En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Bonnes feuilles
Hier, "rien à voir avec Daech", aujourd’hui, "ils souffrent tous de pathologies psychiatriques" : et la presse tomba dans la folie du déni
Publié le 13 mai 2018
Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, à Paris, Sarah Halimi est battue à mort avant d’être défenestrée. Malgré des preuves flagrantes, il aura fallu près d’un an pour que la justice retienne le caractère antisémite de l’acte. Pire encore, ce crime a longtemps été occulté par les médias. Pourquoi ce silence ? Quelle est cette gêne pour nommer la nouvelle haine des Juifs ? Extrait de "Le Nouvel Antisémitisme en France" chez Albin Michel (1/2).
Georges Bensoussan, Pascal Bruckner, Luc Ferry, Élisabeth de Fontenay, Noémie Halioua, Barbara Lefebvre, Eric Marty, Lina Murr Nehmé, Boualem Sansal, Daniel Sibony, Jacques Tarnero, Monette Vacquin, Philippe Val, Caroline Valentin, Jean Pierre Winter,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Seize intellectuels
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Bensoussan, Pascal Bruckner, Luc Ferry, Élisabeth de Fontenay, Noémie Halioua, Barbara Lefebvre, Eric Marty, Lina Murr Nehmé, Boualem Sansal, Daniel Sibony, Jacques Tarnero, Monette Vacquin, Philippe Val, Caroline Valentin, Jean Pierre Winter,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, à Paris, Sarah Halimi est battue à mort avant d’être défenestrée. Malgré des preuves flagrantes, il aura fallu près d’un an pour que la justice retienne le caractère antisémite de l’acte. Pire encore, ce crime a longtemps été occulté par les médias. Pourquoi ce silence ? Quelle est cette gêne pour nommer la nouvelle haine des Juifs ? Extrait de "Le Nouvel Antisémitisme en France" chez Albin Michel (1/2).

Courant juillet 2016, le terroriste de Nice devint un psychopathe connu pour sa violence et Daech s’attribua opportunément son geste. Quelques semaines plus tard, l’homme du village de vacances qui agressa à l’arme blanche une mère et ses trois filles fut déclaré schizophrène, et le tueur de Munich reçut un diagnostic de dépression, son acte devint celui d’un forcené ressemblant à celui du Norvégien d’extrême droite qui avait endeuillé son pays il y a cinq ans. L’homme qui tua à la machette une femme enceinte et blessa trois personnes avant de tenter d’attaquer, toujours à la machette, une voiture de police, avait commis un crime passionnel, et celui qui s’était fait exploser à quelques mètres d’un festival de musique en Allemagne en juillet  2016, ses munitions chargées de clous et de métal susceptibles de produire un carnage, avait lui aussi un passé dépressif avec soins psychiatriques et tentatives de suicide. Rien à voir avec Daech, rien à voir avec le terrorisme islamique.

C’est ce que je découvris stupéfaite dans la presse de ces jours-là où se succédaient quotidiennement, en France et en Allemagne, des attentats commis par des musulmans extrémistes qui semaient la terreur mais n’étaient plus des attentats terroristes, n’avaient plus d’auteurs (effacement des noms propres), donc plus de responsables, mais étaient le fait de pauvres types à soigner. Aussi habituée que je sois aux ressources de la perversion, je fus bluffée par la rapidité du camouflage des dénis dans des habits inédits, ceux de la psychiatrisation bienvenue .

Et les journalistes de télévision de répéter docilement ces diagnostics, supposés soutenir des slogans tels que  : « aucun lien avec l’État islamique », participant ainsi, et pris eux-mêmes, dans la transmission des dénis collectifs.

Comme si la propagation de la haine et la propagande n’étaient pas de nature à engendrer des pulsions meurtrières chez ceux qui peuvent s’y identifier. Si toutes ne portent pas la signature explicite de Daech, endoctrinement, djihad, Syrie, ceinture d’explosifs, meurtres de masse, revendications, elles n’en sont pas moins les effets directs.

La folie du déni, qui ne connaît plus de limites, a entrepris un nouvel endoctrinement –  osé, il faut bien le reconnaître  – et qui en sidère plus d’un  : la psychopathologisation des terroristes. Ce phénomène nouveau marque une étape inédite dans la torsion des réalités. Pour les fanatiques du déni, cela pré- sente de multiples avantages  : escamoter tout lien avec ce que nous avons à connaître, à redouter et à combattre, endormir la population, en rangeant au chapitre des faits divers, voire des chiens écrasés, des événements jugés sans lien les uns avec les autres,  faire des bourreaux des victimes, victimes des  autres, victimes de leurs propres pathologies, et surtout faire douter l’honnête citoyen de ce qu’il perçoit, de ce qu’il ressent.

Hier, « rien à voir avec Daech », aujourd’hui, « ils souffrent tous de pathologies psychiatriques » ou « le tueur était fragile psychologiquement ».

Puisque la psychopathologie est à l’ordre du jour, je vais en faire et vous parler de la pensée perverse. Non pas pour gloser sur la structure d’un assassin et tenter de le disculper en le dirigeant vers l’irresponsabilité, ni pour noyer le poisson –  le poison  – de l’antisémitisme dans le dissolvant de la psychiatrie, mais pour donner des outils à opposer à ce paradis de la non-pensée qu’est la perversion. Pour fournir des concepts sur la « pensée » perverse qui ose faire de l’assassinat de Mme Halimi un fait divers dépouillé de tout lien avec son contexte (« rien à voir avec Daech ») et privé par l’instruction, durant onze mois, du caractère aggravant d’acte antisémite. Une pensée ? mais est-ce une pensée, dont le maître mot est le déni, le déni idéologique, les dénis collectifs, le déni d’État, et le déni du déni, autrement nommé forclusion ?

Commandez "Le Nouvel Antisémitisme en France" chez Albin Michel

"Le Nouvel Antisémitisme en France" c

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
05.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite
06.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
royeri
- 14/05/2018 - 17:15
Et personne n'a cru les communistes!!!
Rappelez vous, les plus vieux d'entre nous, c'était il y a 30-40 ans "Le Mur" existait encore et les communistes découvraient une pathologie psychiatrique : L'opposition au régime. Ces malades trouvaient que la dictature du prolétariat était une dictature tout court et ils voulaient choisir leurs représentants, être libres....Les fous. Le pire est que nous n'avons pas cru les communistes, innocents que nous fumes. Mais maintenant nous sommes convaincus par les faits et ces fous qui n'ont finalement en commun qu'un livre sont surtout fous....L'avantage est que l'histoire devient facile à mémoriser : Les croisades : Une bande de fous en villégiature...Les attentats anarchistes qui causèrent la première guerre mondiale : Quelques fous. 1917 en Russie, victoire des fous....A ce rythme, il n'y aura plus qu'un immense déni de "l'idéologie" qui reste encore et encore le réel moteur du monde, qu'elle soit politique ou religieuse.
Djib
- 14/05/2018 - 17:00
@vangog
il avait été "stigmatisé" par son échec au concours d'entrée des beaux arts à Vienne.
vangog
- 14/05/2018 - 00:27
@Djib Hitler était victime de la société...
D’ailleurs, Hitler était socialiste...c’est tout dire!