En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 29 min 58 sec
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 54 min 26 sec
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 1 heure 26 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 1 heure 57 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 3 heures 3 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 4 heures 21 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 40 min 44 sec
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 1 heure 6 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 1 heure 46 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 2 heures 17 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 2 heures 54 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 3 heures 9 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 4 heures 43 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 18 heures 34 min
© Thibault Camus / POOL / AFP
© Thibault Camus / POOL / AFP
Plus dure sera la chute

Mamadou Gassama : ces petits risques auxquels s’exposent ceux qui se sont lancés dans la sur-récupération politique de son héroïsme

Publié le 29 mai 2018
Reçu à l'Elysée, Mamoudou Gassama, le jeune Malien sans papier qui est venu en aide à un enfant suspendu dans le vide, va être naturalisé. Emmanuel Macron dit prendre une "décision exceptionnelle" pour cet "acte exceptionnel". Un affichage politique qui soulève certaines questions.
Christian Bidégaray
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Bidégaray, professeur de Droit public et de Science politique, a effectué l’essentiel de sa carrière à l’Université de Nice où il fut successivement président de la Section de Droit public puis de Science politique. Il est le fondateur de la...
Voir la bio
Francis Balle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Balle est professeur de science politique à l’université Paris-II Panthéon-Assas. Ancien membre du CSA, il dirige l’IREC (Institut de recherche et d’études sur la communication). Il est également professeur invité, depuis 1981, à l’université de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Reçu à l'Elysée, Mamoudou Gassama, le jeune Malien sans papier qui est venu en aide à un enfant suspendu dans le vide, va être naturalisé. Emmanuel Macron dit prendre une "décision exceptionnelle" pour cet "acte exceptionnel". Un affichage politique qui soulève certaines questions.

Le geste héroïque de Mamoudou Gassama, a été très médiatisé et il a été reçu dès le lendemain matin par Emmanuel Macron à l'Elysée. Quels sont les risques de cet affichage et de cette récupération politique ?

Christian Bidégaray : Il est évident que le courage et les qualités de grimpeur de ce jeune homme qui de surcroît a sauvé un enfant, ne pouvaient qu’attirer l’admiration et la sympathie des Français et notamment de tous ceux qui ont des enfants, émus par ce sauvetage héroïque.

En régularisant la situation de ce migrant sans papier et en envisageant son intégration dans le corps des pompiers, l’exécutif montre sa générosité et récompense un exemple d’altruisme et d’humanité, Ce geste généreux de la part de « Jupiter » ne peut que toucher les citoyens émus par le sort tragique des migrants. Peut-être permettra-t-il « en même temps » de faire remonter une cote de popularité aujourd’hui en baisse.

Pour autant, il faut bien voir que cette mesure est exceptionnelle et traite d’un cas exceptionnel. Je pense que les pouvoirs publics vont vite insister sur cet aspect du dossier Gassama et montrer que cette générosité n’implique en rien un changement de la politique du gouvernement en matière de faits migratoires.

Francis Balle : Ne cédons pas trop vite à la tentation de voir partout de la récupération politique. Il y a néanmoins un faisceau d'indices qui donnent à penser que la réaction de la maire de Paris, saluant à juste titre l'acte héroïque du Malien, et estimant que le Ministre de l'Intérieur serait bien avisé de faire accélérer la procédure en faveur de ce réfugié, n'est pas dépourvue d'arrières pensées, sur fond de bataille pour la mairie de Paris, tandis que la gestion des migrants par la ville est contestée et que, de surcroît, les postures de la mairie sur le sujet des migrants sont elles aussi critiquées, de tous les côtés.

Le président de la République ne pouvait guère ce matin faire autre chose que de recevoir celui que tous saluent comme un héros : le contraire eut été une faute politique.

 

En tant que migrant non demandeur d'asile, Mamoudou Gassama sera exceptionnellement naturalisé pour son acte de bravoure. Ce n'est pas le cas des réfugiés économiques de pays comme le Mali. Quelle interprétation peut-on faire de cette "décision exceptionnelle" ? Le message peut-il être perçu comme ambigu vis à vis des demandeurs d'asile ?

Christian Bidégaray : La naturalisation exceptionnelle de Mamoudou Gassama ne saurait être transposée au cas des migrants économiques. D’autant que selon les estimations de l’ONU, 250 millions de personnes, seront, d’ici 2050, forcées de s’exiler à cause des bouleversements du climat. Si l’on ajoute à cela les difficultés considérables que soulève la question de la naturalisation (qu’il suffise d’invoquer ici le cas de Mayotte ou de la Guyane), il est clair qu’il faudra un jour ou l’autre que le gouvernement précise et durcisse sa position. Mais il est clair que la question ne peut être résolue au seul niveau français.  Elle suppose une solution européenne. Or la question des flux migratoires sera l’un des enjeux déterminants en 2019 comme elle la déjà été en 2014 où avec 24 % des voix le Front National a été le premier des partis français !

Francis Balle : Ce n'est sans doute pas par hasard que la décision de naturalisation du héros malien ait été dite "exceptionnelle". Pourquoi le demandeurs d'asile y verraient-ils un changement dans la politique vis à vis des demandeurs d'asile ? Je crois plutôt que les politiques vont y voir une raison supplémentaire de clarifier la politique d'immigration, et notamment sur les distinction, difficile à établir, entre réfugiés politiques et migrants économiques.
 

La semaine dernière les Nations unies ont fait part de leurs préoccupations et de leurs critiques sur la façon dont la France enfreint le respect des droits de l'homme, notamment dans son traitement des migrants. Cette médiatisation a-t-elle pour but de redorer notre image ? 

Christian Bidégaray : Il est peu probable que la naturalisation du jeune malien par le gouvernement puisse redorer l’image de l’exécutif même si elle lui est plutôt bénéfique.  Cette décision ne me semble pas motivée par le désir de répondre aux critiques adressées à la politique de la France en matière migratoire. Certes de manière récurrente l’ONU, les ONG, ou les associations de défense des immigrés (LICRA, GISTI) et ceux que l’on nomme ironiquement les « droitsdel’hommistes » mettent en relief les lacunes, les injustices ou les dérapages des pouvoirs publics (de gauche comme de droite). Même s’ils essaient de se justifier, les gouvernants essaient surtout de répondre à une urgence : un flot de réfugiés, le plus souvent clandestins et difficilement identifiables. Chacun est dans son rôle. Les défenseurs des droits de l’homme, comme c’est leur fonction, défendent une position morale (éthique de conviction, selon Max Weber), le gouvernement, quant à lui, tente de faire face à une crise migratoire sans précédent (éthique de la responsabilité). C’est une sorte de jeu de rôles tragique, mais la solution ne peut être unilatérale. Elle ne pourrait venir que d’une politique commune des Européens en la matière. Or pour l’instant la plupart des pays se désintéressent de leurs voisins et sous la pression de forts mouvements populistes (de droite comme de gauche) se réfugient derrière les barrières de leurs législations nationales et de leurs frontières. Ainsi sauf changement drastique de l’Union européenne (mais le Brexit, l’affaiblissement de Mme Merkel en Allemagne et l’impasse italienne actuelle en font douter), il est probable que la question de l’accueil et de l’intégration des immigrés se reposera encore longtemps.

 

Francis Balle : Qui a noté les préoccupations et les critiques des Nations Unis, mis à part des personnes très averties ou bien ceux qui se retranchent derrière les NU pour mener une bataille politique ? Sur ce sujet, l'opinion est divisée, partagée, et je ne vois guère de raison pour que cette médiatisation redore l'image de la France auprès de ceux qui considèrent que, sur ce terrain, notre pays a cessé d'être une terre d'élection, un modèle pour les droits de l'homme !

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 30/05/2018 - 17:30
A Juvénal
Totalement d’accord avec vous, il y aurait 40.000 maliens en France qui ont déserté leur pays en laissant toute leur famille sur place et 4.000 militaires français dont pas mal y ont laissé la vie pour défendre LEUR pays. Et l’on nous fait pleurer sur ces malheureux qui viennent chercher le RSA entre autre. Il n’y a pas de demande d’asile au Portugal, il n’y a aucune aide sociale, le hasard ?
Anguerrand
- 30/05/2018 - 17:19
Je n’arrive pas à croire à la totalité de cette histoire
Comment un enfant qui tombe de l’étage supérieur c’est a dire de plus de 3 mètres de hauteur peut se raccrocher au balcon en dessous ?
Même pour un artiste de cirque cela semble des plus improbable alors un enfant de 4 ans ... De plus le voisin sur la photo ci dessus semble être à au moins 1 mètre, comment ce voisin a t il pu attraper une main de cet enfant ? Selon les médias ce voisin selon certain quotidiens aurait changé le premier blanc sans barbe, le second barbu? Et si tout ça n’etait qu’un mensonge ou un montage à but politique sur l’utilite De l’immigration. Il faut bien admettre que ces faits sont troublants ..
Juvénal
- 30/05/2018 - 08:33
On aurait pu lui proposer un engagement dans l' armée française
Les Américains du THALYS, fiers de leur nationalité, n'on jamais pensé à demander la nationalité française ! Pourquoi un Malien ne serait-il pas assez fier de l' être, lui, et solliciterait-il la nationalité de ses anciens colonisateurs ? Est-il incorrect de poser cette question ?
On aurait pu lui proposer un engagement dans l' armée française qui combat les islamiques dans son pays, non ?-