En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

07.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 3 heures 29 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 4 heures 25 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 5 heures 41 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 5 heures 58 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 6 heures 47 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 7 heures 36 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 8 heures 59 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 9 heures 30 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 10 heures 26 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 4 heures 13 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 5 heures 47 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 6 heures 16 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 7 heures 7 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 8 heures 24 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 10 heures 2 min
décryptage > France
Vers une pénurie?

L‘agriculture cherche 200 000 saisonniers pour éviter une pénurie alimentaire et surtout une rupture de Vitamine C. Et ça n’est pas à l’Etat de trouver une solution ..

il y a 10 heures 40 min
© shara S.KODIKARA / AFP
© shara S.KODIKARA / AFP
Utérus à louer

Vers une commercialisation de la GPA au Canada : quand la dérive sociétale s’accélère

Publié le 03 juin 2018
Cette semaine au Québec, un député fédéral libéral a présenté un projet de loi qui décriminaliserait le paiement pour la maternité de substitution, ainsi que pour les dons d'ovule et de spermatozoïdes.
Aude Mirkovic est maître de conférences en droit privé, porte-parole de l'association Juristes pour l'enfance et auteur de PMA, GPA, quel respect pour les droits de l’enfant ?, ed. Téqui, 2016. Son dernier livre "En rouge et noir" est paru aux éditions...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Mirkovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Mirkovic est maître de conférences en droit privé, porte-parole de l'association Juristes pour l'enfance et auteur de PMA, GPA, quel respect pour les droits de l’enfant ?, ed. Téqui, 2016. Son dernier livre "En rouge et noir" est paru aux éditions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine au Québec, un député fédéral libéral a présenté un projet de loi qui décriminaliserait le paiement pour la maternité de substitution, ainsi que pour les dons d'ovule et de spermatozoïdes.

Atlantico : Cette semaine au Québec, un député fédéral libéral a présenté un projet de loi d'initiative parlementaire. Le projet de loi d'Anthony Housefather décriminaliserait le paiement pour la maternité de substitution, ainsi que pour les dons d'ovule et de spermatozoïdes. La ministre de la Justice y semble vigoureusement opposée. Quel regard portez-vous sur ce projet de loi ? Qu'est-ce que cela traduit de la politique sociale canadienne ? Faut-il voir la une dérive ? 

Aude Mirkovic : Rappelons la loi canadienne actuelle n’interdit pas les mères porteuses mais seulement de les rémunérer (article 6 de la loi de 2004 sur la procréation assistée). Elle interdit également l’achat et la vente des gamètes. Le projet de loi prévoit la rémunération des femmes qui se prêtent à la gestation pour autrui ainsi que l’achat et la vente des gamètes, ovules et spermatozoïdes. Je signale en effet que le paiement d’un don, cela s’appelle une vente, tout simplement. La rémunération du don de gamètes ne veut rien dire, il s’agit de vendre et acheter les gamètes.

La rémunération des gamètes est la condition pour pouvoir étendre le marché de la procréation, car il est de notoriété publique que, partout, les dons ne suffisent pas. Pour susciter les apports, il n’y a pas d’autre solution que de les rémunérer. D’ailleurs, le Canada qui a ouvert la PMA en dehors des indications thérapeutiques a voulu maintenir la gratuité des apports de gamètes à laquelle ce projet veut mettre fin, et se retrouve actuellement à acheter 90% des apports de sperme aux Etats-Unis ! En Europe c’est la même chose : les pays qui ont ouvert l’accès à la PMA ont été obligés de rémunérer les donneurs devenus vendeurs, sauf la Belgique qui a maintenu la gratuité et achète 90% de son sperme au Danemark. Pour la GPA, c’est la même chose : si on veut développer le business, il faut augmenter le volume et cela passe par l’achat des gamètes, d’où ce projet de loi.

En ce qui concerne la femme qui s’engage à porter un enfant et à le remettre à autrui, je trouve toujours étonnant que la rémunération suscite plus de réprobation que la même mise à disposition de la femme à titre gratuit : dans tous les cas elle est utilisée comme machine à fabriquer un enfant, et en plus il faudrait qu’elle soit bénévole ? Rémunérée ou non, la GPA emporte une mise à disposition du corps de la femme au profit des commanditaires, et cela pendant neuf mois avec les contraintes et les risques que cela suppose pour elle : son consentement réel ou supposé importe peu, dès lors que la prestation relève de l’exploitation et l’utilisation du corps d’autrui. En droit français, le code pénal sanctionne les atteintes à la dignité résultant des conditions de travail et d’hébergement au titre des nouvelles formes de traite humaine. Pourtant, les personnes ainsi exploitées peuvent être satisfaites de leur sort et « consentantes ». Si le droit sanctionne les conditions de travail indignes, y compris lorsque la victime est consentante, que dire lorsque c’est le travail lui-même qui porte atteinte à la dignité ? L’esclavage consenti est le plus perfide, car la victime ne se plaint pas. Bref, ce qui me gène dans cette affaire canadienne, c’est que seule la GPA commerciale est en cause alors que c’est la GPA en soi, rémunérée ou non, qu’un Etat de droit digne de ce nom ne peut tolérer.

