En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 1 heure 40 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 2 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 5 heures 17 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 5 heures 28 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 6 heures 29 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 9 heures 21 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 9 heures 21 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 2 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 5 heures 20 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 5 heures 57 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 7 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 8 heures 25 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 9 heures 21 min
© PATRICK KOVARIK / AFP
© PATRICK KOVARIK / AFP
Atlantico Business

Prélèvement à la source : les entreprises remportent une 1ere bataille majeure face au gouvernement

Publié le 03 mai 2018
Le prélèvement à la source doit entrer en vigueur début 2019, mais les chefs d’entreprise continuent de se mobiliser contre cette mesure. Dernier élément en date : la suppression de l’incrimination pénale en cas de déclaration erronée
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le prélèvement à la source doit entrer en vigueur début 2019, mais les chefs d’entreprise continuent de se mobiliser contre cette mesure. Dernier élément en date : la suppression de l’incrimination pénale en cas de déclaration erronée

C’est la CPME, le syndicat des petites et moyennes entreprises, qui a obtenu l’abandon de cette proposition, celle d’une possible sanction pénale allant jusqu’à un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende. 

C’est une première victoire mais les réserves des chefs d’entreprise sont toujours présentes. Et d’ailleurs, ce n’est pas pour rien que tous les candidats du MEDEF se prononcent contre la mesure. Toujours dans l’attente d’obtenir un moratoire, la position officielle du MEDEF jusqu’à présent, d’autres dénoncent une mesure inéquitable à retirer au plus vite. Le prélèvement à la source : excès de conservatisme ou vrai entrave à la confidentialité ?

1er argument des patrons : les entreprises devront recouvrir les impôts à la place des impôts et ce n’est pas leur job.

Dans le cas des salariés c’est vrai, mais pour les revenus de remplacement, les pensions de retraites, ce sont les organismes de Sécurité sociale, les caisses de retraite ou Pôle Emploi. Les entreprises vont en effet devoir supporter la nouvelle contrainte et la charge que représente cette nouvelle attribution. « Les entreprises sont en droit de demander un retour. Soit direct, en faisant payer cette prestation de collecte d'impôt, soit indirect. » L’un des plus virulents sur le sujet est sans doute Pierre Brajeux, Président du Medef des Hauts-de-Seine. Critiquant le fait que l’Etat va faire assumer aux entreprises un acte de service public. Les entreprises étant les organisations qui versent les salaires, elles se retrouvent en effet les mieux placées pour effectuer le prélèvement à la source. 

Dans un contexte où il est plus question de privatiser les questions de service public que de les garder sous giron de l’Etat, la mission – même régalienne – de la perception de l’impôt pourrait être l’objet d’une délégation de service public, comprenant le paiement de cette nouvelle contrainte. 

2ème argument : la vie privée des salariés non respectée

Les patrons auront-ils à connaître le taux d’imposition de leurs salariés ? En fait, pas forcément, grâce à ce qu’on appelle le taux neutre. D’un montant de 20%, il peut être choisi pour préserver le réel taux d’imposition du foyer fiscal. Mais si ce taux ne représente pas la réalité de l’imposition, il faudra verser un complément d’impôt directement à l’administration fiscale. Ca ne résout donc pas forcément les choses. 

3ème argument : le coût supporté par les entreprises

Et les estimations de coût varient d’un organisme à l’autre. Alors qu’un audit de l'Inspection générale des finances (IGF) rendu public en octobre a évalué la "charge financière" du passage au prélèvement à la source pour les entreprises entre 310 et 420 millions d'euros, un rapport du Sénat a lui établi une prévision de coût supérieure, au dessus du milliard d’euros. Et pour faire prélever cet impôt, il en coûterait 550 euros pour une TPE (jusqu’à 10 salariés) et 1900 euros pour une PME. La charge demeurant exclusivement à la charge de l’employeur, sans prévision de compensation financière.

Les patrons traînent des pieds. Certains espèrent toujours une généralisation de la mensualisation des contribuables. Mais dans la situation actuelle, la mensualisation est effectuée suivant les revenus de l’année N-1. L’imposition à la source sacralise le paiement de l’impôt adapté à la situation réelle du contribuable, le cœur de la réforme pour l’exécutif, c’est un fait. Mais dans la réalité, les salariés, les retraités vont voir leur revenu baisser. L’effet psychologique pourrait être désastreux. Il faudra, sur un sujet encore, que le gouvernement fasse preuve de beaucoup de pédagogie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 03/05/2018 - 21:21
Enfumage à tous les étages!
1. l'Etat (le gouvernement, Bercy, Macron ...appelez ça comme vous voulez) évite les mises en faillites fiscales (le contribuable qui a beaucoup gagné mais a tout dépensé et qui vient crier famine auprès de son percepteur) avec le prélèvement d'office immédiat, et se fait de surcroît de la trésorerie à peu de frais!
2. Bercy se décharge d'une partie du travail sur les entreprises sans contrepartie pour le service rendu, par contre Bercy perçoit une redevance pour recouvrer TF ou TH pour les collectivités locales (c'est beau d'avoir une position dominante, mais ça se plaide aussi au niveau de la Cour de Justice Européenne par ex.)
3. Quant à la simplification, arnaque encore car au printemps il faudra toujours faire une déclaration de régularisation. Mais ce qui aura été pris ne sera plus à prendre, et c'est l'essentiel!
4. J'attends de voir la tête des gens au reçu de leur fiche de paie, fin janvier 2018!
Bref,au pays des Shadoks, pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué!
zelectron
- 03/05/2018 - 20:16
le périmètre de l'état déborde et concurrence le secteur privé
Puisque l’État se débarrasse de ce genre de devoir pourquoi ne pas continuer si bien dans d'autres secteurs et rendre à la société civile ce dont elle n'aurait jamais du être dépossédée
patrickcharrier17@yahoo.fr
- 03/05/2018 - 18:24
Recouvrir les impôts ?
J'ai cessé de lire dès le début en découvrant qu'il s'agissait de" recouvrir les impôts". Atlantico devrait recouvrer un correcteur.