En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

02.

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

03.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

06.

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

07.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
Dieu reconnaîtra les siens

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

il y a 10 min 52 sec
décryptage > Politique
Droite sociale et régalienne

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

il y a 39 min 56 sec
décryptage > France
Prévisions

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

il y a 58 min 54 sec
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 15 heures 28 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 16 heures 18 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 19 heures 22 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 20 heures 12 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 23 heures 9 sec
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 23 heures 33 min
décryptage > Politique
Grand oral

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

il y a 23 min 58 sec
décryptage > Environnement
Solutions

Pourquoi la taxe carbone ferait plus de mal que de bien

il y a 43 min 28 sec
décryptage > Politique
En même temps

Emmanuel Macron, l’homme qui voulait parler immigration à l’oreille des Français et réformes courageuses à celle des élites mondialisées

il y a 1 heure 16 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 15 heures 56 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 17 heures 6 min
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 18 heures 57 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 19 heures 33 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 23 heures 9 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 23 heures 52 min
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Lost in translation

La semaine où Emmanuel Macron a vu son projet européen se perdre dans les méandres des institutions de l’Union

Publié le 07 octobre 2018
Tandis qu'Emmanuel Macron avait émis le souhait, au mois d'août 2017, de voir naître un budget européen, les moyens mis en oeuvre par l'Union européenne semblent dérisoires. Faut-il y voir un coup d'arrêt au projet de refonte de l'Europe ?
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tandis qu'Emmanuel Macron avait émis le souhait, au mois d'août 2017, de voir naître un budget européen, les moyens mis en oeuvre par l'Union européenne semblent dérisoires. Faut-il y voir un coup d'arrêt au projet de refonte de l'Europe ?

Atlantico : Au mois d’août 2017, Emmanuel Macron faisait part de son souhait de voir que le budget européen qu'il appelait de ses vœux "représente plusieurs points de PIB de la zone euro". Ce mercredi 2 mai, Jean-Claude Juncker a répondu à cette demande en ouvrant une ligne de crédit à cet effet, mais de l'ordre de 30 milliards d'euros, soit 0.3% de PIB de la zone euro. Dans le même temps, les annonces faites par le nouveau ministre des Finances allemand, Olaf Scholz a pu être analysé comme étant particulièrement restrictif, notamment sur les questions d'investissement public. Faut-il voir cette semaine comme un coup d'arrêt du discours de la Sorbonne d'Emmanuel Macron, qui souhaitait "refonder" l'Europe ?

Christophe Bouillaud : Il faut bien comprendre que les propositions de Jean-Claude Juncker en tant que Président de la Commission européenne s’inscrivent dans le début des discussions sur le cadre budgétaire pluriannuel de l’Union européenne, donc dans le contexte légal et budgétaire existant. Dans ce contexte-là, il propose des modifications effectivement limitées, celles qu’autoriseraient selon lui les règles et pratiques en vigueur.  Cette ouverture en direction d’une différenciation entre ce qui concerne l’UE en général et la zone Euro peut donc être vue comme une approbation des idées d’Emmanuel Macron sur ce point.

Par contre, les positions affichées par le nouveau Ministre des finances allemand sont tout à fait inquiétantes pour le projet d’Emmanuel Macron de faire grandir le budget européen. Bien qu’il soit social-démocrate – ou peut-être parce qu’il l’est ? -, il ne cesse en effet de faire son Schaüble en répétant la doxa du déficit zéro, du « 0,0 (Nullkommanull) » pour l’Allemagne. Dans ce cadre (auto-)contraint, il semble aller de soi que l’Allemagne, le plus gros contributeur au budget européen, refusera de toutes ses forces une augmentation de ce dernier dans les proportions voulues par Emmanuel Macron en août 2017. Les plusieurs « points de PIB de la zone Euro » vont du coup rester lettre morte. Logiquement d’ailleurs, car la plupart des autres pays européens ne veulent pas entendre parler d’un budget européen élargi. Ce n’est pas un hasard si depuis l’ère Delors (1985-1995) le budget européen stagne à un montant d’un peu plus de 1% du PIB de l’Union européenne.

Comment expliquer cette intervention de la Commission européenne et de Jean Claude Juncker sur cette discussion budgétaire qui, pour le moment, était restée cantonnée à un débat essentiellement encadré entre Paris et Berlin ? Faut-il y voir une lutte de pouvoir interne ?

Il y a semble-t-il la volonté de Berlin de donner plus de poids au Mécanisme européen de stabilité (MES). Ce dernier n’a pas vraiment un budget pour des dépenses récurrentes, mais des possibilités de prêter des fonds aux pays européens en difficulté, avec des conditionnalités strictes agréés par tous les pays prêteurs. Visiblement, à Berlin, chez les conservateurs, on trouve les services de la Commission européenne encore  trop laxistes en matière de réformes structurelles et d’austérité à imposer aux pays récalcitrants au cas où. Il est vrai que cette gauchiste de Commission européenne est responsable devant un Parlement européen pas complètement sourd et aveugle aux pressions populaires et qu’en plus, elle dispose en son sein de services à orientation sociale. Ce sont en effet les propres études de la Commission européenne qui montrent que la manière de gérer la crise économique après 2008 a été défavorable aux classes les moins favorisées, et aussi aux femmes, du continent européen. On voit mal la Commission européenne répéter dans l’avenir ce qui a été faire en 2008-2012. Quoi qu’il en soit de cet arrière-plan, en intervenant, la Commission européenne est dans son rôle de gardienne des traités existants. C’est elle qui doit en effet proposer le budget européen. Il n’y a rien là que de très normal.

