En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

07.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 14 heures 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 16 heures 39 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 18 heures 41 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 20 heures 25 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 21 heures 12 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 14 heures 35 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 20 heures 1 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 20 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 20 heures 33 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 21 heures 6 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 21 heures 12 min
Atlanti-culture

"24h de la vie d’une femme" : pas facile d'adapter Stefan Sweig en BD

Publié le 12 mai 2018
Dominique Clausse pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Clausse est chroniqueur pour Culture Tops
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

BD

24h de la vie d’une femme

d'Otéro

Ed. Glénat

120 p.

19,50 €

RECOMMANDATION

BOF !

THEME

« 24h de la vie d’une femme » est la version BD de la nouvelle du même nom, de Stefan Zweig.

A l’origine, l’histoire est celle d’une femme âgée, confrontée à un souvenir de jeunesse obsédant, dont elle va se libérer par la grâce d’une confession au narrateur : il va être question d’une passion éphémère avec un jeune joueur de casino gravement addictif.

Si l’histoire originale se déroulait à Monte-Carlo au début du XXème siècle, Otéro la transpose dans l’univers moderne de Las Vegas. Cela n’empêche pas l’auteur d’être fidèle au récit de l’écrivain autrichien, se permettant tout de même quelques originalités sur lesquelles je reviendrai.

POINTS FORTS

Avec également une belle gestion des cadrages et des décors, l’originalité du traitement de l’histoire est un des rares points forts que je garderai de cette lecture. Moderniser ainsi le contexte est une bonne idée, qui peut donner l’envie à de jeunes lecteurs de découvrir l’œuvre de Zweig. 

La couverture de l’album est aussi une belle réussite, elle donne envie d’aller plus loin, avec sa composition graphique qui transmet beaucoup d’émotion, comme une belle promesse de lecture.

POINTS FAIBLES

Mais hélas, cette belle promesse ne m’a pas semblée tenue. Peut-être avez-vous déjà éprouvé cette sensation : une couverture d’album attire votre regard au rayon BD de votre libraire, et vous êtes tout de suite déçu lorsque vous l’ouvrez et découvrez un contenu au style très différent.

Il faut dire que le graphisme d’Otéro est très particulier. Si vous connaissez sa série la plus connue, Amerikkka, sur la lutte contre le Ku Klux Klan dans l’Amérique contemporaine (10 volumes en collaboration avec Roger Martin, chez Emmanuel Proust Editions), vous comprendrez ce que j’essaye de dire : c’est un peu le style d’un comics américain pour enfants, utilisé pour des récits adultes. S’il convient à Amerikkka, il n’en n’est pas de même pour ces "24 heures de la vie d’une femme". Le dessin manque totalement de subtilité, ce qui pose forcément un problème quand on veut adapter du Stephan Zweig.

A la décharge d’Otéro, l’exercice n’est pas aisé pour cette nouvelle qui se prête peu à la Bande Dessinée. L’intrigue originale met en valeur l’intensité émotionnelle de ce couple dissonant, la bourgeoise amoureuse et le jeune joueur addictif, et donc, l’image doit traduire cette intensité.

Otero ne pouvait clairement pas relever ce challenge. Alors, il compense maladroitement en rajoutant des effets de style à l’histoire originale. Le mariage à la mode « Vegas », qui casse le fil narratif de Zweig ; les « love » et « hate » tatoués sur les mains du jeune joueur, hommage saugrenu à Robert Mitchum dans "La nuit du chasseur" ; mise en abyme finale un peu dérisoire.

EN DEUX MOTS

Zweig a déjà intéressé les auteurs de BD. En témoignent « Le joueur d’échec » de Sala, paru l’an dernier chez Casterman, ou le plus ancien « Les derniers jours de Stefan Zweig » de Sorel et Seksik, encore chez Casterman. Dans les deux cas, plutôt des réussites, contrairement à ce qui se passe ici.

Au cinéma, on appellerait cela une erreur de casting : Otéro a du talent, Zweig est un écrivain merveilleux, il ne fallait juste pas associer les deux. Et pas à cause de la modernisation du récit, mais vraiment parce qu’Otéro n’a pas, de mon point de vue, le graphisme émotionnel qui aurait pu convenir.

UN EXTRAIT 

(Pour le plaisir de relire du Zweig):

« Eloignée pendant vingt ans, comme je l’avais été, de toutes les puissances démoniaques de l’existence, je n’aurais jamais compris la manière grandiose et fantastique dont la nature concentre dans quelques souffles rapides tout ce qu’il y a en elle de chaleur et de glace, de vie et de mort, de ravissement et de désespérance. Cette nuit fut tellement remplie de luttes et de paroles, de passion, de colère et de haine, de larmes de supplication, d’ivresse, qu’elle me parut durer mille ans et que nous, ces deux êtres humains qui chancelaient enlacés vers le fond de l’abîme, l’un enragé de mourir, l’autre en toute innocence, nous sortîmes complètement transformés de ce tumulte mortel, différents, entièrement changés, avec un autre esprit, une autre sensibilité »

L’AUTEUR 

(d’après BD Gest):

Nicolas Otéro, dessinateur et coloriste, habite Lyon. Toute juste diplômé de l'école Émile Cohl de Lyon en 2001, il réalise, sur un scénario de Roger Martin, sa première série ambitieuse sur le Ku Klux Klan : "Amerikkka". La fulgurance de son trait semi-réaliste convient parfaitement à l’univers violent de la série auquel il apporte humour et distanciation. 

Pour 2007, il se lance dans un projet personnel : "Bonecreek", un western post-apocalyptique, tout en continuant la série Amerikkka qui connaît un succès et un écho grandissants.

Il a également réalisé seul quelques albums, comme "le roman de Boddah", chez Glénat, autour de la mort de Kurt Cobain, ou "les confessions d’un enragé", chez Glénat toujours.

En 2018, il commence une nouvelle série, chez Jungle cette fois, en collaboration avec Franck Dumanche, "le réseau papillon", une histoire d’enfants pendant la seconde guerre mondiale, plutôt à destination d’un jeune public.

Commandez "24h de la vie d’une femme"

"24h de la vie d’une femme"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires