En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© PATRICK KOVARIK / AFP
Atlantico Business

Prélèvement à la source : les entreprises remportent une 1ere bataille majeure face au gouvernement

Publié le 03 mai 2018
Le prélèvement à la source doit entrer en vigueur début 2019, mais les chefs d’entreprise continuent de se mobiliser contre cette mesure. Dernier élément en date : la suppression de l’incrimination pénale en cas de déclaration erronée
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le prélèvement à la source doit entrer en vigueur début 2019, mais les chefs d’entreprise continuent de se mobiliser contre cette mesure. Dernier élément en date : la suppression de l’incrimination pénale en cas de déclaration erronée

C’est la CPME, le syndicat des petites et moyennes entreprises, qui a obtenu l’abandon de cette proposition, celle d’une possible sanction pénale allant jusqu’à un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende. 

C’est une première victoire mais les réserves des chefs d’entreprise sont toujours présentes. Et d’ailleurs, ce n’est pas pour rien que tous les candidats du MEDEF se prononcent contre la mesure. Toujours dans l’attente d’obtenir un moratoire, la position officielle du MEDEF jusqu’à présent, d’autres dénoncent une mesure inéquitable à retirer au plus vite. Le prélèvement à la source : excès de conservatisme ou vrai entrave à la confidentialité ?

1er argument des patrons : les entreprises devront recouvrir les impôts à la place des impôts et ce n’est pas leur job.

Dans le cas des salariés c’est vrai, mais pour les revenus de remplacement, les pensions de retraites, ce sont les organismes de Sécurité sociale, les caisses de retraite ou Pôle Emploi. Les entreprises vont en effet devoir supporter la nouvelle contrainte et la charge que représente cette nouvelle attribution. « Les entreprises sont en droit de demander un retour. Soit direct, en faisant payer cette prestation de collecte d'impôt, soit indirect. » L’un des plus virulents sur le sujet est sans doute Pierre Brajeux, Président du Medef des Hauts-de-Seine. Critiquant le fait que l’Etat va faire assumer aux entreprises un acte de service public. Les entreprises étant les organisations qui versent les salaires, elles se retrouvent en effet les mieux placées pour effectuer le prélèvement à la source. 

Dans un contexte où il est plus question de privatiser les questions de service public que de les garder sous giron de l’Etat, la mission – même régalienne – de la perception de l’impôt pourrait être l’objet d’une délégation de service public, comprenant le paiement de cette nouvelle contrainte. 

2ème argument : la vie privée des salariés non respectée

Les patrons auront-ils à connaître le taux d’imposition de leurs salariés ? En fait, pas forcément, grâce à ce qu’on appelle le taux neutre. D’un montant de 20%, il peut être choisi pour préserver le réel taux d’imposition du foyer fiscal. Mais si ce taux ne représente pas la réalité de l’imposition, il faudra verser un complément d’impôt directement à l’administration fiscale. Ca ne résout donc pas forcément les choses. 

3ème argument : le coût supporté par les entreprises

Et les estimations de coût varient d’un organisme à l’autre. Alors qu’un audit de l'Inspection générale des finances (IGF) rendu public en octobre a évalué la "charge financière" du passage au prélèvement à la source pour les entreprises entre 310 et 420 millions d'euros, un rapport du Sénat a lui établi une prévision de coût supérieure, au dessus du milliard d’euros. Et pour faire prélever cet impôt, il en coûterait 550 euros pour une TPE (jusqu’à 10 salariés) et 1900 euros pour une PME. La charge demeurant exclusivement à la charge de l’employeur, sans prévision de compensation financière.

Les patrons traînent des pieds. Certains espèrent toujours une généralisation de la mensualisation des contribuables. Mais dans la situation actuelle, la mensualisation est effectuée suivant les revenus de l’année N-1. L’imposition à la source sacralise le paiement de l’impôt adapté à la situation réelle du contribuable, le cœur de la réforme pour l’exécutif, c’est un fait. Mais dans la réalité, les salariés, les retraités vont voir leur revenu baisser. L’effet psychologique pourrait être désastreux. Il faudra, sur un sujet encore, que le gouvernement fasse preuve de beaucoup de pédagogie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Les Français contre le burkini mais de moins en moins nu(e)s à la plage : la France devient-elle puritaine malgré elle ?

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Meurtre d’un policier à Toulouse : les raisons qui expliquent cette explosion des violences gratuites (et les moyens de l’endiguer)

05.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

06.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

07.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 03/05/2018 - 21:21
Enfumage à tous les étages!
1. l'Etat (le gouvernement, Bercy, Macron ...appelez ça comme vous voulez) évite les mises en faillites fiscales (le contribuable qui a beaucoup gagné mais a tout dépensé et qui vient crier famine auprès de son percepteur) avec le prélèvement d'office immédiat, et se fait de surcroît de la trésorerie à peu de frais!
2. Bercy se décharge d'une partie du travail sur les entreprises sans contrepartie pour le service rendu, par contre Bercy perçoit une redevance pour recouvrer TF ou TH pour les collectivités locales (c'est beau d'avoir une position dominante, mais ça se plaide aussi au niveau de la Cour de Justice Européenne par ex.)
3. Quant à la simplification, arnaque encore car au printemps il faudra toujours faire une déclaration de régularisation. Mais ce qui aura été pris ne sera plus à prendre, et c'est l'essentiel!
4. J'attends de voir la tête des gens au reçu de leur fiche de paie, fin janvier 2018!
Bref,au pays des Shadoks, pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué!
zelectron
- 03/05/2018 - 20:16
le périmètre de l'état déborde et concurrence le secteur privé
Puisque l’État se débarrasse de ce genre de devoir pourquoi ne pas continuer si bien dans d'autres secteurs et rendre à la société civile ce dont elle n'aurait jamais du être dépossédée
L.Leuwen
- 03/05/2018 - 18:24
Recouvrir les impôts ?
J'ai cessé de lire dès le début en découvrant qu'il s'agissait de" recouvrir les impôts". Atlantico devrait recouvrer un correcteur.