Quant à l’enfant, la GPA organise sa disposition par contrat : or, la disposition est la prérogative par excellence du propriétaire. Que le contrat organise la vente d’un enfant est un affront à la dignité humaine, mais le don de l’enfant ne l’est pas moins : on ne peut vendre ni même donner que ce qui nous appartient. En résumé, la GPA commerciale n’est pas une dérive de la GPA, c’est la GPA en soi qui est une dérive, rémunérée ou non. Le fait de rémunérer la femme, de payer le prix de l’enfant et celui des gamètes à l’origine de sa conception ajoute une dimension commerciale très déplaisante mais, y compris à titre gratuit (ce qui n’arrive jamais en réalité), la GPA est déjà l’utilisation d’une femme et la disposition d’un enfant. Sachant que le Québec tolère la GPA non rémunérée, on est loin là-bas d’une situation satisfaisante et ce projet de GPA commerciale pourrait servir aux Québécois d’électrochoc pour une prise de conscience sur la réalité de la GPA, rémunérée ou non.

Le gouvernement du Québec « s’interroge sur le bien-fondé d’une telle politique », n’y voyant que « la marchandisation du corps des femmes. Ils ont également averti que les femmes pourraient consentir à des interventions médicales plus risquées si on leur offrait des paiements élevés. Quels peuvent être les risques d'un tel projet ?

La marchandisation du corps des femmes est claire et nette lorsque la GPA est rémunérée, mais elle existe aussi lorsque la femme ne l’est pas ! La GPA « gratuite » est le plus souvent illusoire. Mis à part dans des cas très particulier de GPA intra-familiale (une femme porte un enfant pour sa sœur, ou sa fille) qui suscitent d’autres difficultés spécifiques de positionnement de l’enfant au sein de la famille, la GPA n’est en réalité jamais gratuite. Quelle femme ferait cela ? La femme est toujours indemnisée, ou peut recevoir un cadeau en remerciement (une voiture, un voyage…) et ces indemnisations sont des rémunérations déguisées. D’ailleurs, le plus souvent, ce sont les intermédiaires qui profitent de la GPA et la femme ne touche pas grand-chose si ce n’est rien du tout lorsqu’elle est exploitée par une mafia reconvertie dans ce business. La marchandisation du corps des femmes est une réalité dans la GPA, mais la marchandisation est loin de se limiter à la rémunération : elle existe dans tous les cas.

Ensuite, il est clair que, dès lors qu’on accepte de rémunérer les gamètes, il n’y a aucune raison de s’arrêter là : si on renonce au principe de non patrimonialité des éléments et produits du corps, pourquoi ne pas rémunérer les organes ? Il y a aussi pénurie d’organes à peu près partout dans le monde, et des gens en meurent qui plus est. Les femmes, mais aussi les hommes, pourraient alors vendre un rein mais aussi un morceau de peau… Il est illusoire de prétendre rémunérer les gamètes et s’arrêter là ensuite. Le comité d’éthique l’a d’ailleurs rappelé dans son avis sur la PMA non thérapeutique : si la loi accepte la vente et l’achat des gamètes, tous les éléments et produits du corps sont potentiellement vendables et achetables. Et, d’ailleurs, le projet canadien prévoit aussi d’abroger l’interdiction actuelle d’acheter des cellules humaines ou des gènes humains. Si la gratuité des éléments du corps existe, c’est avant tout pour assurer la liberté du consentement, pour que ce consentement ne soit forcé ni par le besoin d’argent ni par l’appât du gain. La rémunération exerce une contrainte sur le consentement et, en effet, elle va conduire les femmes, mais en réalité tout le monde, à « accepter » des risques de plus en plus élevés sur leur corps. C’est la raison pour laquelle il faut des lois qui posent des limites, y compris au consentement, afin de protéger les personnes contre l’exploitation soi-disant consentie.

Une GPA éthique, peut-elle vraiment exister selon vous ?

Une GPA éthique sera envisageable le jour où l’esclavage éthique le sera. Tout le monde a vu les vidéos des ventes d’esclaves en Libye. Qu’on nous propose un moyen d’encadrer ces ventes d’esclaves, pour éviter les dérives, et on reparlera de la GPA éthique. Lorsqu’un pratique est attentatoire à la dignité humaine, on ne l’encadre pas, on la combat et on la sanctionne. Que penseriez-vous de prévoir, lors des ventes d’esclaves, une visite médicale obligatoire, un panier-repas, des conditions d’hébergement minimum ? Ce serait d’un cynisme incroyable car, y compris encadrée, balisée, la vente d’êtres humains demeure inacceptable. C’est la même chose pour la GPA : la dimension esclavagiste de la GPA se détecte moins facilement car le processus est enrobé de bons sentiments et de promesses d’amour, du moins du côté des personnes désirant des enfants car on en dira pas autant des acteurs de l’industrie qui profitent des uns et des autres. Mais, quelles que soient les intentions, dès lors que ce contrat emporte une disposition de la femme et, de façon encore plus visible, une disposition de l’enfant, il ne peut être encadré car il est intrinsèquement, en soi et définitivement, contraire à la dignité humaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

07.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 04/06/2018 - 17:17
@ganeshânebâté
j'espère que les deux mômes n'auront pas la riche idée d' appeler leur mère porteuse tata, ils risqueraient d'avoir bien du mal à s'y retrouver avec toutes ces tantes !
Ganesha
- 04/06/2018 - 09:51
Cloette
Dans ce reportage, les deux hommes font successivement chacun un enfant à la même femme, avec leurs spermatozoïdes. On ne dit pas de qui viennent les ovules, mais ce ne sont pas ceux de la mère porteuse américaine.
Ganesha
- 04/06/2018 - 09:13
Réalité
Commenter ma première phrase, sur la Bible, ou repartir dans un débat théorique, c'est bien. Mais vous devriez regarder le reportage de MyTF1 : ayez le courage et la lucidité de vous confronter à la réalité !