En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Sale guerre
La pulsion du triomphe : quand les soldats posent aux côtés des cadavres
Publié le 22 avril 2012
Encore un dérapage en Afghanistan : des soldats américains se sont pris en photo aux côtés d'insurgés tués. D'Abou Graïb à l'Afghanistan, qu'est-ce qui pousse profondément les militaires à multiplier de tels actes ?
Sophie de Mijolla-Mellor est psychanalyste et professeur émérite à l'université Paris-Diderot. Elle est présidente de l'Association Internationale d'Interactions de la psychanalyse et dirige la revue Topique.Elle a écrit La mort donnée,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Mijolla-Mellor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Mijolla-Mellor est psychanalyste et professeur émérite à l'université Paris-Diderot. Elle est présidente de l'Association Internationale d'Interactions de la psychanalyse et dirige la revue Topique.Elle a écrit La mort donnée,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Encore un dérapage en Afghanistan : des soldats américains se sont pris en photo aux côtés d'insurgés tués. D'Abou Graïb à l'Afghanistan, qu'est-ce qui pousse profondément les militaires à multiplier de tels actes ?

Atlantico : Cette semaine, un nouveau scandale a éclaté impliquant des soldats américains se prenant en photo avec des cadavres d’insurgés afghans. Après la vidéo de marines urinant sur des corps ou les gardiens de la prison d’Abou Ghraib se mettant en scène avec des prisonniers, nous pouvons nous interroger sur les motivations de ces soldats pour commettre de tels actes.

Sophie de Mijolla Mellor : Il est difficile de répondre sans prendre les cas de manière individuelle. Pour moi, il s’agit de dérapages par rapport à l’esprit militaire. Nous pouvons même parler de dérapages graves. La notion d’armée exclue précisément des actes qui restent très personnels. L’armée est au service d’une Nation qu’elle représente et dont elle est le bras armé. Les soldats sont sensés se conformer à cette image. C’est un peu la même chose que ce qu'Ernst Kantarowicz appelle le corps du roi : il y a le corps mortel du roi et il y a le corps mystique, celui de la Nation. On peut transposer ça à l’armée qui est à la fois des individus qui peuvent être soumis à des pulsions et une institution qui les transcende.

En sortant de cet équilibre, on peut arriver dans des situations comparables à celles que vous évoquez. Une pulsion qui exacerbe le sentiment de triomphe sur l’ennemi mais qui n’a rien à voir avec l’armée. Les soldats concernés ne représentent alors plus qu’eux-mêmes.

Je ne sais pas si tous les individus pourraient commettre ce type de dérapages. Ceux qui le font sont probablement des personnes qui n’ont pas bien intégré ce qui se met en place à l’intérieur de l’armée.

Les motivations sont-elles les mêmes pour des soldats américains qui se prennent en photo avec des corps d’insurgés tués ou pour les Taliban qui avaient posé pour Paris Match en 2008 avec les effets de soldats français tués ?

Les buts recherchés varient sensiblement car les motivations ne sont pas les mêmes. Les talibans ne sont pas une armée régulière. Il faut bien distinguer ce cas de celui de soldats d’une armée conventionnelle se laissant aller à des pulsions individuelles relevant plus de la jouissance du triomphe que de celle de l’accomplissement de la mission.

Pour le dire en termes psychanalytiques, le soldat tire son plaisir, sa fierté, non pas du fait de tuer mais de la fierté de servir son pays en menant sa mission à bien. Dans ce cas-ci, ce n’est pas du tout le cas.

Les individus qui commettent de tels actes sont-ils des monstres, des fous ?

Des monstres, certainement pas. Des gens qui perdent de vue leur fonction, oui, probablement. Dans un métier, quel qu’il soit, un individu peut profiter de sa fonction pour commettre des actes qui sont répréhensibles. Le harcèlement sexuel dans l’entreprise ou le viol pédophile commis par un prêtre ou un enseignant en sont des exemples. Ces personnes oublient quel est leur rôle et se retrouvent dans l’incapacité de tirer satisfaction de l’accomplissement de sa fonction. Il y a alors un dérapage qui relève de la pulsion la plus brutale.

L’omniprésence de l’image, au travers de vidéos et de photos diffusées sur Internet, encouragent-elles l’accomplissement de telles pulsions ?

Pour moi, c’est un ajout qui n’a rien de fondamental. Le fait de se prendre en photo et de le partager sur Internet permet de prolonger la pulsion au même titre qu’un pédophile peut prolonger sa pulsion en partageant ses photos. Il ne s’agit pas de commettre les actes pour photographier ou pour se faire photographier.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Carcajou
- 23/04/2012 - 22:59
Gentil GI Joe et les vilains
@ La psy de service

Il est probable que la préparation suivie par les soldats soit à l'origine de ces actes.
Pourquoi les chocs post-traumatiques (un machin inventé par vos confrères qui n'en peuvent, mais) sont-ils plus importants et plus fréquents au USA qu'au Royaume-Uni ou en France?

Pour vous aider, si vous le permettez: l'armée américaine est un rouleau compresseur extrêmement puissant. Dotée d'un matériel sophistiqué et en quantité importante, elle écrase tout sur son passage. Dans l'action, appuyés par une force aérienne démesurée, le soldat américain progresse vite et sans trop de perte.
Lorsque l'action est terminée, lorsqu'il faut "gérer", le GI est beaucoup moins performant. Frileux, il ne se mêle pas à la population locale, sa nourriture est intégralement importée, sa suffisance - il appartient à la 1ère nation du monde et des alentours - ne le prédispose pas à tenter de comprendre.
Si des accrochages ont lieu au milieu de la population, l'intervention de moyens lourds (hélico, char, artillerie) conduit à de nombreuses victimes collatérales.
Le GI ne comprend pas que ces "gens" qu'il est venu aider le tue, le mutile, le haïsse. Et il pète les plombs.
Rosine
- 22/04/2012 - 21:03
très bien
je trouve ça très bien et très juste la guerre est barbare, donc il faut être barbare, jusqu'au bout.
robert
- 22/04/2012 - 18:16
faux
Jamais aucun soldat de tsahal n'a commis ce genre de chose en 60 ans de guerre c'est ce qui rend certains trés frustrés en Europe. D'ou l'invention de "génocide" et autre "massacre" inventé par les médias Européen contre les Juifs !!