En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 9 heures 2 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 10 heures 53 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 14 heures 37 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 15 heures 31 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 19 heures 8 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 21 heures 54 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 9 heures 52 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 13 heures 56 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 15 heures 12 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 19 heures 27 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 20 heures 18 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 21 heures 36 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 7 heures
© DENIS CHARLET / AFP
© DENIS CHARLET / AFP
Méritocratie

Résultat des vœux dans ParcourSup : la sélection au mérite que promet la réforme est-elle respectée dans les faits ?

Publié le 23 mai 2018
Quelque 810 000 lycéens de terminale ont reçu hier, mardi 22 mai, les réponses de la plateforme Parcoursup à leurs vœux d'orientation. Une sélection censée mieux rendre compte du critère du "mérite" et de privilégier les trajectoires individuelles.
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelque 810 000 lycéens de terminale ont reçu hier, mardi 22 mai, les réponses de la plateforme Parcoursup à leurs vœux d'orientation. Une sélection censée mieux rendre compte du critère du "mérite" et de privilégier les trajectoires individuelles.

Atlantico : Sur les 810 000 candidats à Parcoursup, 400 000 lycéens se retrouveront « en attente » d'une proposition suite à leurs vœux. Les autres auront obtenu satisfaction, compte-tenu de leurs résultats. Cette nouvelle plateforme répond-elle, par ses algorithmes et par la façon dont les établissements traient ces demandes, au principe de la sélection sur le critère du "mérite"?

Le gouvernement est resté au milieu du gué, par prudence (ou par excès de prudence). Les chiffres sont impitoyables. Près de 70% des candidats ont demandé une formation élitiste — et qui l'était dan l'ancien système : prépas, BTS, IUT, facs ou cursus à dérogation (en particulier les "doubles Licences"). Les élèves de Terminale sont parfaitement conscients de leur vrai niveau (conscients en tout cas du fait qu'il n'est as ce qu'il devrait être), et aspirent à être encadrés et bien formés. Parcourssup est une demi-mesure, et il faut espérer que les phases ultérieures, qui doivent se dérouler dans les prochaines semaines, affineront le système de sélection. En fait, et quitte à faire hurler quelques universitaires qui se croient encore dans les années 1960, quand seuls 10% d'une classe d'âge entamait des études supérieures, il faut généraliser le type de sélection des prépas / BTS / IUT à tout le système universitaire. Et inciter en amont les élèves de lycée à travailler réellement — en les notant en valeur réelle. Les notes qu'ils obtiennent au Bac (et dans leurs années Collège et Lycée) sont surréalistes et sans aucun rapport avec leur niveau réel.
 

Le mode de sélection de Parcoursup s'inscrit-il dans l'objectif affiché d'Emmanuel Macron "d'autonomisation des individus"? En quoi ce système permettrait de privilégier les trajectoires individuelles et d'éviter les orientations par défaut, dans des filières "sans issue"?

C'est un discours largement creux : il faut appeler un chat un chat, et reconnaître que le défaut gît dans l'amont — Primaire / Collège / Lycée. Des lycéens de Terminale ne maîtrisent pas l'orthographe, ni la syntaxe, ni l'art de la dissertation et pensent se lancer dans des cursus où la rédaction est essentielle — et je voudrais rappeler que bien des échecs en STAPS sont imputables au malentendu qui a fait croire aux postulants qu'une filière "Education Physique et Sportive" ne réclamait pas un vrai effort intellectuel. Il est temps de mettre un terme à ces dérives — moins par une sélection accrue dans le Supérieur que par des programmes exigeants dans le Secondaire. On est pour le moment assez loin du compte. Disons, pour ne pas accabler le ministère, que cette année est une année de transition. Mais on attend avec impatience des mesures plus nettes.
"Autonomisation des individus" est une expression un peu volontariste : les lycéens s'efforcent de jouer une main gagnante avec les pauvres cartes qu'on leur a distribuées. Les plus favorisés (et je parle vraiment de milieu social et de niveau financier) n'auront aucun problème. Encore une fois, ce sont les plus défavorisés qui paieront les pots cassés. Les étudiants, tant qu'on ne les formera pas en amont, iront où ils pourront — et en moyenne, ils ne peuvent pas grand-chose. Comment reprocher à des filières exigeantes d'afficher justement leurs exigences ? On n'a cessé de mentir aux élèves tout au long de leur parcours — et dans ce "on", je range aussi bien les bureaucrates que les enseignants. Et c'est aux élèves que l'on fait payer la gabegie pédagogique du système. 
 

Les détracteurs du système Parcoursup dénoncent l'absence de changement par rapport à l'ancienne plate-forme APB. Dans ce cas, quelles seront les conséquences pour les étudiants et pour l'enseignement supérieur?

Disons que le petit effort d'insertion d'une sélection est minime par rapport à ce qu'il faut faire. Mais Jean-Michel Blanquer et Mme Frédérique Vidal ont voulu éviter de mettre dans la rue les lycéens — pour les facs, le mouvement a impliqué si peu d'étudiants qu'ils peuvent s'en accommoder. La peur d'un incident type Malik Oussekine (l'affaire remonte à 1986 mais a durablement traumatisé les ministres de l'Education successifs) a arrêté le gouvernement au bord d'un vrai système sélectif — nécessaire, mais nécessairement injuste, en l'état, car après tout si la plupart des lycéens sont nuls, c'est rarement de leur faute. Il faut repenser le système en imposant dans tout le Secondaire des programmes qui ne soient pas des plaisanteries douteuses.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 23/05/2018 - 11:34
La seule sélection
La seule sélection acceptable serait de rétablir les exigences Baccalauréat . Un examen national exigeant vaudra toujours plus que des sélections faussés par les inégalités entre les lycées, et la diversité des modes de recrutement des universités. Mais le ministre capable d'impulser un tel changement n'est probablement pas encore né...