En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

07.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Utopie

Samjiyon, la ville socialiste idéale inaugurée par la Corée du Nord, échappera-t-elle au destin funeste de toutes celles qui l’ont précédée ailleurs dans le monde ?

il y a 12 min 3 sec
décryptage > Politique
Insatisfaction croissante

Retraites : le gouvernement face au piège du paradoxe de Tocqueville

il y a 38 min 27 sec
décryptage > Politique
Futurs scrutins

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

il y a 1 heure 27 min
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 12 heures 18 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 15 heures 18 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 14 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 19 heures 27 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 20 heures 50 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Europe
Une page se tourne ?

La fin de règne d’Angela Merkel se dessine dans le congrès du SPD

il y a 25 min 20 sec
décryptage > France
Dichotomie

Gilets jaunes, black blocks et délinquants : une répression à géométrie variable

il y a 1 heure 14 min
décryptage > France
Vieillesse

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

il y a 1 heure 47 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 13 heures 21 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 15 heures 36 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 22 heures 47 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Toucher le fond

Blocage de Sciences Po : la goutte de délire qui fait déborder le vase de la chienlit

Publié le 20 avril 2018
Une minorité dans le mimétisme révolutionnaire - de la farce, comme aurait dit Karl Marx - occupe "Sciences Po parce que Macron en est sorti et que nous ne voulons pas finir comme lui".
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une minorité dans le mimétisme révolutionnaire - de la farce, comme aurait dit Karl Marx - occupe "Sciences Po parce que Macron en est sorti et que nous ne voulons pas finir comme lui".

On a tellement atteint le fond qu'il faut applaudir parce que le directeur de Sciences Po Paris a réussi à obtenir de la soixantaine d'étudiants excités qui occupaient le bâtiment principal et y faisaient n'importe quoi qu'ils laissent entrer l'ensemble des étudiants pour participation à l'assemblée générale le 19 avril à 19 heures.

Je commence ce billet par cet épisode parce que je le trouve révélateur du délire qui affecte, infecte cette école emblématique qui ne sera plus une ambition mais deviendra un cauchemar. Cette minorité dans le mimétisme révolutionnaire - de la farce, comme aurait dit Karl Marx - occupe " Sciences Po parce que Macron en est sorti et que nous ne voulons pas finir comme lui".

Elle distribue aussi un communiqué de presse qui nous apprend que "occuper Sciences Po est fortement symbolique : en tant que fac où ont étudié Emmanuel Macron et de nombreux membres de la majorité parlementaire... le principal relais académique de cette idéologie... Notre école est pleine de ces modules visant à former les hauts fonctionnaires zélés du régime libéral et autoritaire...".

Ailleurs une banderole : "Ici sont formés ceux qui sélectionnent. Bloquons la fabrique à élite..." et le président de la République et son gouvernement mènent "une vaste entreprise néolibérale et raciste".

Ces inepties ont été proférées et écrites dans ce qui était perçu comme un haut lieu préparant l'administration française qui nous a longtemps été enviée pour son excellence et son intégrité.

Et Sciences Po est devenu cela et l'ironie ne consolera pas : "S'ils ne voulaient pas intégrer l'élite, il ne fallait pas passer le concours d'entrée" (Le Figaro).

La coagulation des luttes tant rêvée et ressassée par ceux que le désordre attire et que l'idée d'un Grand Soir stimule, n'est pas à l'ordre du jour : les lycéens n'ont pas rejoint les étudiants qui eux-mêmes laissent les cheminots indifférents. Il y a des protestations collectives, des envies d'en découdre, un prurit de contestations dont on ne sait plus trop bien ce qu'elles dénoncent, des casseurs qui reviennent pour dévoyer, en tout cas à Paris, les manifestations interprofessionnelles de la CGT le 19 avril avec un succès relatif malgré une mobilisation ayant réuni cheminots, postiers, fonctionnaires et personnel hospitalier entre autres.

Il y a une dizaine de facultés et de campus occupés par un petit nombre d'étudiants prétendus et d'agitateurs gauchistes qui violent les droits d'une majorité désirant passer ses partiels en lui refusant le vote démocratique qu'elle réclame.

Au site de Tolbiac, c'est "drogue, sexe et violence" et une situation "pré-insurrectionnelle" selon le courageux président de l'Université, Georges Haddad, auquel on reproche évidemment d'exagérer. Celui-ci est confronté à ce paradoxe d'un président de la République qui l'a approuvé dans son constat et sa demande d'intervention de la police mais a souligné aussi l'impossibilité pour cette dernière d'agir à cause de la configuration du lieu.

On a bien compris la volonté du gouvernement de faire respecter autant que possible, directement ou indirectement, l'autorité de l'Etat mais au fil des jours celle-ci qui s'était affirmée de manière éclatante - notamment à Notre-Dame-des-Landes - se délite au point qu'on a usé Nicolas Hulot pour rien en l'envoyant assister la Préfète mais il n'a fait aucun miracle.

Il y a quelque chose qui est presque aussi grave qu'une autorité qui ne s'exerce pas. Une autorité qui commence bien puis qui connaît clairement des ratés, où ceux qui devaient se soumettre à la loi, par leur résistance, contraignent peu ou prou l'Etat à se déjuger. Cet enlisement est la rançon probable d'une action qui malgré la présence de nombreux gendarmes, dont certains ont été blessés, a cherché si scrupuleusement à éviter le pire qu'en définitive elle n'a pas atteint ses objectifs.

Le gouvernement - avec le président de la République allant au contact, autant qu'il le peut, des colères et des inquiétudes - fuit l'affolement et semble maîtriser cette multiplication de désordres, de violences et d'insupportables dérèglements sociaux et professionnels. Mais on ne peut les traiter sans avoir conscience de leur gravité ni en prendre la mesure. L'autorité n'est déjà plus ce qu'elle avait promis d'être.

L'absolu ridicule de Sciences Po Paris peut faire rire ou indigner.

Mais ce n'est jamais qu'une goutte d'eau qui fait déborder la chienlit !

Cet article a été initialement publié sur le blog de Phillipe Bilger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

07.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 21/04/2018 - 09:49
@Ganesha
Question radotage, vous êtes le papy trotskyste en chef!
pale rider
- 20/04/2018 - 21:42
Bon je serais djihadiste je me frotterais les mains et
je prendrais des notes . La république est tellement mûre qu'elle va tomber dans leurs bras sans même avoir à lutter . "Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée ... "
vangog
- 20/04/2018 - 20:40
Science pipologie des gauchistes...
ou l’illusion que le fascisme peut se reconstruire sur les cendres du gauchisme!