Comment anticiper la suite des événements sur la question de l'ambition européenne d'Emmanuel Macron ? Quelles sont les chances de voir ce projet aboutir, et celui-ci est-il seulement suffisant pour faire face aux enjeux de l'Union ?

Le grand projet européen d’Emmanuel Macron tel qu’énoncé lors de sa campagne et de ses discours de 2017 n’aboutira qu’à des ajustements limités. En effet, l’Allemagne et ses alliés ne céderont rien, parce qu’en réalité les électorats de ces pays « créditeurs » ne veulent rien savoir de l’idée même de solidarité européenne telle que conçue à Paris et telle qu’elle est soutenue par les économistes qui voient la fragilité structurelle de la zone Euro. De leur point de vue, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, la crise économique est finie, le remède ordo-libéral appliqué - chez eux en premier lieu - était le bon, circulez, il n’y a rien à voir.

Il faut ajouter en plus le conflit latent avec les ex-pays de l’Est, qui se font déjà un malin plaisir d’annoncer leur volonté de poser leurs exigences au moment de la discussion budgétaire. En plus, l’Italie, qui aurait pu être un allié des projets d’Emmanuel Macron, se trouve toujours dans le vide gouvernemental laissé par les élections du 4 mars, et, aux dernières nouvelles, cela semble vouloir durer, avec peut-être des élections très anticipées à l’automne. Bref, dans l’Union actuelle, il n’y a pas une coalition dominante pour imposer une augmentation significative du budget européen, ou même des nouvelles solidarités financières entre Européens. Il n’y a que de voir les difficultés à boucler le dossier de l’Union bancaire, qui, pourtant, aurait dû l’être depuis 2012-13.

Cependant, il est tout aussi probable que les partenaires européens, en particulier l’Allemagne,permettent à notre Président de la République  de sauver la face en acceptant un enrobage très jupitérien de ces ajustements limités. Comme la plupart des grands médias français, audiovisuels en particulier, sont très mauvais dans la présentation des affaires européennes, en particulier dans la maîtrise des ordres de grandeur (confusion entre des millions et des milliards par exemple),Emmanuel Macron pourra se prévaloir auprès des électeurs français dès le sommet européen du mois de juin d’une extraordinaire avancée. Il pourra lancer ainsi sa campagne pour les européennes de 2019 sous des auspices favorables.

Pour ce qui est du fond de l’affaire, sauf à être un économiste ordo-libéral un peu entêté tout de même, il va de soi que la pérennité de l’Euro, et probablement de l’Union européenne, repose sur la création d’un budget fédéral européen conséquent, géré politiquement en plus. Toutes les fédérations connues sont dans ce cas. A force de trop compter pouvoir continuer à marcher sur l’eau, l’Union risque tout de même de se noyer à la fin. Mais bon, les Cassandre auront été tellement nombreuses… Que dire de plus ?.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

02.

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

03.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

06.

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

07.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/05/2018 - 22:37
La France gauchiste, plus mauvais élève de l’UE...
déficit budgétaire, dette cumulée et hors-bilan mettent Macrouille dans les décors de l’Europe, et pourtant, le mauvais acteur veut briller sur le devant de l’estrade et prodigue même des conseils...ridicule!
A M A
- 06/05/2018 - 18:13
Macron veut être celui qui
Macron veut être celui qui sauvera une Europe agonisante. Quand celle-ci est née à la fin de la guerre, l'Allemagne était anéantie, ce qui n'est plus le cas, l'URSS dictait sa loi sur la moitié du continent, ce qui n'est plus le cas, l'Angleterre était ruinée, ce qui n'est plus le cas, la France était ravagée ce qui n'est plus le cas. En fait, grâce à Macron, l'Europe essaie de survivre dans un monde défunt qui n'est plus le même.
Ganesha
- 06/05/2018 - 14:02
Terrible humiliation pour Macron !
Pour ceux qui ne lisent pas les articles, ou que leur état cérébral empêche de comprendre : mr. Bouillaud nous annonce ici que l'explosion de l'Euro, c'est pour très bientôt ! Ce qui sera ''hilarant'', c'est de voir Emmanuel Macron contraint de réaliser une des principales promesses de campagne de Marine Le Pen : participer à une réunion des chefs d'états européens, et être forcé de choisir entre ce que Marine proposait au premier tour : le retour aux monnaies nationales, ou suivre la proposition de Dupont-Aignan : un ''serpent monétaire''. A moins que l'Allemagne mette tout le monde d'accord, en annonçant d'emblée son retour au Deutsche Mark ! En tout cas, un épouvantable gâchis, une terrible déception pour les 500 millions d'européens, qui ont cru à ce beau rêve !