En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© AFP
Intemporel
Jacques Paugam : "Maurras a compris avant bien d'autres que les idées généreuses et le sentimentalisme pouvaient mener vers la censure, le refus du débat et la remise en cause de la démocratie"
Publié le 30 avril 2018
La commémoration du 150ème anniversaire de la naissance de Maurras a déclenché de vives polémiques, au point que le ministère de la Culture, qui l’avait inscrit au départ dans la liste des commémorations prévues en 2018, l’a retirée. Jacques Paugam livre une analyse lucide et éclairante de la pensée et du parcours de Charles Maurras.
Jacques Paugam est un écrivain et journaliste français. Très impliqué dans le domaine de la culture, il a produit et animé de nombreuses émissions et chroniques pour la télévision, la radio et la presse écrite. Il est le cofondateur du site Culture Tops...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Paugam
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Paugam est un écrivain et journaliste français. Très impliqué dans le domaine de la culture, il a produit et animé de nombreuses émissions et chroniques pour la télévision, la radio et la presse écrite. Il est le cofondateur du site Culture Tops...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La commémoration du 150ème anniversaire de la naissance de Maurras a déclenché de vives polémiques, au point que le ministère de la Culture, qui l’avait inscrit au départ dans la liste des commémorations prévues en 2018, l’a retirée. Jacques Paugam livre une analyse lucide et éclairante de la pensée et du parcours de Charles Maurras.

Atlantico : Alors qu’en 1968, le Monde consacrait une double page, certes critique, au parcours singulier de Maurras, l’année 2018 restera celle des polémiques et d’une certaine censure, justifiée par les accusations d’antisémitisme. L'antisémitisme de Maurras doit-il conduire à éviter de parler de lui et de sa pensée?

Jacques Paugam : Tout d’abord, je veux rappeler une chose évidente. L’antisémitisme est une horreur inacceptable, il n’y a pas à en discuter. Malgré son intelligence et sa clairvoyance, c’est la grande faute de Maurras, celle qui restera comme une tâche noire dans son parcours.

Maintenant, qu'est-ce qui caractérise son antisémitisme? Maurras n’est pas antisémite au sens raciste du terme. Mais il estime que la communauté juive fait passer ses intérêts supérieurs avant ceux de la Nation. Il faut donc, selon lui, exclure les juifs de la citoyenneté française et des emplois publics. Mais  il affirmera encore, en 1941, comme il l'avait fait en 1903, dans "Dictateur et Roi", et presque dans les mêmes termes, que « les juifs doivent pourvoir exercer leur religion librement » et que  « l’humanité veut que nous assurions aux juifs qui résident chez nous la sécurité , la bienveillance, la justice, avec toute l’amitié possible ». 

Comment un homme aussi intelligent n’a-t-il pas compris que ces deux  affirmations étaient, dans les faits, incompatibles et qu'il ouvrait ainsi, sans le vouloir, la voie aux pires atrocités? Pour moi, cela reste une énigme radicale, quand on sait, par ailleurs, qu'il considérait le nazisme comme une barbarie et Hitler comme "la plus complète expression" de "la horde bestiale allemande".

Ceci étant dit, je rappellerai, de mémoire, le principe émis par Voltaire, clé de voûte de toute démocratie: je ne suis pas d'accord avec ce que vous dîtes mais je défendrai jusqu'à ma mort le droit que vous avez de le dire.

Quelle est la démarche de sa pensée et du « système maurrassien »?

Je dirai que c'est une démarche à 6 clés:

- la 1°, c'est celle du"petit poussin", qui peut se débrouiller seul au bout de quelques mois seulement. L'homme, quant à lui, à besoin d'être formé, "porté", par son entourage; une solidarité qui débouche évidemment sur des inégalités de situation et de chances.

- la 2°, c'est la mort, et l'idée que l'homme a beaucoup de mal à en accepter le principe. D'où une violence qu'il retourne contre lui-même, contre les autres, individuellement, en groupes ou au niveau national. Le rôle du pouvoir est de donner un cadre à ces pulsions pour qu'elles puissent être maîtrisées, au niveau politique, dans le domaine du travail et des rapports internationaux.

- la 3°, c'est l'anti-Rousseauisme. Pour Maurras, Rousseau est un dangereux fada, sa conception de l'égalité débouchant sur l'égalitarisme et  un individualisme forcené, amenant inexorablement désordre et violence.

- la 4°, c'est l'anti-Kantisme, et le rejet de l'impératif catégorique. La raison rationnelle mise en oeuvre par Kant, ne se nourrissant que d'abstractions, loin des réalités, conduit, selon Maurras,  à une dangereuse confusion des genres: avoir des idées généreuses et des  sentiments vrais, au lieu d'avoir des idées vraies et de sentiments généreux; ce qui débouche sur les pires excès. 

- la 5°, c'est un culte de la beauté classique, l'harmonie créatrice gréco-romaine,  dont le Parthénon lui semble une illustration supérieure.

- la 6°, c'est la recherche, en tout, de la pérennité. Dès les années 1900-1910, son cap c'est 1950: comment faire pour que la France puisse encore s'en sortir dans la deuxième moitié du 20°siècle?

Vous développez dans cet ouvrage une analyse de la filiation entre Maurras et le Général de Gaulle. Sur quoi repose-t-elle ?

Je sais qu'en disant cela je choque pas mal de gens, mais pour moi, cette filiation est très importante:

- en premier lieu, en matière de politique étrangère. Vous trouvez les bases de la politique étrangère gaullienne dans "Kiel et Tanger", dès la première mouture de 1905. La France, dit Maurras n'est plus une grande puissance. Le 20° siècle verra l'affrontement de quelques grands blocs, engagés dans une compétition économiques effrénée, au détriment des Etats moyens et petits. Le rôle de la France est de prendre la tête de ces Etats intermédiaires et de contribuer à construire une Europe des Nations, héritière de la civilisation gréco-romano-catholique.

- en deuxième lieu, les deux hommes partageaient la même vision d'un Etat fort au service de tous, animé par le principe de l'empirisme organisateur, et capable de mettre en place une organisation économique et sociale solidaire, maîtrisant  les excès du capitalisme.

- enfin les deux hommes attachaient une importance capitale à notre héritage culturel, à la beauté de la langue française et à la nécessité de permettre à tous d'accéder à la culture.

J'ajouterai que la fin de vie des deux hommes, dans la solitude, n'est pas sans éléments de rapprochement 

Personnellement, j'estime que Le Général de Gaulle fut un meilleur maurrassien que Maurras lui-même dans la mesure oû il a laissé tomber tout le côté négatif de Maurras, traumatisé par la défaite de 1870, et où il a su incarner lui-même, de manière magistrale, par exemple dans l'organisation du processus d'indépendance de l'Afrique Noire, le principe de l'empirisme organisateur cher au poète de Martigue mais qui fut lui-même bien incapable de l'incarner politiquement.

En quoi la pensée de Maurras éclaire-t-elle notre époque ?

En 1972,  Georges Pompidou  déclarait devant des étudiants de Sciences Po: « Maurras avait prévu le monde d’aujourd’hui ».

Je dirai que c'est encore plus vrai en 2018. Deux exemples:

- tout le dérapage actuel vers un égalitarisme individualiste qui a fait passer, petit à petit, le sociétal avant le social, pour le plus grand mal des classes populaires.

 

- le développement dans le débat public, d'un sentimentalisme manipulateur qui exclut de plus en plus la confrontation des idées et met en cause le principe démocratique lui-même: islamo-gauchisme, hystéro-féminisme, oukases du silence etc...

L’âge d’or du Maurrassisme, de Jacques Paugam (éditions Pierre Guillaume de Roux). Préface de Michel de Jaeghere, directeur du Figaro Histoire et du Figaro Hors-Série

L’âge d’or du maurrassisme, de Jacques Paugam

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
07.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 29/04/2018 - 22:53
L'etrange revanche de Maurras.
En réalité, ce sont les deux héritages, Maurassiens-réactionnaires et jacobins républicains, avec le Gaullisme au milieu, qui ont été detruits par le gauchisme de 68, fécondé lui-même par le libertarisme cosmopolite du fric. Ce sont deux héritages antagonistes mais qui coulaient d'une même source, un pays, la France. Justement, il n'y a plus d'héritage ni d'heritiers, la nation France est évacuée avec tout son passé, y compris la geste patriotique républicaine et jacobine. Les promoteurs " du passé faisons table rase" sont exaucés bien au delà de leur espérance. Maurras avait bien compris qu'il fallait toujours garder le pont avec le passé, ne pas le briser, maintenir le vieil Etat, souverain, concentré et pas obèse, avec peu de lois, mais des lois respectées, écrites dans une langue claire et ramassée. Maurras était un réaliste angoissé, il sentait qu'une nation, même prestigieuse et imperiale, pouvait disparaître, même sans guerre.
kelenborn
- 29/04/2018 - 19:08
Oui ON
Pour répondre à l'intervenant ci dessus, le "ON " ne s'appelle pas "ON" , il est parfaitement identifiable . Je connais mal Maurras mais je ne pense pas me tromper en disant qu'il haïssait les idées de la Révolution française et notamment les concepts d'égalité et de citoyen. Tous les réactionnaires, de J. deMaistre à Burke détestaient cette abstraction qu'était le citoyen et qui était le fondement de la République. Le Citoyen n'est ni Homme , ni Femme,ni blanc ni noir ni Ouvrier ni Bourgeois, ni Breton, ni Alsacien ni... Or c'est ce dogme au sens noble qui fonde la République et la promotion fondée sur le mérite sans distinction de sexe de race d'origine sociale... Et ce qui l'a détruit ce n'est pas Rousseau mais le christianisme déliquescent qui prend le relais du Marxisme pour trouver des prolétariats de substitution devant lesquels expier. Et cela commence après la "mort de Dieu" dans les années 70. Il en résulte que ni Maurras ni de Gaulle n'y sont pour grand chose et Paugam nous raconte des craques, ce qui ne justifie pas l'ostracisme à son égard...Cela étant , Maurras aurait il aimé qu'on appelle Voltaire à la barre pour le défendre ?
Paulquiroulenamassepasmousse
- 29/04/2018 - 18:26
Maurras n'est quand même pas
Maurras n'est quand même pas le seul à avoir constaté que lorsqu'on a le ventre bien plein et qu'on a pas de raisons objective de se plaindre, alors on s'ennuie et on devient très sensible au malheur des autres ....!
On devient tellement préoccupé par ce qui nous paraît être une misère insupportable qu'on choisit de faire le bonheur des gens malgré eux..... Et tant pis s'ils sont trop cons pour comprendre......... Ils ne nous méritent pas, alors on devient Trostkyste ou insoumis
, et on se crée d'autres damnés de la terre plus compréhensifs........ les immigrés par exemple !