En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 8 heures 27 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 11 heures 45 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 13 heures 14 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 14 heures 28 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 17 heures 19 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 17 heures 19 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 17 heures 20 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 10 heures 47 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 13 heures 3 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 13 heures 31 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 14 heures 42 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 15 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 17 heures 20 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 17 heures 23 min
Atlanti-Culture

La folle en costume de folie : exubérant, baroque et cruel

Publié le 22 mai 2018
Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

THEATRE

La folle en costume de folie

D’après la nouvelle de Charles-Ferdinand Ramuz

Adaptation et mise en scène : Françoise Taillandier

Musique : Paul Hautreux

Interprété par Françoise Taillandier avec Patrick Quichaud à l’accordéon

INFORMATIONS

Théâtre du Guichet Montparnasse

Les dimanches à 16h30 

Jusqu’au 1er juillet 2018 (relâche les 3 et 10 juin)

Réservations : 01 43 28 88 61

RECOMMANDATION 

BON

THEME

L’histoire se passe au début du XXème siècle. La folle, c’est “la Tià”, une vieille femme qui habite dans un village montagnard suisse et que le départ de son fiancé a sérieusement dérangée. Lorsqu’une troupe de théâtre lui offre un costume de scène bariolé, orné de grelots, avec comme condition l’obligation de le porter, elle renaît à la vie en se postant tous les jours devant l’église du village dans l’espoir de voir réapparaître l’élu de son cœur. Le récit jusque-là sensible et intimiste se fait alors exubérant, baroque et cruel. 

POINTS FORTS

1/ Françoise Taillandier a elle-même adapté fidèlement cette nouvelle de l’écrivain suisse en le transposant à la première personne. Elle se glisse avec malice dans le costume multicolore de la folie, incarnant tour à tour la solitude désincarnée et la passion dévorante de l’amoureuse déchue. 

2/Le court texte de Charles-Ferdinand Ramuz s’inscrit dans la lignée de ses grands romans, qui ont donné leurs lettres de noblesse à la rude paysannerie des villages vaudois. En quelques touches, il décrit l’atmosphère pesante et immobile qui plombe ces lieux déshérités où le temps semble s’être suspendu. Puis il fait naître le souffle de la passion, folle mais pressante et déterminée, qui sommeille aussi dans les êtres les plus simples.

3/La musique de Paul Hautreux et ses ritournelles accompagnent l’histoire comme des refrains encadrant les couplets du texte. L’accordéon de Patrick Quichaud compose un écrin qui met en valeur la poésie simple et naturaliste de Ramuz.

POINTS FAIBLES

On aurait aimé peut-être que Françoise Taillandier s’attaque à un texte plus ample, qui porte avec encore davantage de force et de puissance les grands thèmes récurrents de Charles-Ferdinand Ramuz. C’eût été l’occasion de faire découvrir une œuvre qui n’a rien à envier à celles d’un Giono ou d’un Harrison.

EN DEUX MOTS

Le spectacle a le charme désuet de ces saltimbanques qui s’installaient sur la place du village et avec trois bouts de chiffons vous emportaient le temps d’une représentation. Et nous voilà transportés au siècle dernier, entre l’église et le marché, à guetter le retour du fiancé ...

UN EXTRAIT

“Ils mettent les costumes dans le coffre, et c’est comme un cercueil le coffre. Et les morts on ne les ressort plus”.

L’AUTEUR

Charles-Ferdinand Ramuz, peu connu en France, est une star en Suisse où son visage orne les billets de 200 francs. Quelle ironie pour ce romancier poète qui s’est fait le chantre des petites gens, des cœurs simples, attachés à leurs vallées, leurs pâturages et leurs bêtes.

Écrivain “écolo” avant l’heure, il place l’homme au centre de ses montagnes natales, un monde merveilleux mais implacable, qu’il craint et vénère et dont il ne peut s’extraire. 

Ses personnages sont puissants, têtus et fiers mais semblent condamnés à un destin fait de solitude et de peine que viennent parfois troubler une ronde endiablée, une robe de fête ou un amour de passage. La folle dans son costume de folie est ainsi l’incarnation parfaite du héros ramuzien.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires