En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Ravages de la drogue
Coup de filet anti-crack : pourquoi la drogue qui monte est une gangrène absolue
Publié le 25 mai 2018
La police a expulsé le 22 mai dernier plusieurs familles de dealers de crack dans le quartier de la cité Reverdy, dans le XIXe arrondissement de Paris. Cette plaque tournante, installée depuis 10 ans, rapportait près de 8 000 euros par jour. Un phénomène loin d'être maîtrisé car depuis plusieurs mois, la consommation de crack augmente de manière inquiétante.
David Weinberger est chercheur à l'Inhesj. Il est spécialisé dans les politiques publiques de lutte contre la drogue.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Weinberger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Weinberger est chercheur à l'Inhesj. Il est spécialisé dans les politiques publiques de lutte contre la drogue.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La police a expulsé le 22 mai dernier plusieurs familles de dealers de crack dans le quartier de la cité Reverdy, dans le XIXe arrondissement de Paris. Cette plaque tournante, installée depuis 10 ans, rapportait près de 8 000 euros par jour. Un phénomène loin d'être maîtrisé car depuis plusieurs mois, la consommation de crack augmente de manière inquiétante.

Quel est l’état des lieux aujourd’hui de la consommation du crack ?  

David Weinberger : On a observé le retour de ce produit depuis plusieurs mois à Paris dans des proportions inquiétantes. Il est directement lié à la forte augmentation de la production et de la consommation de cocaïne, le crack étant un dérivé de la cocaïne poudre (le chlorhydrate) appelé cocaïne base. Sa consommation est encore plus addictive et plus violente dès les premières prises, ce qui explique qu’elle a augmenté pour atteindre 33% en 2017 de la consommation de cocaïne totale, contre 20 à 25 % en  2013.*

Comment expliquer ce retour du crack à des niveaux élevés de consommation ?

Les trafiquants de drogue inondent à la fois un marché de la cocaïne pour les classes aisées, et un marché issu de la pâte de coca, moins pure, moins chère et à destination des populations pauvres. Ce dérivé est venu sous forme de dose pour environ 3 à 5 euros et vise clairement des consommateurs déjà en rupture sociale et précarisés. Une fois dépendants au produit, leur journée consiste à faire des allers retours pour « faire la manche » et revenir racheter les doses. Les cartels ont une stratégie qui consiste à diversifier les marchés et à inonder l’Europe avec des produits extrêmement toxiques. Le crack est hautement addictif avec des effets dangereux pour le consommateur et pour la sécurité publique. Il engendre des états de violence et de délirium sur la voie publique, avec des comportements qui peuvent terroriser la population.  En Amérique du Sud, ce phénomène a pris une ampleur considérable avec « le paco » cinquante fois plus puis­sant que la cocaïne, qui détruit les neurones en quelques mois. Vendu 50 centimes d’euro la dose, il se fume comme du crack et fait des ravages en Uru­guay, en Colom­bie, au Brésil et encore plus en Ar­gen­tine.

A Paris, la RATP et la Mairie ont réussi à endiguer les problèmes causés par le marché du crack dans le métro et dans plusieurs quartiers. Comment s’assurer que ces opérations puissent être durables ?

Les autorités se sont effectivement saisies du problème, qui avait déjà existé dans les années 70 et 2000 avec l’héroïne. C’est par le travail quotidien des polices de quartier que ce problème peut être maîtrisé, et que l’on peut limiter tous les incidents dus aux au crack dans l’espace public. Mais il est indispensable que ces actions quotidiennes s’accompagnent d’une prise en charge médicale et sanitaire des consommateurs, car on ne fera que déplacer le problème ailleurs. Dès lors qu’ils ne peuvent se passer de cette drogue, il y aura toujours, forcément, des dealers pour leur en procurer. Il faut prendre en compte que cette addiction est une maladie sévère qui laisse ces populations dans une grande souffrance et dans une détresse physique et mentale.

* Selon une étude de l’ANSEM, une augmentation du nombre de décès directement en lien avec l’usage de cocaïne est observée à partir de 2014 (25 cas en 2010 et 44 cas en 2015).Une augmentation des signalements des cas graves est observée avec 47 cas en 2010 et 375 cas en 2016. De 2008 à 2014, un doublement du nombre d’hospitalisations en relation avec l’usage de cocaïne (2 560 en 2008 et 5 316 en 2016) a été constaté.Les complications les plus fréquentes sont des complications psychiatriques (35 %), cardio-vasculaires (30 %) et neurologiques (27 %). Des complications infectieuses (12 %), des complications touchant le système respiratoire (8 %) et ORL (3 %) sont également rapportées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
05.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
06.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 25/05/2018 - 19:13
crack
On peut toujours pleurer sur les effets de ceci ou cela mais comme l'état n'est pas foutu de faire respecter la prohibition ceux qui pleurent vont pleurer longtemps.
J'accuse
- 25/05/2018 - 10:23
La solution ?
Il faut légaliser, puisqu'on a perdu la guerre contre le crack, comme on l'a perdu contre le cannabis, n'est-ce pas ? Et puis ça fera de nouvelles recettes pour l’État, et les gentils commerçants ne se feront pas la guerre comme les méchants trafiquants, d'où plus de sécurité. On lui trouvera bien aussi quelques vertus thérapeutiques. Les écolos ne le disent pas encore mais patience, ça va venir.