En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 50 min 57 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 25 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 46 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 30 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 35 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 37 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 19 heures 15 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 52 min
Atlanti-culture

"A la trace" : Ras-le-bol, les mises en scène inutilement sophistiquées !

Publié le 12 mai 2018
Ras-le-bol, les mises en scène inutilement sophistiquées !
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ras-le-bol, les mises en scène inutilement sophistiquées !

THEATRE

« A LA TRACE » 

d’ALEXANDRA BADEA 

 MISE EN SCÈNE : ANNE THÉRON

 

INFORMATIONS

THEATRE NATIONAL DE LA COLLINE

15 rue Malte Brun- 75020-Paris

tel : 01.44.62.52.52

       www.colline.fr

RECOMMANDATION 

BOF !

 

THEME

C’est l’histoire d’une jeune femme qui va croiser celle de cinq autres femmes dont le principal point commun est de porter le même nom…

Bien que la pièce, qui fonctionne par flashbacks, ne suive pas d’ordre chronologique, on va dire que tout commence, lorsqu’en rangeant les affaires de son père récemment décédé, une jeune fille  de 22 ans, nommée Clara (Liza Blanchard),  découvre, dans un sac à main oublié au fond d’une cave, une carte d‘électeur au nom d’Anna Girardin. 

Sans trop savoir pourquoi, Clara, qui, enfant, fut abandonnée par sa mère, va décider de rechercher cette femme. Grâce à Internet, elle va localiser cinq « électrices » répondant au nom Anna Girardin. Quatre s’avèreront être de simples homonymes. Exerçant des métiers très différents, vivant dans des endroits différents aussi, elles seront ici interprétées par une seule comédienne, Judith Henry. La cinquième Anna, jouée par Nathalie Richard, se révèlera être sans doute la mère recherchée par Clara.

Le texte va s’arrêter surtout sur cette Anna là, qui se refusa à la maternité. Il en dressera le portrait, celui d’une quinquagénaire d’aujourd’hui, qui n’arriva pas et ne parvient toujours pas à s’assumer, joue à cache-cache avec  la réalité, voyage sans cesse et ne réussit à tisser que des liens virtuels avec les hommes. 

 A la fin, apparaitra aussi la mère de cette Anna, la seule femme de ce plateau qui assuma sa maternité, et qui en dira les joies, mais aussi les souffrances ( Maryvonne Schiltz ).  

 Bâtie comme un polar, à la façon d’un puzzle, A la trace est une pièce sur la filiation, qui en profite pour interroger le féminin, la maternité et la solitude contemporaine. Car tous ses personnages vivent seuls. Pas forcément par choix.

POINTS FORTS

- Les interrogations soulevées par cette pièce : Qu’est-ce qu’être mère ? Comment assumer la maternité ? Jusqu’où peut-on, doit-on s’oublier en tant que femme ? Comment transmettre ? A quel moment faut-il rompre les amarres ? Il n’y a pas de réponse à toutes ces questions mais, au moins, elles sont posées.

- Son ancrage résolument contemporain. Peu de textes de théâtre abordent la question des effets toxiques des moyens modernes de communication : déshumanisation, repli sur soi, évitement de la vraie vie, refus du réel et du concret etc…

- Son interprétation : bien qu’on les ait dotées de micros calamiteux, les cinq comédiennes présentes sur le plateau sont impeccables de justesse et de sensibilité, avec une mention spéciale pour Nathalie Richard, qui laisse effleurer les blessures de son personnages avec une subtilité bouleversante. Absents physiquement du plateau parce que filmés, ceux qui jouent ses amants virtuels sont très bien aussi: Yann Choirat, Alex Descas, Wajdi Mouawad et Laurent Poitrenaux .

POINTS FAIBLES

La mise en scène est trop tarabiscoté, inutilement sophistiquée:

- Pourquoi ce dispositif scénique de plusieurs étages, redécoupé en cases ? Certainement très onéreux, il isole les personnages et les coupe du public.

- Pourquoi aussi ce recours systématique aux scènes filmées ? Rares sont aujourd’hui les spectacles qui n’y ont pas recours… Mais comment s’en passaient les Vilar, les Vitez, les Strehler et autres Chéreau, dont certains spectacles restent  pourtant inoubliables ? Cette mode de l’incursion grandissante du cinéma sur les plateaux de théâtre devient insupportable. Souvent elle n’a aucun intérêt, même pas celui de retenir l’attention du spectateur.

- Pourquoi aussi avoir placé des micros sur chacune des actrices ? Nathalie Richard a-t-elle besoin d’un tel accessoire pour jouer l’intériorité ? C’est ne pas faire confiance aux acteurs ! Ce n’est pas le cas ici, mais souvent, plus les comédiens sont sonorisés, plus ils marmonnent, moins ils articulent, et moins on les comprend. Ce qui est un comble !

EN DEUX MOTS

Quel dommage ! C’est ce qu’on se dit en sortant de ce spectacle. Texte, distribution, sur le papier, A la trace avait tout pour captiver. Et patatras, on s’ennuie. On s’ennuie parce que la mise en scène embrouille les fils de la pièce.

Pourquoi, par exemple, avoir distribué Judith Henry dans quatre rôles ? Pourquoi avoir doté les comédiennes de micros HF et leur avoir demandé d’intérioriser leur jeu ? Elles ont beau être sensationnelles, cela les « déshumanise ».

La mode du  virtuel à tout prix, du micro à tout va, tuera un jour le théâtre, cet art qui fut inventé dans la nuit des temps pour que des acteurs de chair et de sang s’emparent d’un texte et le portent haut, le fassent comprendre et entendre avec leurs corps et leur voix.

UN EXTRAIT

« Alexandra (Badéa) a une écriture inscrite dans son époque. Elle questionne le monde d’aujourd’hui avec les outils de la modernité… et aborde de front la mondialisation. Dans ses pièces, ses personnages se déplacent sur la planète… J’ai eu envie de collaborer avec elle. Nous avons toutes les deux une pratique du cinéma et du théâtre, nous sommes toutes les deux des auteures et nous cherchons toutes les deux à raconter autrement sur un plateau de théâtre. » (Anne Théron, metteuse en scène).

L’AUTEURE

Auteure, metteure en scène et réalisatrice, Alexandra Badéa, née en 1980 en Roumanie mais vivant à Paris depuis  2003, a  commencé par suivre une formation de metteure en scène à Bucarest, avant de se lancer dans l’écriture.

Depuis 2009, elle écrit régulièrement des pièces qui sont toutes publiées chez l’Arche Editeur et sont traduites en allemand, en anglais  et en portugais. Elles sont montées, soit par elle-même (en France ou en Roumanie), soit par des metteurs en scène comme Frédéric Fisbach, Jonathan Michel, Jacques Nichet ou Anne Théron. En 2013,Pulvérisés lui a valu d’être la lauréate du Grand Prix de littérature dramatique.

Outre des activités radiophoniques (elle collabore souvent avec Alexander Plank pour des mises en voix de ses pièces sur France Culture), Alexandra Badéa s’est également essayée au cinéma où elle a signé deux courts métrages, dontLe Monde qui nous perd.

Son premier roman, Zone d’amour prioritaire,  est paru en février 2014 chez l’Arche Editeur.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires