En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

06.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

07.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 6 heures 38 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 8 heures 5 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 12 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 18 heures 12 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 18 heures 29 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 7 heures 22 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 11 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 14 heures 24 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 16 heures 54 sec
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 16 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 17 heures 11 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 17 heures 27 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 17 heures 58 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 18 heures 16 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 18 heures 29 min
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
Anniversaire

1998-2018 : la Banque centrale européenne fête ses 20 ans au lendemain d'une crise décennale qui a révélé l'ampleur de ses failles

Publié le 01 juin 2018
Après 20 ans d'existence, la BCE affiche un bilan d'une décennie 1998-2008 réussie et de dix années ininterrompues de crise entre 2008 et 2018. Un résultat qui est aussi bien le fruit des lourdes erreurs commises par son ancien président, Jean-Claude Trichet, que d'une politique monétaire mal pensée dès l'origine.
Scott Sumner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Scott Sumner a enseigné pendant plus de 30 ans l'économie à l'université de Bentley dans le Massachussets aux Etats-Unis. Détenteur de la Chair en politique monétaire du Mercatus Center, ses recherches se sont principalement orientées vers l'...
Voir la bio
Lars Christensen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lars Christensen est un économiste danois spécialisé en économie internationale, marchés émergents et politique monétaire ayant plus de 20 ans d’expérience au sein de gouvernements et d'établissements bancaires. Il est l'auteur du site...
Voir la bio
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après 20 ans d'existence, la BCE affiche un bilan d'une décennie 1998-2008 réussie et de dix années ininterrompues de crise entre 2008 et 2018. Un résultat qui est aussi bien le fruit des lourdes erreurs commises par son ancien président, Jean-Claude Trichet, que d'une politique monétaire mal pensée dès l'origine.

Atlantico : Ce 1er juin, la Banque centrale européenne fête son 20e anniversaire. L'histoire monétaire de la BCE semble être coupée en deux, entre les années heureuses de 1998 à 2008, et une décennie perdue allant de 2008 à 2018. Comment expliquer cette situation ? Cette décennie perdue est-elle le résultat d'erreurs commises en 2008, dans un contexte de crise, ou faut-il y avoir des causes plus structurelles ?

Scott Sumner : La période de faible performance de la zone euro est en partie le résultat d'une croissance inadéquate de la dépense nominale (le PIB nominal, intégrant l'inflation), et en partie le résultat de problèmes structurels qui ont pu jouer un rôle spécifique dans certains pays. Cependant, même là ou les problèmes structurels sont un facteur (en Italie par exemple) une croissance plus rapide du PIB nominal aurait pu aider. Cette croissance inadéquate du PIB nominal a deux causes ; l’utilisation d'un objectif de maîtrise des prix et le fait d'avoir été incapable de remplir cet objectif. Ainsi, même si la zone euro avait atteint son objectif de 2% d'inflation pendant la période comprise entre 2008 et 2018, la croissance nominale aurait été insuffisante pour couvrir les besoins du marché de l'emploi de la zone euro. De plus, la BCE n'est pas parvenue à satisfaire à cet objectif d'inflation à 2%, ce qui a conduit à empirer la situation. Leur objectif est trop faible, et ils ont échoué à le satisfaire.  

Nicolas Goetzmann : La BCE est née de l'hypothèse qu'une union monétaire permettrait à terme d'obtenir une union politique. Un outil économique a été mis en place dans le but de servir un objectif politique, et c'est ce qui peut expliquer, en partie au moins, les difficultés rencontrées. Parce que c'est cette hypothèse qui a justifié de faire coexister au sein d'une même monnaie des pays extrêmement différents et qui n'avaient pas les mêmes intérêts. Ce contexte difficile aurait cependant pu être contenu en mettant en place un mandat plus équilibré que celui que nous connaissons. En effet, la BCE, héritière de la Bundesbank poursuit un objectif exclusif de stabilité des prix, c’est-à-dire dont le but principal est d'abord la protection du capital. Au contraire, les Etats-Unis, avec la FED, poursuivent un objectif appelée dual, qui est celui de la maîtrise des prix et la recherche de "l'emploi maximal", c’est-à-dire du plein emploi. La signification de ces différences est que la FED a pour mission de diriger l'économie américaine en équilibrant le rapport de force entre travail (recherche du plein emploi) et capital (maîtrise des prix), alors que la BCE poursuit un simple objectif de protection du capital, ce qui se fait au détriment du travail. Il n'est pas nécessaire d'aller beaucoup plus loin pour comprendre ce qu'il s'est passé en 2008. Le mandat de la BCE a été entendu de manière restrictive par le Président de l'époque, Jean-Claude Trichet, qui a commis l'exploit de faire deux fois la même erreur, en 2008 et en 2011, en resserrant la vis monétaire, c’est-à-dire en contractant l'activité. La première fois, il le fait pour protéger la zone euro de l'inflation alors que la récession était déjà en cours, ce qui était d'ailleurs totalement à contre courant de ce qui était fait aux États Unis. La seconde fois, en 2011, est la cause de ce que nous avons appelé la crise de la zone euro, parce qu'elle a entraîné par le fond les économies européennes convalescentes, comme l'Espagne, la Grèce, l'Italie et même la France. Mario Draghi est venu corriger le tir en 2012, en essayant de faire ce qu'il pouvait avec le mandat qui lui était attribué. C'est ce qui explique la reprise actuelle, mais les limites de son mandat expliquent aussi pourquoi la zone euro continue de traîner un taux de chômage de 8.5% alors que les Etats-Unis sont à 3.9%. Un rapport du simple au double alors que les deux continents affichaient un taux de chômage identique en 2010, c’est-à-dire 10%. Les performances enregistrées depuis lors peuvent être comprises par le mandat attribué à chacune des banques centrales. Le plein emploi est une priorité aux Etats-Unis, cela n'est pas le cas en zone euro. L'objectif de la BCE est trop restrictif, c'est la cause de l'anémie économique européenne qui dure depuis 10 ans.

