En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
light > People
Les Rois maudits
Le prince William est "inquiet" pour son frère
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 15 heures 37 sec
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 15 heures 20 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 9 heures 37 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 9 heures
Atlanti-Culture

La folle en costume de folie : exubérant, baroque et cruel

Publié le 22 mai 2018
Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

THEATRE

La folle en costume de folie

D’après la nouvelle de Charles-Ferdinand Ramuz

Adaptation et mise en scène : Françoise Taillandier

Musique : Paul Hautreux

Interprété par Françoise Taillandier avec Patrick Quichaud à l’accordéon

INFORMATIONS

Théâtre du Guichet Montparnasse

Les dimanches à 16h30 

Jusqu’au 1er juillet 2018 (relâche les 3 et 10 juin)

Réservations : 01 43 28 88 61

RECOMMANDATION 

BON

THEME

L’histoire se passe au début du XXème siècle. La folle, c’est “la Tià”, une vieille femme qui habite dans un village montagnard suisse et que le départ de son fiancé a sérieusement dérangée. Lorsqu’une troupe de théâtre lui offre un costume de scène bariolé, orné de grelots, avec comme condition l’obligation de le porter, elle renaît à la vie en se postant tous les jours devant l’église du village dans l’espoir de voir réapparaître l’élu de son cœur. Le récit jusque-là sensible et intimiste se fait alors exubérant, baroque et cruel. 

POINTS FORTS

1/ Françoise Taillandier a elle-même adapté fidèlement cette nouvelle de l’écrivain suisse en le transposant à la première personne. Elle se glisse avec malice dans le costume multicolore de la folie, incarnant tour à tour la solitude désincarnée et la passion dévorante de l’amoureuse déchue. 

2/Le court texte de Charles-Ferdinand Ramuz s’inscrit dans la lignée de ses grands romans, qui ont donné leurs lettres de noblesse à la rude paysannerie des villages vaudois. En quelques touches, il décrit l’atmosphère pesante et immobile qui plombe ces lieux déshérités où le temps semble s’être suspendu. Puis il fait naître le souffle de la passion, folle mais pressante et déterminée, qui sommeille aussi dans les êtres les plus simples.

3/La musique de Paul Hautreux et ses ritournelles accompagnent l’histoire comme des refrains encadrant les couplets du texte. L’accordéon de Patrick Quichaud compose un écrin qui met en valeur la poésie simple et naturaliste de Ramuz.

POINTS FAIBLES

On aurait aimé peut-être que Françoise Taillandier s’attaque à un texte plus ample, qui porte avec encore davantage de force et de puissance les grands thèmes récurrents de Charles-Ferdinand Ramuz. C’eût été l’occasion de faire découvrir une œuvre qui n’a rien à envier à celles d’un Giono ou d’un Harrison.

EN DEUX MOTS

Le spectacle a le charme désuet de ces saltimbanques qui s’installaient sur la place du village et avec trois bouts de chiffons vous emportaient le temps d’une représentation. Et nous voilà transportés au siècle dernier, entre l’église et le marché, à guetter le retour du fiancé ...

UN EXTRAIT

“Ils mettent les costumes dans le coffre, et c’est comme un cercueil le coffre. Et les morts on ne les ressort plus”.

L’AUTEUR

Charles-Ferdinand Ramuz, peu connu en France, est une star en Suisse où son visage orne les billets de 200 francs. Quelle ironie pour ce romancier poète qui s’est fait le chantre des petites gens, des cœurs simples, attachés à leurs vallées, leurs pâturages et leurs bêtes.

Écrivain “écolo” avant l’heure, il place l’homme au centre de ses montagnes natales, un monde merveilleux mais implacable, qu’il craint et vénère et dont il ne peut s’extraire. 

Ses personnages sont puissants, têtus et fiers mais semblent condamnés à un destin fait de solitude et de peine que viennent parfois troubler une ronde endiablée, une robe de fête ou un amour de passage. La folle dans son costume de folie est ainsi l’incarnation parfaite du héros ramuzien.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires