du texte. Reste à vérifier en pratique que ceux qui, aujourd'hui, ne se sont pas regroupés et donc ne perçoivent pas des aides au-delà de 60 000 € y trouveront effectivement leur compte...

Réactions très négatives en France

Par ailleurs, autre aspect, la Commission européenne encourage une subsidiarité plus importante qu'à présent, comprenez que chaque Etat aura davantage de liberté dans ses choix pour son agriculture... Je suppose que cette dernière clause est directement issue des négociations pour la Pac précédente, au départ relativement contraignante pour tout, et finalement plus lâche après d'âpres négociations... ce qui n'a pas empêché les Etats (dont la France) d'évoquer la "faute à l'Europe" lorsque quelque chose n'allait pas. Pour autant, cette "liberté" accrue n'en est une que pour les gouvernants, pas pour les agriculteurs. Plusieurs risques sont mis en avant par l'ensemble des syndicats mais aussi la très grande majorité des parlementaires européens qui suivent l'agriculture. Economiquement, la distorsion de concurrence. D'un point de vue environnemental : la possibilité laissée aux Etats de choisir des normes différentes. La députée européenne Angélique Delahaye parle d'une "politique agricole de moins en moins commune", Michel Dantin va encore plus loin en remettant en cause les trois mots, "politique", "agricole" et "commune" (sur le même ton que la tribune diffusée sur WikiAgri la veille de l'officialisation du texte par la Commission européenne). Eric Andrieu "s'inquiète de la renationalisation de la Pac". L'eurodéputé Vert José Bové, quant à lui, estime que "tant que les conditions de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne ne seront pas connues et validées, il est impossible de définir le budget de l'Union européenne, donc de savoir quel pourra être l'enveloppe financière pour l'agriculture et l'alimentation".

Par ailleurs, la Fnsea a demandé au Conseil de l'Europe et au Parlement européen de "tenter un rattrapage dans les mois à venir, à défaut, il faudra une nouvelle copie rapidement avec la nouvelle Commission en 2019". En mettant le doigt au passage sur un élément qui va obligatoirement compter : bien avant 2021 et le début de la future Pac, il y aura l'année prochaine, en 2019, les élections européennes. Les parlementaires européens vont changer (ou devront être réélus pour ceux qui se représenteront), et la Commission européenne aussi ! Donc, d'une part, les parlementaires européens qui vont commencer le travail des amendements ne seront pas forcément les mêmes que ceux qui le finiront, et la Commission européenne aussi peut elle-même évoluer. Cela signifie-t-il pour autant qu'il ne faut rien faire aujourd'hui ? Bien sûr que non ! Chacune et chacun avec ses convictions avance dans l'action. Par exemple, Eric Andrieu a communiqué qu'il allait poser une question sur une différence de 15 milliards d'euros (une paille !) qu'il a observée dans les documents sur le budget du développement rural.

Mais quel rôle joue donc le gouvernement français par rapport à la baisse du budget de la Pac ?

C'est très compliqué de connaitre exactement le rôle de la France. La position officielle a été donnée par Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, en répondant à une question à l'Assemblée nationale : la France s'oppose à une baisse drastique du budget de la Pac, a-t-il déclaré. Le même Stéphane Travert communique également sur son compte Twitter sur un mémorandum pour le maintien du budget de la Pac, signé par la France, mais aussi par l'Espagne, le Portugal, l'Irlande, la Finlande et la Grèce.

Mais alors, comment expliquer que la Commission européenne justifie la baisse du budget européen par une demande de... la France ? En présentant devant le Parlement européen les grandes lignes de la proposition de budget de la Pac par la Commission européenne, le représentant de cette dernière s'est emporté face aux doubles langages (voir le twitt de Michel Dantin ci-dessous qui a su saisir cet instant en vidéo) :

Qui ment? Commission européenne ou gouvernement français ? Une fois de plus, la France doit publiquement clarifier ses positions sur budget #européen & si #agriculture est encore une priorité #française. France ne peut avoir un double discours entre #Bruxelles et #Paris @PPE_FR pic.twitter.com/jxst90i4tF

— Michel DANTIN (@MichelDANTIN) 30 mai 2018

Toute la question est de savoir où est le discours de façade, et où se situe la vérité. La Commission européenne utilise-t-elle une soi-disant position française bancale pour se justifier ? Ou à l'inverse ce sont nos gouvernants nationaux qui pratiquent le double langage pour rassurer d'un côté pendant qu'ils s'orientent parallèlement pour d'autres options de l'autre ?

Dans les semaines qui viennent, la façon dont la France finira par accepter, ou non, la baisse du budget de la Pac, donnera les réponses à ces questions. Impossible aujourd'hui de savoir si la Commission européenne a obéi à l'un des plus importants pays agricoles de son territoire, ou si elle cherche désespérément à justifier sa propre initiative.

Cet article parait également sur WikiAgri, enrichi de réactions supplémentaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/06/2018 - 13:45
Oui, la PAC doit être renationalisée!
Car les europeistes ne savent pas faire! Et leurs aides ont toujours été dirigées vers les grandes exploitations céréalières, plutôt que vers l’agriculture vivrière, montagnarde, qu’il faut préserver, coûte que coûte... Macron-Philippe-l’europeiste ne saura pas faire, non plus, et il faudra attendre la grande coalition patriote pour restaurer l’agriculture française, dans sa diversité. Mais, d’ici là, il vaudra mieux que le gouvernement français gère les aides, même si ça doit lui coûter encore huit milliards...Mais Macron sait trouver tout cet argent auprès de ses copains de la grande finance...