Lars Christensen : La dernière décennie a évidement été compliquée pour la zone euro, et il n'y a aucun doute que la BCE a commis un certain nombre d'erreurs en 2008, mais également en 2011 et 2012, lorsque les taux d'intérêts ont été rehaussés prématurément. Cela étant dit, il est très difficile pour la BCE de faire les choses correctement, puisque la zone euro a été bâtie sur de sérieux problèmes structurels. Après tout, le question est de savoir s'il sera un jour possible pour la BCE de  conduire UNE bonne politique monétaire pour la zone euro avec des membres aussi différents, avec d'une part des pays comme l'Allemagne ou les Pays Bas, et d'autre part des pays comme la Grèce et l'Italie, avec la France au milieu.

Dans ces conditions, il apparaît que la BCE n'aurait pas réellement pu faire autre chose que de faillir dans le contexte du choc de 2008, mais la BCE elle-même n'a certainement pas rendu les choses plus simples.

En 2015, Mario Draghi mettait en place ce qui a été appelé l'assouplissement quantitatif européen. Cette opération a-t-elle été efficace ? Certains commentateurs, particulièrement en Allemagne, ont pu dire que ce plan était excessif, quand d'autres ont pu avancer que cela n'était pas assez. Comment évaluer cette opération ?

Scott Sumner : Le programme d'assouplissement quantitatif a eu un modeste effet expansif, mais a été incapable de parvenir à l'objectif fixé par le mandat. L'inflation est restée bien en deçà de la cible fixée. Une politique plus expansionniste était nécessaire.  

Nicolas Goetzmann : L'assouplissement quantitatif est un outil au service d'un objectif. L'objectif européen étant moins ambitieux que celui des Etats-Unis, il n'est donc pas anormal que les résultats soient différents. Cependant, Mario Draghi peut être présenté comme l'homme qui a sauvé l'euro, aussi bien par ses actes que par ses déclarations. Il n'est pas parvenu à mettre en place une stratégie aussi ambitieuse que celle menée outre-Atlantique, mais il est allé aussi loin que son mandat le lui permettait. La zone euro revient de loin, mais elle a encore du chemin à faire, parce que la politique monétaire qui a été menée au cours de ces 10 dernières années a fait perdre plus de 20 points de PIB au continent. L'enjeu n'est pas tellement de rehausser le montant alloué à l'assouplissement quantitatif, il repose plus surement sur une modification du mandat de la BCE, pour lui faire intégrer un objectif de plein emploi par exemple, ou idéalement un objectif de PIB nominal. 

Lars Christensen : Mario Draghi, après les échecs de Jean-Claude Trichet (en 2011-2012), a introduit le QE (quantitative easing-assouplissement quantitatif). Cela a certainement été un succès. Il a sorti la zone euro des abysses et de la déflation. Mario Draghi mérite sans doute beaucoup de critiques pour cela….Cela étant dit, même s Mario Draghi a fait du bon travail à la tête de la BCE, il ne peut corriger ce qui ne marche pas avec l'euro : il ne s'agit pas d'une zone monétaire optimale. Les États membres sont simplement trop différents pour que cela puisse fonctionner.

Qu'est ce qui pourrait être fait pour permettre à la BCE de proposer une politique monétaire plus adaptée ? Que peut-on anticiper de l'avenir de la BCE, notamment en pensant à son possible prochain président- qui pourrait être l'actuel dirigeant de la Bundesbank Jens Weidmann ?

Scott Sumner : La BCE aurait pu faire plus en matière d'assouplissement quantitatif, mais il aurait encore été plus efficace de changer d'objectif, par exemple un objectif de niveau des prix, ou même un objectif de PIB nominal. Selon moi, un objectif de PIB nominal serait trop controversé pour la BCE. Cependant, quand la prochaine récession arrivera, l'idée d'un objectif de niveau de prix, qui a été proposée par Ben Bernanke, pourrait être politiquement acceptable pour la zone euro, puisque cela permettrait d'assurer que l'inflation affiche une moyenne de long terme de 2%. Avec un tel régime, la Banque centrale promet de corriger tout excès ou toute faiblesse de l'inflation, s'assurant que l'inflation moyenne, au fil des années, corresponde à l'objectif fixé à la Banque centrale. Un ciblage par niveau permet des politiques plus expansionnistes pendant des périodes de fortes récessions, notamment lorsque les Banques centrales sont limitées par la borne 0 des taux d'intérêts.

La plus grande menace à laquelle fait face la BCE est que la faiblesse excessive de la croissance nominale conduise à une réaction populiste dans les pays qui subissent la croissance la plus faible, ce qui laisse place au doute quant à l'acceptabilité future de la zone euro. Une politique monétaire efficace n'est pas un remède miracle pour la croissance faible et des hauts niveaux de dettes, mais elle rend les problèmes moins sévères.  

Lars Christensen :  Je pense qu'un autre objectif, que l'objectif actuel qui est celui de la stabilité des prix, par exemple un objectif de PIB nominal aurait pu réduire les risques d'échec, mais encore une fois, par construction, il est difficile de faire fonctionner correctement la zone euro. Je dois admettre que je suis profondément inquiet de la nomination de Jens Weidmann à la tête de la BCE, parce qu'il va essayer de rendre la politique monétaire européenne plus stricte encore. Ce qui pourrait très facilement redéclencher une crise européenne et potentiellement l'explosion de l'euro. Je croise les doigts pour que cela n'arrive pas.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires