En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 25 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 15 heures 2 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 13 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 14 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 19 heures 6 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 19 heures 6 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 57 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 15 heures 5 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 42 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 18 heures 10 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 19 heures 6 min
© Pixabay
© Pixabay
Education

#TuSerasUnHommeMonFils : ces risques à faire de nos enfants les objets d’un projet politique décalé de la réalité des comportements sociaux

Publié le 31 mai 2018
"Le harcèlement et les violences faites aux femmes, ce n'est pas que l'affaire des femmes", rappelle ce mercredi 30 mai, une campagne télévisée lancée par la Fondation des Femmes pour "sensibiliser les hommes" et portée par la voix du rappeur Oxmo Puccino.
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Le harcèlement et les violences faites aux femmes, ce n'est pas que l'affaire des femmes", rappelle ce mercredi 30 mai, une campagne télévisée lancée par la Fondation des Femmes pour "sensibiliser les hommes" et portée par la voix du rappeur Oxmo Puccino.

Si cette campagne affiche de bonnes intentions en matière d'éducation, quelle est l'efficacité de ce type de message ? Peut-on appliquer un concept politique et sociétal  sur ce sujet lorsqu'on éduque des garçons?

 
Eric Deschavanne : Une telle campagne "publicitaire", comme d'autres du même genre, ne remplit sans doute pas la fonction à laquelle elle prétend. Comment imaginer, comme l'affirme le co-fondateur de la Fondation des femmes – la structure à l'origine de cette initiative - qu'une campagne télévisée puisse "agir pour empêcher la reproduction des violences et inégalités d'une génération à l'autre" ? En réalité, il semble bien plutôt que le film publicitaire d'intérêt public remplisse dans nos sociétés la fonction qui était celle du sermon des curés dans les villages d'antan : c'est une manière de communier dans le rappel des valeurs partagées. Cet exercice de réassurance de soi et de rappel à l'ordre ne fait sans doute pas de mal, mais il ne contribue évidemment en rien à changer les mentalités ou à lutter contre la violence et les inégalités. 
 
La démarche, paternaliste et auto-contradictoire, est en effet fondée sur une erreur de diagnostic. Ses concepteurs s'auto-investissent d'une mission d'évangélisation des barbares, persuadés d'appartenir à un élite éclairée en possession de la juste conception des relations hommes/femmes. Or, le fait même qu'une telle campagne soit simplement possible repose précisément sur le consensus autour des valeurs que l'on entend faire partager au plus grand nombre. Faire une campagne contre la violence faite aux femmes est aujourd'hui à peu près aussi audacieux et ambitieux que de faire campagne contre le racisme ou pour la démocratie : tout le monde est par avance d'accord, à l'exception de minorités qu'une campagne de ce type n'a à peu près aucune chance de pourvoir atteindre ni encore moins convertir. 
 
Le diagnostic, en l'occurrence, est celui de l'idéologie féministe issues des genders studys : la cause commune du harcèlement, de la violence faite aux femmes et  de l'inégalité hommes/femmes est la domination masculine; celle-ci est présentée comme un fait de culture - le produit d'une histoire dont nous portons l'empreinte sous la forme des stéréotypes de genres ancrés dans nos esprits. L'objection qu'on peut formuler à l'encontre de cette vision des choses est toute simple : comment se fait-il, s'il est vrai que la domination masculine soit structurelle et ancrée dans nos inconscients, que puisse exister aujourd'hui un tel unanimisme pour condamner la violence faite aux femmes et l'inégalité entre les hommes et les femmes ? Comment le féminisme peut-il être l'idéologie dominante d'une société structurée par une domination masculine systémique ? 
Il serait intéressant de savoir si les concepteurs de cette campagne fonde leur démarche sur autre chose que sur leurs préjugés idéologiques. J'en doute fortement. Une campagne pour la sécurité routière ou contre le tabagisme, par exemple, vise à souligner une relation de cause à effet bien établie, et fait appel à l'intelligence de l'intérêt bien compris. L'amalgame indiscriminé des phénomènes (viol, violence, harcèlement, irrespect, inégalités), en revanche, est le propre de l'idéologie. La campagne "Tu seras un homme mon fils" ne peut donc ambitionner autre chose que de prêcher des convaincus. Cette campagne suggère notamment que la lutte contre la "violence faite aux femmes" serait une affaire d'éducation, dans la mesure où ladite violence aurait une cause culturelle (les fameux "stéréotypes de genre" hérités de l'histoire). Rien ne semble pourtant plus douteux. Le type qui devient violent sous l'effet de l'alcool ou de la colère peut fort bien, rendu à son état normal, partager les valeurs ici promues. L'idée qu'un homme se déshonore en frappant une femme me paraît du reste parfaitement ancrée dans la conception la plus commune de l'identité masculine.
 

L'expérimentation des relations avec le sexe opposé peut-elle s'appuyer sur ce type d'injonctions? Comment éviter que cet apprentissage soit  influencé par des mouvements d'idées et d'opinions collectives?

 
Poser la question, c'est y répondre. Cette campagne télévisée est totalement à côté de la plaque ! En premier lieu, les injonctions morales paternalistes sont sans efficacité. Les parents savent bien que l'éducation morale ne consiste pas à "faire la morale". Un film publicitaire ne peut être qu'impuissant à modifier une manière d'être instituée par le modèle éducatif parental. L'éducation est indissociable de l'exemple donné au quotidien d'une relation respectueuse, laquelle peut du reste se fonder sur des traditions morales différentes. Une deuxième donnée doit être prise en considération : en matière de sexisme, comme en matière de racisme ou d'homophobie, le consensus sociétal génère la possibilité d'une affirmation identitaire par opposition aux valeurs dominantes. Cette campagne télévisée ne peut donc à cet égard, de par sa conception, atteindre sa cible, contribuant même à renforcer la construction identitaire contre laquelle elle entend lutter. 
 
En troisième lieu, la campagne"Tu seras un homme mon fils" et l'idéologie qui la sous-tend méconnaissent le moteur de la civilisation des rapports hommes/femmes dans le monde moderne. Ce moteur, depuis le 17e siècle au moins, est précisément la liberté de la femme. Dès lors, par exemple, que la femme dispose de la liberté de choisir celui qui deviendra son mari, elle est en mesure d'opérer une sélection en fonction des vertus qu'elle valorise chez un homme. Plus les femmes sont émancipées, autrement dit, plus elles sont en situation de façonner l'identité masculine qui leur convient. Le pouvoir des femmes est une réalité, imposant sans contrainte aux hommes un code de bonne conduite. Le problème posé par l'identité machiste dans laquelle s'enferment certains jeunes hommes ne tient pas au prétendu système de la domination masculine mais à une forme d'incapacité à intégrer les codes de la socialisation des rapports hommes/femmes, ainsi bien sûr que les codes de la séduction imposés par la culture dominante.
 

Beaucoup de femmes reconnaissent  leur penchant pour un profil d'hommes très masculins. Ces injonctions sont-elless paradoxales, et génératrices de souffrance pour les garçons?

 
La réalité me semble plus complexe. La féminité et la virilité sont en redéfinition permanente, ce qui ne veut pas dire qu'il n'existe pas des constantes. Ce qui est pour le moins paradoxal, c'est la prétention de lutter contre les stéréotypes par d'autres stéréotypes, en construisant une image outrageusement simpliste et caricaturale de la réalité des relations hommes/femmes dans notre société. Que les garçons puissent souffrir de la chape de plomb du fémnisme idéologique est une hypothèse crédible. Il peut en effet exister chez certains jeunes hommes une réaction "viriliste" agressive qui exprime une révolte contre ce qui est confusément vécu comme une oppression morale. 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
excalibur2016
- 01/06/2018 - 16:06
Pour alam
Oui en effet, l'intention louable est bien là.....
Mais que fait-on des populations pour qui l'Islam reste un système politico-religieux qui définit dans un livre le rôle respectif de l homme et de la femme et regit les lois dans le couple ?
Pour ceux là les lois de la république n'existent pas tout simplement.
Si le Coran dit qu'il faut frapper sa femme parce qu'elle vous appartient comme un objet on fait quoi ?
Peut-on effacer des comportement ancrés dans la culture depuis des lustres avec une simple campagne publicitaire ?
Il faut être très optimistes voir naïfs....mais cela coûte des millions.
nobobo
- 31/05/2018 - 22:52
Campagne utile pour certains
Ceux qui voilent leur femme et vivent encore au moyen-age.
assougoudrel
- 31/05/2018 - 14:31
Excalibur dit vrai
d'ailleur, sur TF1, dès que l'on demande son avis à un français, on montre un africain ou un maghrébin (africain tous les deux); même les antillais sont exclus. Pourtant, la grande majorité des des incivilités sont faites par ceux issus du continent que je cite et qui n'ont que faire des paroles sages que leur a laissé leur Frère Peul Amadou Hampâté Bâ (cité plus haut). Qu'on ne me traite pas de raciste; je rappelle que suis antillais.