En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 2 heures 35 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 5 heures 6 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 9 heures 39 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 3 heures 2 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 8 heures 28 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 8 heures 48 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 9 heures 19 sec
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 9 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 9 heures 40 min
Atlanti-Culture

Le coup de coeur de la semaine : "Amoureux de ma femme", il n'y a pas que Daniel Auteuil qui s'amuse...

Publié le 29 avril 2018
A voir "Amoureux de ma femme", on s'aperçoit que Daniel Auteuil a pris un plaisir fou à réaliser et à jouer ce film, comme il l'avait fait en interprétant la pièce dont il s'inspire. Il faut dire que ce film est drôle, joyeux, malicieux et intelligent. Le genre de comédie qu'on ne voit plus très souvent.
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A voir "Amoureux de ma femme", on s'aperçoit que Daniel Auteuil a pris un plaisir fou à réaliser et à jouer ce film, comme il l'avait fait en interprétant la pièce dont il s'inspire. Il faut dire que ce film est drôle, joyeux, malicieux et intelligent. Le genre de comédie qu'on ne voit plus très souvent.

CINEMA

Amoureux de ma femme 

de Daniel Auteuil

avec Sandrine Kiberlain, Adriana Ugarte, Gérard Depardieu et Daniel Auteuil.

RECOMMANDATION

EXCELLENT

THEME

Très librement inspirée de  l’Envers du décor, la pièce de Florian Zeller,  Amoureux de ma femme est  une comédie sur l’imaginaire et le fantasme masculin...

Editeur, bobo, sexy, et marié  à une femme aussi compréhensive qu’épatante  (Sandrine Kiberlain), Daniel (Daniel Auteuil) invite un soir à diner son ami Gérard (Gérard Depardieu), pour faire la connaissance d’Emma, sa nouvelle conquête (Adriana Ugarte). Daniel ne s’en doute pas, mais Emma est une bombe! Lorsqu’elle s’encadre dans la porte, il en perd instantanément les pédales. L’imaginaire de ce sexagénaire, jusqu’alors mari attentionné et fidèle, va s’enflammer et lui jouer de drôles de  tours. La soirée ne se passera évidemment  pas aussi sereinement que prévu…

Pour le spectateur, elle va se dérouler entre la  réalité objective de ce diner à quatre et les rêves (très érotiques) de Daniel…

POINTS FORTS

-Le scénario est à la fois  rigolo (on est dans une comédie bourgeoise), malin et savant, puisqu’il combine (cf ci-dessus) de savoureux allers et retours entre fiction et réalité. Pas de changement de ton intempestif : les transitions entre les séquences  se font en douceur, grâce notamment  à un montage très adroit.

-Avant de réaliser Amoureux de ma femme, Daniel Auteuil avait mis en scène et interprété au théâtre la pièce dont il a tiré son film. Dans son personnage de « sexa » qui se met à rêver comme un ado devant une femme inaccessible, le comédien brûlait les planches et son malin plaisir à jouer les gamins délirants devant un fruit défendu se communiquait au public… Ce phénomène de contamination se reproduit  aujourd’hui avec son film. On regarde jouer celui qui fut, entre autres, un si douloureux Ugolin dans Manon des Sources et on se dit qu’avec ce rôle drôlissime  d’amoureux fantasmé, il  s’offre une belle récréation.

-Ses  trois partenaires principaux semblent avoir aussi beaucoup de plaisir à être là. Sandrine Kiberlain qui retrouvait le comédien-réalisateur quinze ans après  Après vous de Pierre Salvadori dit que sur le plateau son mot d’ordre était : «  Soyez beaux, bons et bien ». Le trio l’a écouté. Leurs échanges sont savoureux et souvent drôlissimes. La beauté, le sex-appeal  et l’humour de la comédienne Adriana Ugarte (découverte chez Pedro Almodovar) sont assez renversants. Gérard Depardieu, s’amuse pour sa part  à traiter avec un naturel assez désopilant tous les attraits de cette dernière. Quant à Sandrine Kiberlain, elle joue encore une fois ici, avec son chic fou, les femmes piquantes et intelligentes.

-La bonne humeur  du film doit beaucoup aussi à  la musique, très allègre de Thomas Dutronc.

POINTS FAIBLES

Amoureux de ma femme est une comédie qui, ouvertement, ne se prend pas au sérieux. Il faut donc l’appréhender au premier degré de sa fantaisie et de sa  drôlerie, parfois surréaliste, telles qu’elles ont été écrites et sont jouées. A défaut, on risque d’être déçu.

EN DEUX MOTS

Après la mélancolie dramatique de ses précédents films, Daniel Auteuil a eu envie de légèreté et de fantaisie. Avec cette histoire d’un homme qui tombe amoureux d’une étoile, les amateurs de comédies amusantes et sentimentales trouveront leur compte,  d’autant que le quatuor d’acteurs qui porte cet Amoureux de ma femme fait preuve d’une réjouissante générosité de jeu.

UN EXTRAIT

« Il y a dans ce nouveau projet tout ce qui m’enthousiasme dans la vie, c’est-à-dire la part d’enfance chez l’adulte. Cette capacité intacte à rêver…

Amoureux de ma femme est un vagabondage où l’on se rend compte que nos vies sont remplies de faiblesses, de confusion, de paysages sans ligne droite où il est plus intéressant de se raconter des histoires pour arriver à mener une vie qui nous ressemble…du bout des rêves » (Daniel Auteuil, acteur-réalisateur).

LE REALISATEUR

Né à Alger le 24 janvier 1950 lors d’une tournée de ses parents, tous les deux chanteurs lyriques, Daniel Auteuil  grandit à Avignon, au domicile familial, à l’ombre du Palais des papes.  D’où son accent ensoleillé qui réapparait dès que ses rôles  n’exigent pas qu’il parle « pointu ».

Tout va inciter le petit garçon rêveur  à embrasser une carrière artistique, notamment  la profession de ses parents, et les échos du festival de théâtre créé par Jean Vilar. Il a tout juste quatre ans lorsqu’il monte pour la première fois sur scène, dans le rôle du fils de Madame Butterfly. A seize, le voilà embauché par André Bénedetto dans une pièce de Thchekhov.

En 1969, il monte à Paris et  en 70, débute au Théâtre National Populaire… Il n’arrêtera plus, et à  partir de 1982, ne cessera d’alterner théâtre et cinéma… 

Bardé de nombreuses récompenses, dont deux Césars du meilleur acteur pour Jean de Florette ( 1987) et  La Fille sur le Pont (2000), et  un prix d’interprétation masculine au festival de Cannes pour le Huitième jour (1996), il est aujourd’hui l’un des artistes français les plus populaires.

Parallèlement à son métier d’acteur, Daniel Auteuil  met en scène pour le théâtre et réalise pour le cinéma.

Amoureux de ma femme est son quatrième film en tant que cinéaste, le premier qui n’est pas tiré de l’œuvre de Marcel Pagnol.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires