En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

02.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Delarue/Lescure: ça ne tourne plus rond entre ces anciens collègues

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 13 heures 44 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 17 heures 2 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 18 heures 31 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 19 heures 45 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 20 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 22 heures 35 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 22 heures 36 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 22 heures 37 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 18 heures 20 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 18 heures 47 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 19 heures 58 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 20 heures 43 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 22 heures 36 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 22 heures 39 min
Atlanti-culture

"A la trace" : Ras-le-bol, les mises en scène inutilement sophistiquées !

Publié le 12 mai 2018
Ras-le-bol, les mises en scène inutilement sophistiquées !
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ras-le-bol, les mises en scène inutilement sophistiquées !

THEATRE

« A LA TRACE » 

d’ALEXANDRA BADEA 

 MISE EN SCÈNE : ANNE THÉRON

 

INFORMATIONS

THEATRE NATIONAL DE LA COLLINE

15 rue Malte Brun- 75020-Paris

tel : 01.44.62.52.52

       www.colline.fr

RECOMMANDATION 

BOF !

 

THEME

C’est l’histoire d’une jeune femme qui va croiser celle de cinq autres femmes dont le principal point commun est de porter le même nom…

Bien que la pièce, qui fonctionne par flashbacks, ne suive pas d’ordre chronologique, on va dire que tout commence, lorsqu’en rangeant les affaires de son père récemment décédé, une jeune fille  de 22 ans, nommée Clara (Liza Blanchard),  découvre, dans un sac à main oublié au fond d’une cave, une carte d‘électeur au nom d’Anna Girardin. 

Sans trop savoir pourquoi, Clara, qui, enfant, fut abandonnée par sa mère, va décider de rechercher cette femme. Grâce à Internet, elle va localiser cinq « électrices » répondant au nom Anna Girardin. Quatre s’avèreront être de simples homonymes. Exerçant des métiers très différents, vivant dans des endroits différents aussi, elles seront ici interprétées par une seule comédienne, Judith Henry. La cinquième Anna, jouée par Nathalie Richard, se révèlera être sans doute la mère recherchée par Clara.

Le texte va s’arrêter surtout sur cette Anna là, qui se refusa à la maternité. Il en dressera le portrait, celui d’une quinquagénaire d’aujourd’hui, qui n’arriva pas et ne parvient toujours pas à s’assumer, joue à cache-cache avec  la réalité, voyage sans cesse et ne réussit à tisser que des liens virtuels avec les hommes. 

 A la fin, apparaitra aussi la mère de cette Anna, la seule femme de ce plateau qui assuma sa maternité, et qui en dira les joies, mais aussi les souffrances ( Maryvonne Schiltz ).  

 Bâtie comme un polar, à la façon d’un puzzle, A la trace est une pièce sur la filiation, qui en profite pour interroger le féminin, la maternité et la solitude contemporaine. Car tous ses personnages vivent seuls. Pas forcément par choix.

POINTS FORTS

- Les interrogations soulevées par cette pièce : Qu’est-ce qu’être mère ? Comment assumer la maternité ? Jusqu’où peut-on, doit-on s’oublier en tant que femme ? Comment transmettre ? A quel moment faut-il rompre les amarres ? Il n’y a pas de réponse à toutes ces questions mais, au moins, elles sont posées.

- Son ancrage résolument contemporain. Peu de textes de théâtre abordent la question des effets toxiques des moyens modernes de communication : déshumanisation, repli sur soi, évitement de la vraie vie, refus du réel et du concret etc…

- Son interprétation : bien qu’on les ait dotées de micros calamiteux, les cinq comédiennes présentes sur le plateau sont impeccables de justesse et de sensibilité, avec une mention spéciale pour Nathalie Richard, qui laisse effleurer les blessures de son personnages avec une subtilité bouleversante. Absents physiquement du plateau parce que filmés, ceux qui jouent ses amants virtuels sont très bien aussi: Yann Choirat, Alex Descas, Wajdi Mouawad et Laurent Poitrenaux .

POINTS FAIBLES

La mise en scène est trop tarabiscoté, inutilement sophistiquée:

- Pourquoi ce dispositif scénique de plusieurs étages, redécoupé en cases ? Certainement très onéreux, il isole les personnages et les coupe du public.

- Pourquoi aussi ce recours systématique aux scènes filmées ? Rares sont aujourd’hui les spectacles qui n’y ont pas recours… Mais comment s’en passaient les Vilar, les Vitez, les Strehler et autres Chéreau, dont certains spectacles restent  pourtant inoubliables ? Cette mode de l’incursion grandissante du cinéma sur les plateaux de théâtre devient insupportable. Souvent elle n’a aucun intérêt, même pas celui de retenir l’attention du spectateur.

- Pourquoi aussi avoir placé des micros sur chacune des actrices ? Nathalie Richard a-t-elle besoin d’un tel accessoire pour jouer l’intériorité ? C’est ne pas faire confiance aux acteurs ! Ce n’est pas le cas ici, mais souvent, plus les comédiens sont sonorisés, plus ils marmonnent, moins ils articulent, et moins on les comprend. Ce qui est un comble !

EN DEUX MOTS

Quel dommage ! C’est ce qu’on se dit en sortant de ce spectacle. Texte, distribution, sur le papier, A la trace avait tout pour captiver. Et patatras, on s’ennuie. On s’ennuie parce que la mise en scène embrouille les fils de la pièce.

Pourquoi, par exemple, avoir distribué Judith Henry dans quatre rôles ? Pourquoi avoir doté les comédiennes de micros HF et leur avoir demandé d’intérioriser leur jeu ? Elles ont beau être sensationnelles, cela les « déshumanise ».

La mode du  virtuel à tout prix, du micro à tout va, tuera un jour le théâtre, cet art qui fut inventé dans la nuit des temps pour que des acteurs de chair et de sang s’emparent d’un texte et le portent haut, le fassent comprendre et entendre avec leurs corps et leur voix.

UN EXTRAIT

« Alexandra (Badéa) a une écriture inscrite dans son époque. Elle questionne le monde d’aujourd’hui avec les outils de la modernité… et aborde de front la mondialisation. Dans ses pièces, ses personnages se déplacent sur la planète… J’ai eu envie de collaborer avec elle. Nous avons toutes les deux une pratique du cinéma et du théâtre, nous sommes toutes les deux des auteures et nous cherchons toutes les deux à raconter autrement sur un plateau de théâtre. » (Anne Théron, metteuse en scène).

L’AUTEURE

Auteure, metteure en scène et réalisatrice, Alexandra Badéa, née en 1980 en Roumanie mais vivant à Paris depuis  2003, a  commencé par suivre une formation de metteure en scène à Bucarest, avant de se lancer dans l’écriture.

Depuis 2009, elle écrit régulièrement des pièces qui sont toutes publiées chez l’Arche Editeur et sont traduites en allemand, en anglais  et en portugais. Elles sont montées, soit par elle-même (en France ou en Roumanie), soit par des metteurs en scène comme Frédéric Fisbach, Jonathan Michel, Jacques Nichet ou Anne Théron. En 2013,Pulvérisés lui a valu d’être la lauréate du Grand Prix de littérature dramatique.

Outre des activités radiophoniques (elle collabore souvent avec Alexander Plank pour des mises en voix de ses pièces sur France Culture), Alexandra Badéa s’est également essayée au cinéma où elle a signé deux courts métrages, dontLe Monde qui nous perd.

Son premier roman, Zone d’amour prioritaire,  est paru en février 2014 chez l’Arche Editeur.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires