En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 10 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 19 min 42 sec
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 41 min 29 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 58 min 37 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 1 heure 6 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 16 heures 44 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 17 heures 21 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 20 heures 4 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 15 min 25 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 26 min 49 sec
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 47 min 6 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 59 min 59 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 1 heure 6 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 17 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 19 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 20 heures 39 min
"Les grands élus locaux n’ont pas seulement élargi leur pouvoir au détriment de l’État  central et du préfet ; ils l’ont fait aussi au détriment des "petits" élus de terrain, maires des communes moyennes ou petites."
"Les grands élus locaux n’ont pas seulement élargi leur pouvoir au détriment de l’État  central et du préfet ; ils l’ont fait aussi au détriment des "petits" élus de terrain, maires des communes moyennes ou petites."
Pamphlet

Les épines du rosier 7) Comment la gauche a asphyxié le monde rural sous couvert "d'aménagement du territoire"

Publié le 23 avril 2012
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 7ème épisode : la politique de la gauche dans le monde rural.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 7ème épisode : la politique de la gauche dans le monde rural.

Lire aussi :

 

Les grands élus locaux n’ont pas seulement élargi leur pouvoir au détriment de l’État  central et du préfet ; ils l’ont fait aussi au détriment des "petits" élus de terrain, maires des communes moyennes ou petites : une autre évolution contestable de la sphère locale dont l’initiative vient de la gauche et dont l’alibi est la prétendue nécessité de regrouper les communes.

Le point de départ fut la loi Joxe de réforme des collectivités territoriales du 6 février 1992, la même année que la réforme de la politique agricole commune et ce n’est pas un hasard : il s’agit dans les deux cas d’une machine de guerre contre ce qui faisait la spécificité du monde rural français.

Le but en était de mettre fin à l’éparpillement communal, jugé archaïque par la même technocratie qui avait lancé la réforme de la PAC. « 36 791 communes, disait-on, c’est trop. » Pourquoi trop ? On ne le savait pas exactement : ce mode d’administration était pourtant démocratique, peu coûteux, et n’était, en aucun cas, un obstacle au développement économique, bien au contraire. Mais comme la suppression pure et simple de ces communes eut suscité beaucoup de résistances, on résolut de les endormir en créant une structure d’accueil au nom d’une lourdeur typiquement socialiste : la communauté de communes destinée à terme à pomper peu à peu la substance des petites communes jusqu’à les faire "s’évaporer". Le nouveau dispositif alourdissait, sans rien améliorer, le syndicat à vocation multiple (SIVOM) qui, depuis des années, suffisait à régler les problèmes de coopération intercommunale. Là aussi était visé ce qui faisait la vie du monde rural.

La droite revenue au pouvoir en 1992, ne remit pas en cause cette politique : Charles Pasqua, sentant le malaise que l’abandon du monde rural par la gauche avait suscité, avait bien promis une relance de l’aménagement du territoire centré sur la ruralité. Mais, circonvenu par un idéologue socialiste, Jean-Louis Guigou, il ne fit que renforcer le dispositif instauré par Pierre Joxe. La gauche, de retour au pouvoir en 1997, n’agit pas différemment : Jean-Pierre Chevènement décida les maires ruraux à entrer dans la nasse en autorisant la multiplication, à leur bénéfice, de vice-présidences lucratives.

Connaissant mieux ce qu’il appelait « la France d’en-bas » Jean-Pierre Raffarin évita de toucher aux petites communes. Mais le mouvement inexorable tendant à leur réduction reprit de plus belle avec la loi Marleix du 16 décembre 2010 qui se situe dans le droit fil de la loi Joxe de 1992.

Le résultat : non point une simplification, mais une énorme usine à gaz, car ce qu’il est convenu d’appeler l’intercommunalité coûte de plus en plus cher aux contribuables : il n’a pas fallu, pour la faire marcher, moins de 400 000 recrutements de fonctionnaires locaux, sans compter les nombreux, pompeux et dispendieux "hôtels communautaires" construits un peu partout.

Les socialistes ont ainsi, en sus des deux échelons hérités de Napoléon, la commune et le département, ajouté au "mille feuilles" local deux autres niveaux : la région et la communauté de communes (ou d’agglomération dans les villes).

Même si la droite a eu aussi sa part dans cette dérive, l’impulsion tant idéologique que législative est venue de la gauche : le mépris du monde rural et la préférence de principe pour les grands ensembles, seuls supposés modernes comme les combinats de Staline, en sont les moteurs. Le vieux réflexe marxiste selon lequel le monde rural est dépassé, porteur d’archaïsme et de conservatisme demeure, même au sein de la gauche prétendue modérée. La haine du monde rural est dans les chromosomes de la gauche française

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ACL
- 23/04/2012 - 17:37
Impôts locaux
Les taux d'augmentation des impôts locaux des dernières années sont terrifiants ; s'il y a eu baisse du pouvoir d'achat, c'est là qu'il faut rechercher une des principales causes.
Et pourquoi faire : rémunérer autant de vice présidents qu'il y a de communes dans la communauté de commune ?
Ou rémunérer des familiers, communicants, obligés etc. du président de la communauté de ... ?
De plus le service rendu aux administrés s'est fortement dégradé : ce que l'on pouvait discuter avec son maire, il faut maintenant l'argumenter auprès des technocrates de la communauté de ... , physiquement et intellectuellement très éloignés de vous.
Bleubleu
- 23/04/2012 - 16:30
Problème logique
Pour information, l'appartenance à une communauté de communes n'est pas obligatoire, un maire qui choisit de faire partie de ce genre d'institutions est responsable devant ses électeurs, et un grands nombres de communes de droite ont choisit l'intercommunalité. Que celle-ci pose des problèmes de dépenses, c'est certains, mais tout mettre sur le dos de la gauche, c'est de la forfanterie.
Equilibre
- 23/04/2012 - 14:47
Qui le leur rendent bien
Dans mon département, les petites communes ne votent pas pour eux.